AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Bal de Noël (Année 98)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Grégory Eragon
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3628
Age : 28
Année : +2
Age du personnage : 19 ans [03/12/80]

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Le Bal de Noël (Année 98)   Dim 17 Aoû - 23:57



Il y avait de celà un an, jour pour jour, Grégory avait passé le meilleur bal de Noël de toute sa vie. Certes il n'en avait à ce jour connu que 5, mais le 6ème s'était révélé réellement parfait. Charline était entrée dans sa vie comme un ouragan pour le bouleverser chaque jour un peu plus. Grégory était tombé sous le charme de la superbe Serdaigle il y avait de cela plus d'un an et tout s'était concrétisé au bal de Noël, à mémoire d'homme, le plus beau jour de la vie de Grégory. Le premier regard, la première danse, le premier baiser, tout ça tout ça, avait fait que ce jour là, ce soir là pour être exact, restait à jamais gravé dans la tête du préfet.

Un an plus tard, après avoir vécu maintes moments avec la charmante Charline Spencer, Grégory pouvait clamer sans se soucier des conséquences que la belle blonde était sa petite amie, un statut qui ne s'offrait pas souvent aux conquêtes du jeune Gryffondor, qui en fin de compte, n'étaient pas si nombreuses que ça. Nous étions donc le 24 décembre de l'année 1998 et l'heure approchait des 19h. Le bal n'allait pas tarder à commencer, dans plusieurs minutes disons et les premiers élèves commençaient à pointer le bout de leurs nez.

Grégory était devant la grande salle, auprès des premières marches qui menaient aux étages supérieux. Il attendait Charline, bien évidemment. Le jeune homme était vétu très élégamment, comme il se devait de l'être pour un bal de Noël, en particulier en temps que préfet. Un smoking noir, accompagné d'une chemise blanche et d'une cravate de la même couleur. Il se tenait fermement droit en fixant avec insistance les escaliers de l'école, espérant entrevoir celle qu'il chérissait par dessus tout.

Il lui avait réservé un programme des plus palpitants pour la soirée, un programme qu'il espérait agréable pour elle. Quelles heures dans la grande salle et le reste du temps dans la salle sur demande. Il avait chargé Carter et Amanda de s'occuper des élèves pour le couvre-feu et savait qu'il pouvait leur faire confiance. Ce n'était pas son genre de se défiler à la moindre occasion mais là était un soir spécial. Cela faisait un an qu'il était avec Charline et il voulait en plus lui dire quelque chose qui lui tenait à coeur depuis un bon moment déjà. Une chose qui le terrifiait certes, mais ça, il ne le dirait jamais, la peur c'était pour les faibles.

Alors que les gens entraient dans la grande salle accompagnés d'un cavalier ou tout simplement en petit groupe juste pour s'amuser, Grégory remarqua pas mal de monde qu'il connaissait. En 7 années à Poudlard, il commençait à connaitre pas mal de monde. D'ailleurs les anciens 7ème années lui manquaient cruellement, Sally Ann, Emi, entre autres. Dire qu'il allait se retrouver dans leur cas l'année prochaine avec toutes la flopée des “anciens” de Poudlard. Le préfet avait le coeur serré à cette idée, quitter Poudlard était la pire chose qu'il aurait à faire dans sa vie, il le savait. Mais tout en pensant à ça, le préfet avait bien conscience que quitter Poudlard signifiait créer une nouvelle vie, une vie encore meilleure, une vie avec Charline.

----------------------
543


COUNT


Dernière édition par Grégory Eragon le Dim 26 Oct - 0:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan Eldel
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 136
Age : 28
Age du personnage : Me serais-je fait piéger dans mon propre jeu? Je crainds que oui... Lyra, je t'aime!

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Mar 19 Aoû - 20:23

Nerveux. Réellement nerveux pour la première fois de sa vie. Et pourtant, ce n'était pas la première fois qu'il allait à un bal. Cependant, celui-là le rendait incroyablement nerveux.

Trystan se remémorait son précédent bal, celui de la fin de l'année passée. Il avait adoré cette soirée merveilleux où il s'était fait une très bonne amie. Puis, durant l'été, ils avaient perdu contact. Et ils s'étaient finalement retrouvés au début de l'année. Cependant, les sentiments du jeune charmeur semblaient s'être développés et il n'était pas du tout à l'aise avec cela. Il avait l'habitude de séduire toutes les jolies femmes, mais jamais il n'avait été conquis auparavant. Il avait confié ce qu'il ressentait à l'un de ses proches amis, qui lui avait dit qu'il était bel et bien sous le charme de la jolie Lyra. Trystan avait longuement réfléchi à tout cela, mais n'avait trouvé aucune solution à ce problème. Car, oui, c'était pour lui un problème. Il détestait perdre le controle de la situation. Avec elle, c'était le cas.

Le Préfet des Poufsouffles avait donc décidé d'essayer de masquer ses sentiments pour elle, en restant son ami. Cependant, il avait vu les étoiles dans les yeux de son amie alors qu'elle lui parlait du bal de Noel, qui approchait a grands pas. Il s'était donc senti quelque peu contraint de l'inviter. Cela lui faisait grandement plaisir, mais il redoutait un peu ce qui se passerait. Il redoutait de perdre le controle de ses sentiments dans une telle situation.

Le jeune sorcier c'était mis beau pour l'occasion. Il avait enfilé un smoking blanc et avait coiffé ses cheveux avec soin. Puis, il était venu attendre Lyra a l'entrée de la Grande Salle, le coeur battant a tout rompre.


*Tout va tres bien aller*, se dit-il, en essayant de se calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra Andrews
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 254
Age : 26
Age du personnage : 18

Feuille de personnage
Citation: Il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver le grand amour. Et pour rien au monde, je ne le délaisserais...
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Mer 20 Aoû - 21:11




Jamais Lyra ne s'était sentit aussi excité de toute sa vie. Son cœur battait à tout rompre et son corps entier était une véritable bouffée de chaleur. Ses joues étaient toutes roses (ce n'était pas dû au maquillage, mais c'était bel et bien un effet naturel) et ses mains étaient trop moites pour qu'elle arrive à tenir correctement son flacon de parfum sans que celui-ci ne lui échappe des mains. Lyra était nerveuse pour la simple et bonne raison que dans une demie heure, le Bal de Noël allait commencer. Bien évidemment, elle s'y rendait en compagnie du beau et charmant Trystan qu'elle appréciait énormément. La Gryffondor n'avait pas du tout songé une seule seconde à y aller avec un autre garçon que lui.
L'année précédente, le Poufsouffle l'avait invité pour le Bal de fin d'année. Cette soirée fut d'ailleurs mémorable pour la jeune fille qui ne s'était pas autant amusée depuis longtemps. Et depuis ce temps là, elle ne pu s'empêcher de s'attirer une profonde sympathie envers Trystan. Cependant, durant l'été, elle perdit contact avec ce dernier et n'eut aucune nouvelle de lui, ce qui attrista quelque peu la Gryffondor. Mais au début de sa nouvelle année, Lyra revit Trystan par un heureux hasard à la volière. Ils eurent alors tout deux l'occasion de discuter. Ça aurait pu être un autre moment mémorable si la Gryffondor n'avait pas fait un malaise soudain. Par la suite, Trystan la conduisit à l'infirmerie en la portant dans ses bras, comme un héros au secours d'une demoiselle en détresse.

Bref, tous ces éléments passés revinrent comme un ouragan dans la mémoire de Lyra qui finissait de se préparer. Elle constata aussitôt qu'elle risquait de se mettre en retard si elle ne prenait pas la peine de se dépêcher. Elle laissa donc toutes ses pensés embarrassantes valser ailleurs et s'attela de finir de se maquiller. A vrai dire, son maquillage n'était pas vraiment léger, surtout autour des yeux. Mais elle avait bien fait en sorte d'appliquer son mascara et son eye-liner de manière à ce que cela se remarque, bien que ce ne soit pas trop voyant. Pour le reste, elle appliqua son teint de manière à l'unifier et à donner à son visage une bonne mine. Enfin, elle utilisa un rouge à lèvre qui fit briller ses lèvres et qui les rendit par la même occasion légèrement pulpeuses. Pour la coiffure, elle s'était rendue quelques heures plus tôt chez sa mère (qui gère une boutique de vêtements à Pré-Au-Lard, ce qui fait qu'elle peut la voir à toutes les sorties au village). Mrs Andrews avait fait appel à une coiffeuse et aussi une de ses anciennes amies pour qu'elle s'occupe de sa fille. Elle lui avait donc coupé les cheveux en dégradés filés, plus court qu'auparavant, en les lui teintant dans des couleurs noisettes et châtain doré. Le résultat était époustouflant. Pour ce qui était de sa robe, c'était également la mère de Lyra qui s'en était chargée, comme tous les ans. Elle lui commanda une robe de couleur marron (qui sellait à la couleur de ses cheveux) à bretelle, légèrement décolletée et qui descendait jusqu'aux genoux. Lyra ne portait pas de bijoux, jugeant cette démarche inutile, exceptée un bracelet que ça mère lui avait offert pour l'occasion.

Il ne restait donc plus que vingts minutes avant que la cérémonie du Bal ne commence. Lyra se leva de son lit où divers objets tels qu'une trousse à maquillage ou une brosse trainaient et se précipita vers son armoire. Elle l'ouvrit et y prit ses chaussures couleur chocolat assorties à sa tenue de soirée. Elle se dirigea ensuite vers la porte de son dortoir puis s'arrêta. Elle respira un bon coup et, avec une petite hésitation, s'engagea sur le chemin du Grand Hall, là où l'attendait son cavalier. C'était à cet endroit que les deux élèves avaient convenu de se retrouver, imitant à peu près tous les autres couples. Après cinq bonnes minutes où la Gryffondor manqua de tomber à plusieurs reprises dans les escaliers du château (il faut croire que porter des chaussures à talons n'est pas sa tasse de thé), elle se retrouva enfin dans le Grand Hall. Comme d'habitude, le lieu grouillait de monde et Lyra eut du mal à apercevoir son cavalier dès le premier coup d'œil. Néanmoins, lorsqu'elle fini de descendre les longues marches, elle le vit. Il était là, rayonnant, resplendissant et plus beau que jamais. Il portait un smoking blanc qui lui allait à merveille et sa coiffure le rendait aussi charmant que possible. Il se tenait dans une position tout à fait élégante en attendant l'arrivée de sa cavalière. Lyra commença déjà à rougir fortement lorsqu'elle se rapprocha de lui. Lorsqu'elle fut devant lui, elle lui adressa un sourire chaleureux tout en lui disant:

- Bonsoir Trystan! Tu es très élégant ce soir, le blanc te va à ravir! J'espère seulement que tu ne m'as pas attendu trop longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan Eldel
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 136
Age : 28
Age du personnage : Me serais-je fait piéger dans mon propre jeu? Je crainds que oui... Lyra, je t'aime!

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Jeu 21 Aoû - 6:08

Trystan scrutait sans cesse la foule, fouillant celle-ci du regard dans l'espoir de trouver sa partenaire de bal. Il faisait cela depuis environ cinq minutes quand il aperçut enfin l'être convoité et tant recherché: Lyra. Elle apparaissait telle une déesse dans un temple, dans un rayon de lumière. Le jeune homme était presqu'aveuglé par la beauté incroyable qui se présentait ainsi à lui et il sentit que son rythme cardiaque s'accélérait sans cesse. Il dut faire des efforts presque surhumains pour conserver un rythme respiratoire normal et ne pas laisser transparaître trop son éblouissement face à la demoiselle. Il resta muet et admiratif pendant un bon moment. Il ne manqua d'ailleurs pas de remarquer, pour une fois -enfin, direz-vous!- que Lyra semblait aussi intimidée que lui dans cette situation. Pourtant, ce n'était pas là leur premier bal, mais il semblait que celui-ci serait fort différent.

Les paroles qui sortirent des lèvres de la Gryffondor sonnèrent comme une douce musique aux oreilles de notre charmeur, qui se sentit voler face à tout ces compliments. Il en resta d'ailleurs muet pendant quelques secondes, avant de détailler sa partenaire de haut en bas, puis de bas en haut, et de finalement déclarer, le souffle coupé:


''Et tu es d'une beauté sublime, ce soir.''

Puis, réalisant ce qu'il venait de dire, il décida de se reprendre très vite. Ces paroles n'étaient pas du tout digne d'un gentleman.

''Je veux dire que tu l'es encore plus que d'habitude...'', ajouta-t-il donc, en rougissant légèrement.

*Ouf, il fait chaud ici, tout à coup.*

Le silence s'installa entre les deux jeunes gens et leurs regards se croisèrent pendant un instant. Ils semblaient être dans un autre monde, tous les deux, mais ils n'osaient plus rien se dire. Finalement, mal à l'aise face à ce moment un peu trop intense en émotions, Trystan se décida à briser le silence. Il tendit son bras à Lyra, et des frissons lui parcoururent tout le corps quand elle le saisit avec sa douceur habituelle.


''Et si nous allions danser, belle demoiselle?'', lui dit-il alors, sur un ton charmeur, alors qu'il plongeait ses yeux dans les siens en souriant. Être à ce bal avec elle était, finalement, la plus belle chose lui étant arrivée jusque là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra Andrews
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 254
Age : 26
Age du personnage : 18

Feuille de personnage
Citation: Il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver le grand amour. Et pour rien au monde, je ne le délaisserais...
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Sam 23 Aoû - 20:39

Le cavalier et sa cavalière ne cessaient de se fixer avec embarras. Même si la soirée s'annonçait de toute réjouissance et que le principal mot d'ordre était ''s'amuser'', une atmosphère particulièrement tendue s'installait progressivement entre le ''couple''. Lyra, affreusement gênée, ne pouvait s'empêcher de détourner les yeux à chaque fois qu'ils rencontraient ceux de Trystan. Elle constata bien évidemment que celui-ci était tout aussi mal à l'aise qu'elle et cette petite remarque amusa grandement la Gryffondor. Elle vit d'ailleurs qu'après le compliment qu'elle lui avait lancé, Trystan en parut étrangement déstabilisé. Ce denier ne répondit pas tout de suite, semblant hésiter quelques secondes sur ses propres mots. Il prit ensuite l'initiative de détailler la tenue (ou plutôt le corps) de sa partenaire de danse. Cela étonna grandement Lyra qui vit que le jeune homme ne ''se gênait pas'' en quelque sorte.

Toutefois, Trystan se reprit bien vite et annonça à la Gryffondor qu'il la trouvait sublime ce soir. Les mots exactes étaient plutôt « Et tu es d'une beauté sublime, ce soir ». Lyra en resta déconcerté. Elle ne s'attendait pas le moindre du monde à ce que son cavalier la complimente de cette façon. Elle le fixa un long moment, essayant de le cerner. Son coeur battait à tout rompre et elle était pratiquement certaine que du Blush naturel apparaissait en ce moment même sur ses joues. Mais apparemment, le Poufsouffle se rendit bien compte que quelque chose n'allait pas avec ce qu'il venait de dire. Son regard en paraissait troublé. Il reprit donc la parole en ajoutant sur un air assez maladroit qu'il trouvait que Lyra était sublime, certes, mais plus que d'ordinaire. Lyra eut un sourire amusé face à l'air confus du jeune homme (c'était assez rare de le voir aussi maladroit, même si cela accentuait son charme d'une certaine manière). Mais le sourire de la Gryffondor s'élargit lorsqu'elle aperçut que du rouge teintait les joues de Trystan.

Un lourd silence s'abattit sur les deux préfets qui ne firent rien d'autre que de se regarder. Bien évidemment, ce n'était pas vraiment un silence mais plutôt un mutisme. Il ne fallait pas oublier que les deux adolescents se trouvaient dans le Grand Hall, entouré de plusieurs autres élèves et de l'ambiance de la soirée. Tous ces évènements produisaient donc énormément de boucan. Cependant, Trystan et Lyra se fixèrent intensément dans les yeux. Cet instant s'avéra être très particulier car les deux jeunes personnes semblaient avoir oublié l'endroit où ils se trouvaient et ce qu'ils y faisaient. Ce fut cependant Trystan qui s'engagea le premier envers sa cavalière en lui tendant son bras d'un geste très galant. Lyra regarda le bras que la Poufsouffle lui offrait et fini par le saisir en douceur. Un petit courant électrique sembla passer de ce bras et aller dans tout le corps de la jeune fille qui sentit son coeur rater un battement.

Trystan prit de nouveau la parole en proposant à Lyra d'aller danser. Cette dernière fut ébahie par les paroles du jeune homme qui la qualifia de « belle demoiselle ». Celui-ci la regardait d'un air charmeur droit dans les yeux tout en lui souriant aimablement. Son air en coupa le souffle à la Gryffondor et une joie intérieur s'empara d'elle. Elle ne put alors se retenir d'avantage et lui répondit d'un sourire resplendissant:

- Allons-y mon beau prince!

En ayant dit cela, la jeune fille fronça des sourcils face à ses propres dires. Mais elle haussa les épaules en signe d'indifférence et se concentra au maximum sur son partenaire. Tout ce qui comptait à présent, c'est qu'il soit avec elle et rien d'autre. Enfin, un bras sur l'autre, ils se dirigèrent vers la Grande Salle où ils pouvaient déjà distinguer un bon nombre de monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charline Spencer
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 689
Age : 27

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Dim 24 Aoû - 15:24

Charline ou l’art de la provocation. La jeune fille avait déjà résisté l’été dernier, mais là, elle devait marqué le coup pour ‘l’anniversaire’ du couple qu’elle formait avec le préfet le plus sexy du monde (oui rien que ça). Mais ce soir là, elle avait fini par céder. La jolie blonde qui s’habillait d’ordinaire dans des couleurs assez claires ou, tout du moins sobres, avait choisi pour ce Noël là (son dernier à Poudlard) une robe rouge. Et pas un rouge délavé, non, un rouge plutôt voyant. La robe était près du corps, moulant son buste, mettant par la même occasion ses formes en valeurs. Le décolleté n’était absolument pas provoquant, étant de forme carrée. Elle avait des manches légèrement bouffantes qui s’arrêtaient au premier quart de son bras, dévoilant une peau d’ivoire. Passé au niveau des hanches, la robe tombait plus amplement sur elle, s’arrêtant au niveau de ses genoux. Elle avait chaussé des chaussures plates, qui étaient plus pratiques pour danser (quand même).

Ses cheveux blonds naturellement bouclés étaient détachés (chose rare chez l’aigle). Elle avait juste passé deux petits pinces sur le côté afin d’éviter que des mèches indésirables viennent à tomber sur son visage. Les yeux azur de la sorcière avait été à peine maquillé, mettant toujours le naturel en avant. Néanmoins la légère touche sombre qu’elle avait ajoutée faisait nettement ressortir son regard. A ses lèvres était appliqué un rouge qui s’assortissait à sa robe et faisait ressortir la blancheur de sa peau.

La jeune Serdaigle rejoignit sans tarder le hall, sachant qu’elle ouvrait le bal avec son cavalier, ce dernier étant un préfet^^), il serait assez mal vu qu’elle vienne en retard, et quand bien même, elle n’ouvrait pas le bal, Charline était une jeune fille qui tenait toujours à être à l’heure. Elle était d’ailleurs un peu maniaque pour ça… Mais bon, on l’aimait bien comme elle était, non ?

La sorcière descendit sans trop de mal les nombreuses marques qui la menaient au hall (vive les chaussures plates !!!) Lorsqu’elle doubla trois filles sur talons, un fin sourire fendit son visage. Oui, elle avait bien choisi ! La jeune fille rejoignit le hall et trouva immédiatement son cavalier ET petit ami (quelle chanceuse elle alors^^). Le rejoignant en quelques enjambées, elle passa sa main à sa hanche pour qu’il lui fasse face, et murmura à son oreille :


« Bonjour jeune homme… Vous n’auriez pas vu mon cavalier par hasard ? Il est grand, brun avec un regard à vous faire tomber par terre… Attendez un instant… ça alors, vous avez le même regard que lui, on se voit ce soir ? Vous avez un stylo ? Pour le numéro… »

Puis, toujours souriante, elle adopta un air faussement surpris, et passant sa main devant sa bouche, elle murmura :

« Oh mais ça alors, c’est toi Greg ! Dire que je ne t’avais pas reconnu… Tu es bien élégant… ça vaut bien un baiser… »

Elle l’embrassa d’abord sur la joue, en murmurant que ce baiser là était pour l’inconnu au regard étrangement similaire au sien, puis elle l’embrassa ensuite doucement avec une certaine passion dans ses gestes. Se reculant pour regarder le jeune homme, elle constata avec joie que son rouge à lèvre ne marquait pas ! C’était parfait ça… les yeux étincelant, elle sourit à son cavalier, glissant sa main dans la sienne.

« On entre ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan Eldel
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 136
Age : 28
Age du personnage : Me serais-je fait piéger dans mon propre jeu? Je crainds que oui... Lyra, je t'aime!

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Mar 26 Aoû - 21:08

Trystan ne pouvait désormais plus le nier: il était tombé sous le charme de la jolie Gryffondor qui l'accompagnait au bal ce soir-là. Juste de la regarder le mettait dans tous ses états, son coeur battait à un rythme effrenné sans qu'il puisse y changer quoi que ce soit. Le fait qu'il y aie des centaines de personnes autour d'eux ne semblait même pas traverser l'esprit du jeune homme, qui ne voyait que Lyra devant lui. Ce n'était pourtant pas dans ses habitudes de rater une si belle occasion de conquérir des coeurs et de se faire des amis... Et pourtant, il était subjugué par la beauté d'âme et de corps de sa partenaire à un tel point qu'il en oubliait absolument tout le reste.

Une fois que la jolie demoiselle eut doucement prit son bras, acceptant de sa voix angélique de l'accompagner à la danse, Trystan afficha un sourire des plus ravis et l'entraîna vers la piste, dans l'intention de faire passer à Lyra la plus belle soirée de sa vie. Des centaines de robes virevoltaient déjà dans la grande salle, mais une seule importait à notre charmeur: celle de sa partenaire. Il voulait la faire voler, l'entendre rire et s'amuser, il voulait sentir la frénésie et le bonheur de sa partenaire jusqu'aux petites heures du matin, offrant ainsi à la Belle le plus précieux des cadeaux de Noel: de l'affection, de la tendresse et du plaisir à volonté.

Une fois rendus sur la piste de danse, les deux jeunes gens se firent donc face, et leurs regards se croisèrent une fois de plus alors que Trystan sentait une bouffée de chaleur l'envahir. Il se perdit dans les beaux yeux de la demoiselle et dû malheureusement se reprendre très vite avant qu'elle ne se doute de quelque chose. Le Poufsouffle glissa doucement une main sur la hanche de sa partenaire, tout en saisissant sa main et en la rapprochant doucement de lui. Tout ceci se fit en silence, alors que leurs yeux ne se détachaient pas les uns des autres. Trystan démarra ensuite la danse, entraînant sa partenaire sur la piste d'un pas habile et bien cadencé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra Andrews
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 254
Age : 26
Age du personnage : 18

Feuille de personnage
Citation: Il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver le grand amour. Et pour rien au monde, je ne le délaisserais...
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Mer 27 Aoû - 23:08

Le coeur battant à cent à l'heure, Lyra se dirigea en direction de la Grande Salle en compagnie de son charmant partenaire. La Gryffondor commençait déjà à sentir ses pieds brûler dans ses chaussures, à cause des talons qu'elle portait. Cependant, cela lui importait peu. Elle continua tout de même d'avancer d'un pas sûr dans l'immense Hall en observant les centaines de personnes qui s'y trouvaient. Toutes les filles étaient sans aucun doute plus belles que jamais et revêtaient de ravissantes tenus de soirées. Les garçons étaient tout aussi charmant sauf quelques exceptions qui n'avaient apparemment pas jugé bon de se mettre sur leur trente-un. Trystan et Lyra arrivèrent enfin aux pieds de la gigantesque porte de la Grande Salle et lorsqu'ils y pénétrèrent, Lyra en resta subjuguée.

En effet, la Grande Salle, comme tous les ans, avait été spécialement aménagée pour la soirée. Tout en continuant d'avancer vers la piste de danse aux côtés de son beau cavalier, la Gryffondor examina tous les décors de la salle. L'ensemble de la salle avait été recouvert de cristaux et de décorations blanches et lumineuses qui rappelaient l'ambiance de Noël. Une vingtaine de sapins aussi grands et décorés les uns que les autres parsemaient les principaux coins de la salle, portant dans chacun de leur sommet une étoile dorée et brillante. Le plus grand de tous les sapins avait été placé sur l'estrade qui faisait office de scène. Les quatre grandes tables habituelles qui prenaient de long en large le lieu avaient été remplacé par plusieurs tables rondes, certes, plus petites, mais qui semblaient très bien dressées. Le faux ciel, d'ordinaire bleu et étoilé en pleine nuit, était cette fois-ci nuageux et d'une blancheur éclatante. De la neige et des étincelles en tombaient lentement, comme pour accentuer l'ambiance de Noël.

Lyra croyait rêver! Même le sol – habituellement en pierre – était cette fois-ci entièrement blanc et cristallisé. On aurait dit que l'on se trouvait sur le sol glacé d'une patinoire. Un orchestre était déjà entrain de jouer sur scène pendant qu'une centaine d'élèves dansaient avec anticipation sur un rythme effréné. Lyra arriva enfin sur la piste de danse et fit face à son cavalier qui la dévisageait. Celle-ci était sûr de ressembler à une tomate à cet instant précis, mais cela lui importait peu. Lyra sentit la main de son partenaire la prendre par la taille. Elle eut beaucoup de mal à réfréner un frisson. Le Poufsouffle, toujours avec tendresse et délicatesse, lui prit l'autre main et rapprocha doucement la jeune fille de lui. Lyra plaça ensuite son autre main libre au-dessus de l'épaule du jeune homme. Se regardant profondément dans les yeux, ils commencèrent leur danse.

Trystan dansait comme un Dieu. Avec des gestes souples et habiles, ils se déplaçait entre la foule de danseurs avec Lyra dans ses bras. Cette dernière avait du mal à trouver le rythme. Elle dansait assez maladroitement et manquait de marcher sur les pieds de son cavalier à tout moment. A vrai dire, elle regardait plus ses pieds que les yeux de son partenaire. Lyra décida néanmoins d'abandonner la fixation de ses pieds et d'en revenir au visage de Trystan. Elle se doutait bien que celui-ci devait être particulièrement déçu. Il ne s'attendait probablement pas à ce que sa partenaire danse – il fallait bien le reconnaître – comme un pied. Normalement, à tous les bals auxquels elle avait assisté, Lyra avait toujours réussi à danser convenablement. Mais ce soir là, cela lui semblait être très difficile. Peut-être était-ce à cause du charme foudroyant de Trystan et du fait qu'elle se retrouve dans ses bras qui faisaient que la Gryffondor n'était pas à son aise?

Par chance, toutes ces réflexions s'envolèrent comme un nuage de fumée lorsque la musique prit fin sous de forts applaudissements. Lyra se détacha brusquement de l'emprise de Trystan et applaudit à son tour. Puis, très mal à l'aise, elle daigna regarder le jeune homme. Elle se sentait déjà toute essoufflée. D'une petite voix, elle demanda au Poufsouffle:

- Euh...j'ai très chaud! Ça ne te dérange pas qu'on aille au buffet pour boire quelque chose?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan Eldel
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 136
Age : 28
Age du personnage : Me serais-je fait piéger dans mon propre jeu? Je crainds que oui... Lyra, je t'aime!

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Jeu 28 Aoû - 1:28

Trystan ne se souvenait pas que Lyra ne savait pas danser. Pourtant, au précédent bal où il l'avait accompagnée, elle avait été d'une élégance et d'un rythme incroyables. Que se passait-il donc? Avait-elle oublier comment danser durant l'été ou alors était-ce la nervosité qui la mettait dans un tel état? Car, il devait bien l'avouer, le jeune Poufsouffle était lui aussi très distrait, mais il arrivait à contrôler ses pas malgré tout, car il ne voulait pas se ridiculiser devant elle. Lyra était tout ce qu'il voulait depuis plusieurs mois, mais il avait été, auparavant, bien trop stupide pour se l'avouer... et pour le lui avouer par la même occasion. Maintenant, il savait qu'il devrait le faire tôt ou tard, mais il attendait le moment opportun pour une telle déclaration. Peut-être le lui dirait-il ce soir, s'il s'en trouvait le courage?

Lyra, malgré qu'elle dansait très mal, réussit à passer à travers la première danse sans faire de dégâts. Trystan constata avec joie qu'elle ne lui avait pas écrasé les orteilles et qu'elle n'avait fait de collision avec personne, ce qui était un excellent bilan vu les circonstances. L'idée de la demoiselle d'aller se rafraîchir un peu était d'ailleurs excellente, car ça permettrait aux deux amis de se remettre un peu de leurs émotions. Les deux étaient tellements nerveux que n'importe qui aurait pu le deviner simplement en les regardant. Heureusement qu'ils n'étaient pas l'attraction principale de cette soirée...

Le Poufsouffle accepta donc la demande de sa cavalière et lui offrit son bras une fois de plus. Il l'emmena de façon sécuritaire -donc en s'assurant de lui faire un chemin dans la foule- vers le buffet. Celui-ci était très varié et haut en couleurs, ce qui ajoutait à la magie du décor de la Grande Salle. Chaque fête semblait plus extraordinaire que les précédentes, à Poudlard, et c'est l'une des choses qui manqueraient à Trystan après sa graduation...

Le sorcier offrit galamment à boire à Lyra. Après avoir servi un verre à son amie, il s'en prit un lui-même et commença à le déguster, tout en étant incapable de détacher son regard de sa partenaire de danse. Il était tellement heureux qu'elle aie accepté d'être là, avec lui, ce soir...

Le Poufsouffle jeta un bref regard vers le couple de l'année -Grégory et Charline-, un léger sourire sur les lèvres. Il savait qu'ils étaient ensemble depuis un an, aujourd'hui... Et espérait que cette année, ce serait son tour. Pourtant, Trystan n'avait jamais recherché l'amour, se contentant depuis toujours de l'amitié des demoiselles et de leur confiance... Mais la vie frappe toujours lorsqu'on s'y attend le moins...


''Est-ce que tu as moins chaud, maintenant?'', demanda le jeune Eldel à sa partenaire, en posant une fois de plus son regard sur cette superbe beautée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégory Eragon
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3628
Age : 28
Année : +2
Age du personnage : 19 ans [03/12/80]

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Lun 1 Sep - 1:40

Grégory était une fois de plus sur son 31. Il avait bien pris son temps cette fois là pour se préparer, c'était le moins que l'on pouvait dire. 2 heures, oui rien que ça. Entre la douche pas forcement très rapide, l'habillage et la préparation de la coiffure, il fallait du temps. Grégory avait enfilé un pantalon noir, qui lui allait à merveille. Des chaussures de la même couleur ainsi qu'une veste carrée qui lui tombait parfaitement. Seule la chemise et la cravate blanche offrait un contraste saisissant. C'était de bon gout et particulièrement classe.

Une fois qu'il se fut coiffé avec du gel un minimum, Grégory jugea qu'il était enfin prêt. Une dernière touche d'après rasage et hop, le voici prêt. Grégory sortit de sa salle commune en avance, mais une avance qui ne lui permettrait pas d'être là avant Charline, quoique. Etant dans les étages supérieurs, une simple avance n'équivalait qu'à une arrivée à l'heure mais quand vous étiez à Serdaigle, le chemin était encore plus long, donc bon, pas de soucis à ce niveau là.

Le préfet des Gryffondor était impatient au possible de voir sa petite amie. Il se souvenait précisemment de sa relation avec elle un an auparavant, qui aurait pu croire une chose pareille ? Pas grand monde assurement et lui encore moins. Grégory était à présent amoureux de Charline, il le savait mais ne lui avait pas encore dit. Il se disait qu'il était peut être temps de lui souffler. Après tout, ça faisait un an jour pour jour qu'ils étaient ensembles. Un an de pur bonheur selon le rouge et or. C'était décidé, ce soir il lui avouerait ses sentiments, il le devait, un Gryffondor n'a peur de rien, point final.

Ainsi le préfet arriva devant la grande salle et ne fut pas surpris de ne pas y trouver Charline. Elle devait se faire encore plus belle qu'elle ne l'était déjà. Le jeune homme resta debout, droit, attendant patiemment qu'elle arrive durant plusieurs minutes. Charline arriva enfin par l'escalier de droite. Pivotant doucement sa tête vers elle, Grégory eut le souffle coupé durant quelques secondes, qu'il ne montra pas.

Charline était vétue d'une robe rouge à couper le souffle. Ses cheveux étaient lachés, on se serait cru dans un rêve. Elle était tout simplement parfaite, encore plus que d'habitude, comme si elle n'était pas réelle. Grégory pénait à voir ce qu'il avait devant les yeux mais resta impassible. Il ne devait pas devenir transparent, il détestait ça. Ainsi quand la jeune fille l'accosta avec humour, le préfet ne put pas répondre. Il se contenta de sourier et quand la jeune fille l'embrassa sur la joue puis sur la bouche, il pris son visage entre ses mains et lui dit doucement, tout en plantant ses yeux dans les siens. « Bon anniversaire... »

Grégory était sur qu'elle n'avait pas oublié qu'ils s'étaient connu ici même il y avait de celà un an, aucun des deux ne pouvaient l'oublier, c'était si... magique. Grégory embrassa de nouveau la jeune fille qui était tout simplement sublime dans sa robe rouge. Rouge comme Gryffondor, rouge comme la passion. Cette robe avait beaucoup de significations pour Grégory, des significations diverses qu'il se plaisait toutes à imaginer.

« Allons-y. » Grégory pris enfin la main de Charline et ils entrèrent tout deux dans la grande salle, bras dessus bras dessous. Les préfets étaient en place pour ouvrir le bal. Trystan avec Lyra, Amanda avec Carter et les autres aux aussi occupés. Les deux cavaliers commencèrent à danser au lancement de la musique, en même temps que les autres préfets, devant tous les élèves de Poudlard. Grégory se fichait de plus en plus de ce qu'on pouvait penser de lui, après tout il était en 7ème année et l'année suivante, il partait de Poudlard.

Charline et Grégory dansaient gracieusement pour enfin se voir rejoint par beaucoup d'autres élèves. Le bal de Noël était là pour danser, il était normal d'en profiter. Ainsi les deux amoureux (dans un sens du moins) continuèrent de danser un moment. Grégory voulait à tout prix dire à Charline ce qu'il ressentait mais il savait que là n'était pas le bon moment. S'il ne voulait pas se défiler, il fallait lui dire maintenant. « Charly, il faudra que je te dises quelque chose après. » Il avait faillit rajouter “fais moi y penser” mais c'était trop grossier (“tiens au fait, quand j'y pense, je t'aime !”). Ils continuèrent ainsi de danser sur une valse pendant plusieurs minutes, très agréables au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charline Spencer
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 689
Age : 27

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Sam 13 Sep - 22:28

Charline n’avait pu perdre des yeux son cavalier. Il avait un charisme indéniable et était tellement bien vêtu en cette soirée (qui était assez particulière pour eux deux), qu’elle n’aurait tout simplement pas pu ne pas le remarquer. Non, elle était obligée de le voir et d’aller vers lui. C’était comme si un petit amant battait à présent à la place de son cœur. Elle voulait plonger dans l’océan des yeux du jeune homme et, tant qu’à faire, s’y noyer. Elle respirait l’assurance, mais au fond, elle avait l’impression que son cœur battait si fort qu’il allait finir par exploser. Lorsque les mains du jeune homme vinrent prendre très délicatement son propre visage, elle retint légèrement son souffle, sentant son cœur faire un soudain bond dans sa poitrine… Il l’avait di… Il avait trouvé l’importance de la date, et elle s’en sentait à la fois surprise et soulagée. Pourtant, elle sentait bien qu’entre eux, il y avait vraiment quelque chose de fort, mais elle avait toujours voulu réfréner ses envies, sa passion, craignant qu’elles ne soient partagées. Les yeux brillant d’une joie nommée amour, elle resta silencieuse, ses expressions parlant à sa place.

Grégory saisit ensuite sa main, et tous deux franchirent les portes de la Grande salle. Les couples formés par les préfets et leurs cavaliers débutèrent la danse. Charline plongea très rapidement dans le regard de son petit ami, s’y laissant vaquer doucement, ne prêtant attention qu’au rythme et aux mouvements du jeune homme. C’était à peine si elle écoutait la mélodie qui passait. Grégory murmura ensuite quelques mots à l’oreille de la jeune femme qui releva la tête, l’observant avec un mélange de curiosité et de douceur. Elle se contenta de lui adresser un très léger sourire accompagné d’un hochement de tête, indiquant qu’elle avait enregistré la requête.

Peu après, le couple cessa sa danse, et passa par le buffet où ils prirent tous deux un verre pour se rafraîchir. Ils discutèrent ensuite avec quelques camarades de classes, souriant et toujours aussi sûrs d’eux, ils étaient indiscutablement bien assortis. Au bout d’un moment, le couple finit par se diriger vers le balcon, pour pouvoir prendre un peu l’air, tout en s’éloignant de la foule. L’air était froid et mordant. Après tout, Noël n’était pas en été mais en hiver… Charline vint se coller doucement contre Grégory (pratique ce radiateur^^), puis regarda la vue qui s’étendait sous leurs yeux. Le parc, le lac… Poudlard de nuit… Fermant les yeux, elle inspira doucement l’air glacé de l’hiver, puis, se souvenant des dires de son petit ami, plus tôt dans la soirée, elle se contorsionna pour le regarder. S’éloignant légèrement de lui pour mieux le voir, elle prit la parole :


« Tu voulais me dire quelque chose tout à l’heure ? »

Le simple regard que lui accordait Grégory la faisait fondre. Elle se sentait comme une gamine avant son tout premier rendez-vous, ou encore juste avant son premier baiser. Comme si tout à coup, elle recommençait son histoire. Fixant le jeune homme en gardant un sourire où se mêlait son éternelle douceur avec un brin de fraîcheur, elle attendit qu’il parla, bien qu’elle eut une idée de ce qu’elle aurait voulu qu’il dise…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégory Eragon
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3628
Age : 28
Année : +2
Age du personnage : 19 ans [03/12/80]

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Ven 3 Oct - 22:56

La danse entre Charline et Grégory se prolongea encore plusieurs instants. Quand le couple jugea qu'il était temps de se désaltérer (leurs gorges en particuler, faut pas croire, ça assoiffe de danser !), le Gryffondor et la Serdaigle se rendirent sur le grand buffet. Après s'être servi d'un verre de punch, le préfet revint vers sa petite amie qui venait d'entamer une conversation avec Amanda. Grégory se dirigea naturellement vers son cousin qui tronait (troner était le mot, quand Carter était statique quelques parts, on le remarquait) à côté de sa petite amie. La relation entre le plus vieux des Lane et l'enfant unique des Eragon avait beaucoup changée depuis que le 6ème année sortait avec Amanda. A croire que ça les avaient rapproché puisqu'ils ne passaient à présent plus une semaine sans se voir.

Quand les deux amies jugèrent la discution close (du moins assez longue pour ne pas se consacrer pleinement à leurs petits amis respectifs), Charline revint au bras de Grégory pour se serrer à lui. Le jeune homme la tira vers l'extérieur de la salle pour se diriger vers un balcon extérieur, là où la chaleur n'était -certes- pas très présente. Peut importait le préfet, il n'avait généralement pas froid et sa veste de costume lui tenait plutôt chaud, la dernière danse n'ayant rien arrangé. Ainsi le couple sortit de la grande salle pour se retrouver devant un paysage plutôt paradisiaque.

On pouvait voir les reflets de la lune briller sur le lac noir et certaines tours du château brillaient doucement de toutes les torches qui pouvaient s'y trouver. C'était tout simplement beau. Le spectacle était agréable à regarder et la vue de la belle blonde de Serdaigle (pour ne pas dire la plus belle blonde de Serdaigle (non Carter j'ai dit blonde, pas blond)) rendait le tout presque parfait. Oui presque, pas complètement, parce qu'un poid pesait encore sur le coeur de Grégory, quand il le dirait, il savait qu'il serait plus léger, quelque soit la réaction de Charline.

* Il n'y a point de bonheur sans courage, ni de vertu sans combat, c'est bien connu, alors allons y *

Après s'être blottie dans ses bras, Charline se retourna pour faire face à son petit ami, c'était le moment où jamais, il le savait. « Tu sais que je n'ai jamais été très expressif, en particulier pour avouer mes sentiments. J'ai choisis ce soir qui m'est très cher pour te dire une chose qui me tient à coeur depuis pas mal de temps. C'est assez difficile à dire, mais il parrait que les Gryffondor sont courageux, donc, je vais tenter de l'être... » Le coeur du préfet se serrait, jamais il n'avait ainsi parlé à Charline. C'était quitte ou double, mais il devait le dire, c'était vital, pour lui en tout cas. « Je t'aime. » Être courageux ce n'est pas ne pas avoir peur, c'est arriver à surmonter les siennes...

Les yeux du préfet des Gryffondor étaient rivés sur ceux de la jeune fille et brillaient étrangement. Une torche à proximité luisait dans les yeux des deux adolescents et il était donc impossible de savoir ce que Charline allait dire. De toute manière, Grégory n'avait jamais été doué pour deviner ce que ressentait les autres, et il était même prêt à parier qu'il n'y arriverait jamais. Plus nul tu meurs en fait. Il était à peine doué pour voir la différence entre un regard noir et un coup d'oeil amical, mais passons. Quoiqu'avec Charline c'était différent, il arrivait généralement à comprendre ce qu'elle voulait lui dire d'un simple coup d'oeil, ainsi quand elle était contrariée il le voyait assez facilement, quand elle rayonnait là aussi. A croire que c'était la lune qui l'empêchait d'y voir clair.

Le préfet regarda donc la jeune fille sans la quitter du regard pour lui prouver que non il n'avait pas peur et que oui il resterait avec elle quoiqu'elle dise. En fait, il n'avait pas encore trop imaginé les différentes scénarios possibles, ce qui ne lui ressemblait pas. Elle pouvait lui dire qu'elle l'aimait tout comme elle pouvait lui dire qu'elle ne partageait pas ses sentiments. « C'est trop tôt », ou bien « ce n'est pas assez sérieux » étaient des réponses à envisager mais il fallait reconnaître que le préfet ne s'y était pas vraiment préparé, pas du tout en fait. Ils allaient peut être même devoir rompre ce soir là, Grégory ne savait pas comment allait réagir sa copine. Ils n'avaient jamais parlé de sentiments, juste du fait d'être bien ensemble. Ça allait peut être l'effrayer et la faire fuir, qui sait ?

Des élèves venaient sur le grand balcon quelques secondes et voyant la fraicheur de l'extérieur préféraient rentrer, il était évident que les légères robes de soies n'étaient pas franchement propices à ce genre de température. Note, Charline n'était elle non plus pas forcement très réchauffée, c'était surement pour ça qu'elle était encore autant collée à lui, pas par amour, mais par intérêt. C'était ça en fait, l'objet de toute leur relation durant un an, elle ne restait avec lui que par intérêt juste parce qu'il tenait chaud, elle n'éprouvait pas le moindre sentiment pour lui. Il allait dans tous les cas être fixé dans quelques instans, quand elle allait enfin lui dire ce qu'elle même ressentait. Amour ? Intérêt ? Simple jeu ? Autant de possibilités qui tournaient inlassablement dans la tête du préfet, de quoi le rendre fou.



-------------------------
892


|DONE|


Dernière édition par Grégory Eragon le Sam 11 Oct - 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charline Spencer
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 689
Age : 27

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Sam 4 Oct - 1:54

Charline regardait à présent Grégory, étant on ne peut plus attentive. Elle était calme, souriante, se demandant juste avec une pointe de curiosité ce que son petit ami voulait lui dire à tout prix. Le jeune homme l’observait aussi, et elle ne se démonta pas lorsque leurs regards fusèrent pour n’en former qu’un seul, uni et intense. Grégory semblait être très sérieux (fallait voir sa tête O.O pire qu’avant un examen de potion !). Fronçant les sourcils, la jeune aigle se mordilla la lèvre inférieur, de plus en plus inquiète. Le jeune homme semblait être si… tendu et sérieux en même temps. Elle sentit son cœur se serrer sous le coup de l’angoisse montante, puis, petit à petit, sentit son poux s’accélérer.

Les premiers dires du lion laissèrent Charline indifférente, cherchant à comprendre ce qu’il voulait dire par la suite, cherchant à suivre son raisonnement… Charline était la plus calme possible (autrement dit son cœur battait la chamade mais elle restait encore posée vue d’extérieur), mais lorsque son petit ami commença par dire que ce qu’il souhaité lui annoncé était ‘difficile à dire’, là, elle sentit très nettement son cœur s’arrêter. Ah non, flûte, en fait il battait toujours, mais le fait était qu’elle était persuadée du contraire. Ok, on reste calme… C’était quoi ça ? Il voulait rompre ce soir ? Pile quand ils étaient ensemble depuis un an ??? UN AN !!!!! Quelques temps plus tôt, elle aurait été persuadée qu’il s’était joué d’elle, mais là, elle avait du mal à y croire. Non, il n’aurait pas gâché un an auprès d’une fille même pour la faire souffrir quand même, et puis… il n’avait pas pu lui mentir pendant tout ce temps quand même, non…

Charline allait tomber dans les pommes avant même qu’il n’achève sa phrase, elle le sentait venir gros comme un dragon *et pas un dragon nain s’il vous plait…*. Le suppliant intérieurement de dire enfin ce qui lui tenait tant à coeur, histoire de l’achever une bonne fois pour toute, elle tentait de rester la plus calme possible, mais à ce stade là, c’était une mission impossible, la jeune aigle tremblait de plus en plus, pouvant laisser croire qu’elle n’avait vraiment pas chaud, là, mais l’origine des tremblements était autre… Si elle faisait une crise d’angoisse ce soir devant Grégory, elle était fichue. Elle avait réussi à lui cacher ses crises pendant un an, histoire de garder la face, ce n’était le moment *juste avant de se faire larguer* d’abandonner les dernières petites miettes d’honneur restantes. Cherchant désespérant de l’air à inspirer, elle sentait que la crise était de plus en plus proche, quand enfin *il en aura mis du temps :p* il lui avoua ce qu’il souhaitait tant lui dire… Et là, elle cru qu’elle était devenue complètement folle (en plus de faire une crise). Non non non, elle avait mal compris là ? Elle retint un : « Tu peux répéter ? » de justesse. Cherchant à reprendre son souffle, elle du s’avouer vaincu et tremblant plus encore, sentit des larmes monter dans ses yeux alors que Grégory la fixer toujours. Les lèvres tremblantes, elle sentit la première larme glisser sur sa joue, puis n’y tenant plus, décidant de croire ce qu’elle croyait initialement être un ‘mirage auditif’, elle fit un pas en avant et enlaça tendrement son petit ami, les larmes coulant sur ses joues pâlies par le froid.


« Greg… »

Elle cherchait des mots pour dire tout ce qu’elle ressentait en ce moment, mais avait vraiment du mal à faire un nettoyage ‘potable’ dans son esprit. Tremblant toujours un peu, elle leva son visage pour planter son regard dans celui de son petit ami, l’homme qu’elle comptait garder avec elle pour un petit bout de temps encore, et murmura d’une voix étranglée :

« Je t’aime aussi. »

Elle passa ses bras autour de son cou pour l’attirer vers elle et l’embrasser avec beaucoup de douceur et de tendresse. Oui, elle l’aimait, en tout cas, c’était ce qu’elle croyait. Sa seule présence la rendait heureuse, sa voix faisait vibrer son cœur, ses yeux semblaient être le plus beau des labyrinthes dans lequel elle appréçiait s'égarer parfois *souvent même*, son odeur était devenue une drogue… Tout l’attirait chez lui, c’était si évident… pour elle.

La jeune fille conserva l’étreinte un moment encore, comme si cet instant magique allait ainsi pouvoir durer éternellement. Son cœur était devenu à la fois lourd et léger. Léger, parce qu’elle savait qu’à présent, Gregory et elle était vraiment un couple, et un couple solide. Lourd, parce qu’elle sentait maintenant qu’il ne lui appartenait plus vraiment qu’à elle seule, puisque son petit ami s’y était installé…

Enfin, le froid prenant le dessus, la jeune fille relâcha son étreinte et prit la main de Grégory, tout en le fixant avec intensité et bonheur.


« On va dans un coin plus calme ? »

Il approuva doucement, et tous deux quittèrent donc le balcon, et la Grande salle peu de temps après, souriante, Charline se sentait pousser des ailes ce soir là, elle voulait être avec Grégory, oui, c’était tout ce qu’elle souhaitait. Ils gravirent quelques marches tous deux, et finirent par se trouver… Là où ils ne seraient sûrement pas dérangés.

[874]

[Suite dans la salle sur demande]

|DONE|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra Andrews
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 254
Age : 26
Age du personnage : 18

Feuille de personnage
Citation: Il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver le grand amour. Et pour rien au monde, je ne le délaisserais...
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Sam 18 Oct - 16:03

Lyra était assez gênée de demander à son cavalier d'aller boire quelque chose alors qu'ils n'avaient dansés que quelques minutes. Et puis, peut-être que Trystan souhaitait continuer à danser. D'ailleurs, la Gryffondor ne savait plus où se mettre suite à ses exploits médiocres en danse; le Poufsouffle avait sûrement envie de lui rire au nez et de se moquer d'elle ouvertement (Lyra était certaine qu'il n'était pas hypocrite). De plus en plus mal à l'aise, elle essaya de détourner son regard autre part plutôt que de le regarder. Chose qui paraissait être des moins évidente puisque lui la regardait. Au fond de ses yeux, on pouvait distinguer une lueur... indescriptible. Il semblait autant perdu que sa cavalière dans ses pensées.

Puis, sans que Lyra ne ressurgisse de son monde, il accepta avec joie – et galanterie – de l'accompagner jusqu'au buffet. Lyra, entendant sa douce voix, émergea brusquement de ses rêveries. Trystan prit le bras de la jeune fille et se dirigea avec elle vers les tables ornementées de nourriture et de boissons. La Gryffondor fut très surprise de voir que Trystan se frayait un chemin – avec difficulté puisque toute la salle grouillait de monde – en la protégeant de la foule oppressante de façon un peu trop exagérée. Lorsqu'ils arrivèrent enfin au buffet, Lyra en fut très impressionnée. En effet, des plats remplis de nourriture diverse et variée ainsi que de grandes carafes en cristal faisaient office sur une longue table, le tout, dans un banquet phénoménale.

Le plus naturellement du monde, Trystan prit une grande carafe de jus de fruits rouge et en versa le contenu dans un verre. Il le servit ensuite à Lyra qui le remercia en le prenant entre ses mains tremblantes. Le Poufsouffle ne tarda pas à se servir un verre également. Après s'être servi convenablement, ils se mirent tous deux dans un coin ''tranquille'' afin de ne gêner personne devant le buffet. Trystan but petit à petit le contenu de son verre sans arrêter de fixer du coin de l'œil son amie. Cette dernière le remarqua mais fit semblant de ne pas y faire attention. Pourtant, son coeur faisait des bonds vertigineux au fond de sa poitrine et elle sentait son corps entier bouillir. Elle trempa à peine ses lèvres dans son liquide qu'elle trouvait tout à fait à son goût.

Lyra suffoquait et ce n'était pas à cause de l'ambiance chaude et enivrante de la soirée, mais à cause de son cavalier. Eh oui, il fallait bien l'avouer: la jeune rouge et or semblait plus que jamais éprise du jeune Poufsouffle. Elle tenta un regard furtif vers celui-ci et vit qu'il ne la regardait plus – fort heureusement – mais qu'il fixait en biais un couple entrain de danser. Lyra suivit le regard de Trystan et découvrit que le couple en question était Charline et Grégory. Lyra sourit en voyant l'expression du visage de Grégory. Il semblait... épanoui en compagnie de la ravissante Serdaigle (enveloppée dans une magnifique et sensuelle robe rouge sang et plus resplendissante que jamais, Lyra ne pouvait égaler ne serait-ce que le quart de sa beauté). Jamais il n'avait été aussi heureux. Il fallait croire que Charline était la personne qui lui était prédestinée.

Lyra quitta subitement ses réflexions lorsque Trystan se retourna vers elle, s'apprêtant à lui parler. Elle le regarda à son tour et reporta toute son attention vers lui, non sans rougir intensément. Il lui demanda si elle avait moins chaud. Lyra, appréciant qu'il se préoccupe d'elle (comme d'habitude, en fait), lui répondit en affichant un sourire chaleureux:

- Oui, je me sens mieux. Merci de t'en soucier! Elle marqua une pause en continuant de le regarder, puis poursuivit: - Dis-moi, ça te dirait qu'on continue à danser? Ils ont mit un Slow!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan Eldel
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 136
Age : 28
Age du personnage : Me serais-je fait piéger dans mon propre jeu? Je crainds que oui... Lyra, je t'aime!

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Dim 19 Oct - 4:30

Trystan était vraiment très nerveux ce soir, mais il essayait de ne pas le laisser paraître. Se frayer un chemin dans la foule ne fut pas très facile, car il n'était pas particulièrement grand... Mais ils arrivèrent tout de même au buffet en un seul morceau. Il aurait pu faire n'importe quoi pour que sa partenaire se sente mieux, car il voulait à tout prix qu'elle soit bien avec lui. Il voulait que cette soirée soit exceptionnelle pour elle, que ce soit la plus belle et la plus agréable de sa vie.

Ils allèrent s'isoler dans un coin, ce qui ne fut pas pour déplaire au Poufsouffle, qui aurait donné n'importe quoi pour avoir une petite discussion en tête-à-tête avec elle. Malheureusement, il demeura bouche-bée lorsque cette occasion se présenta à lui, car il ne savait pas quoi lui dire, par où commencer. Il aurait voulu lui révéler ce qu'il ressentait pour elle, mais il n'en trouvait pas le courage... ni les mots. Comment exprimer ce sentiment si étrange et déstabilisant en mots? Aucun ne semblait assez puissant pour décrire ce sentiment. Il réalisa d'ailleurs que ses coups d'oeil furtifs du côté de Lyra ne passaient pas inaperçus et il essaya de cesser de la regarder sans arrêt, bien que cela lui demandait de grands efforts.

Trystan vit la joie sur le visage de sa partenaire quand il lui demanda si elle se sentait mieux. Elle semblait heureuse qu'il prenne ainsi soin d'elle. Et lui fut heureux qu'elle lui réponde que oui. D'ailleurs, elle lui fit une proposition qu'il ne pouvait refuser: aller danser un slow avec elle. Sans dire un mot, le jeune homme prit doucement la main de Lyra et l'entraîna vers la piste de danse. Une fois arrivés sur la piste, les deux jeunes sorciers se firent face et Trystan plongea son regard dans les beaux yeux de sa partenaire. Il aurait voulu l'attirer dans ses bras, mais il n'osait pas, par peur qu'elle le repousse.


*Ce que tu peux être stupide... Il est évident qu'elle ne te repoussera pas... Aucune fille ne t'a repoussé avant, pourquoi elle le ferait-elle?*, essaya-t-il de se raisonner.

Afin de cacher le fait que ses pensées se bousculaient dans sa tête, Trystan offrit un magnifique sourire à Lyra.


''Je suis heureux que tu aies accepté de m'accompagner.'', avoua-t-il finalement. Ça ne disait pas tout ce qu'il avait sur le coeur, mais ça exprimait déjà un peu sa joie.

De sentir la main de Lyra dans la sienne, son corps près du sien et de la voir si près de lui le rendait euphorique. Il aurait voulu se rapprocher d'avantage d'elle, il aurait voulu l'embrasser, mais il ignorait si le moment était opportun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra Andrews
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 254
Age : 26
Age du personnage : 18

Feuille de personnage
Citation: Il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver le grand amour. Et pour rien au monde, je ne le délaisserais...
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Sam 25 Oct - 23:42

La Gryffondor se gifla intérieurement. Elle n'aurait jamais dû faire une telle proposition à son cavalier, d'autant plus que ses exploits en danse de tout à l'heure n'avaient pas été à la hauteur. Cela posait un véritable problème car si elle prenait le risque de retourner sur la piste de danse, elle allait encore plus se ridiculiser devant son ami. Son ami... N'était-il encore que cela? Ou occupait-il désormais une autre place dans sa vie? Elle ne savait plus quoi en penser tellement cette situation s'avérait être des plus ambiguës.

Lyra risqua un autre regard vers le Poufsouffle qui – depuis qu'elle lui avait proposé de se remettre à danser – l'inspectait à son tour d'un air insistant. Comme pour répondre à la Gryffondor, mais sans avoir recours à la parole, Trystan prit soigneusement la main de Lyra dans la sienne en la conduisant vers la piste de danse. Celle-ci, donnant l'air d'être entrainée comme si elle était incapable d'avancer toute seule, ressentit pour la énième fois un bond vertigineux au niveau de sa poitrine. Elle apprécia plus que ce qu'il fallait le fait que le Poufsouffle l'avait prise par la main et non par le bras. A vrai dire, n'importe qui aurait pensé que cet acte n'avait pas été prémédité, mais pas Lyra. Elle pensait que si Trystan l'avait prise par la main (contrairement en début de soirée où il l'avait prise par le bras) c'était qu'il voyait, à travers ce geste, une occasion de se rapprocher d'elle d'avantage.

Lyra sourit. Elle se redressa toutefois lorsqu'elle et son cavalier arrivèrent à la piste de danse. Le groupe qui avait ouvert le bal avait changé et Lyra trouvait que sa musique était mille fois mieux que les précédentes (ou seulement parce qu'ils jouaient un slow). Elle se mit face à Trystan qui lui accorda un des regards les plus sensuels qui lui était permit de transmettre. A cette instant là, la jeune fille aurait voulu sauter dans ses bras et le serrer très fort, mais elle chassa au plus vite cette vision quelque peu suspecte, de peur qu'elle ne se réalise vraiment. Elle préféra se concentrer sur le moment présent. La main toujours serrée dans celle de son partenaire, Lyra attendit qu'il la prenne par la taille pour qu'ils commencent à danser.

Or, au lieu de cela, Trystan sourit chaleureusement en dévoilant toute une lignée de dents parfaitement luisantes. De son regard intense, il lui confia d'une voix douce qu'il était très heureux que Lyra ait accepté son invitation. Lyra, aussi surprenant que cela paraissait, lui rendit son sourire – pas aussi resplendissant, certes – et lui répondit:

- Et moi je suis heureuse de t'entendre me dire ça! Elle hésita, gênée elle-même par ce qu'elle venait de lui dire, puis continua: - Euh... il faudrait peut-être qu'on se remette à danser sinon on risque de se faire écrasé par les autres...

Elle inspecta toutes les personnes qui dansaient autour d'eux – complètement obnubilés par leur propre danse – puis, reporta à nouveau son attention sur son cavalier. Il la jaugeait également d'un regard doux et serein. Enfin, il se rapprocha d'elle et prit une de ses main tout en plaçant son autre main sur sa hanche. Lyra ''s'agrippa'' à son tour au Poufsouffle. S'ensuivit alors une – valse? - danse vertigineuse et mouvementée entre les deux préfets. Trystan possédait une totale maitrise sur ses pas et menait la danse avec brio. Quant à Lyra, les efforts qu'elle prodiguait lui permettaient de reprendre le contrôle habituel dont elle faisait preuve en plein milieu d'une danse. D'ailleurs, après quelques minutes où elle s'efforça de ne pas piétiner les pieds de son partenaire, elle constata avec émerveillement qu'elle dansait parfaitement comme il se devait.

Désormais, elle ne prêtait même plus attention à ses jambes – qui semblaient se diriger eux-même vers la direction choisie. Lyra plongea ses yeux dans ceux de Trystan qui continuait à la fixer aussi. Ses yeux d'un bleu profond, tendre et bienveillant ne cessaient de la contempler, accompagnés d'un sourire éloquent.

Soudain, sans vraiment prendre conscience de ce qu'elle s'apprêtait à faire, Lyra se suréleva et son visage atteignit presque la hauteur de celui de Trystan. C'est alors qu'en appuyant précautionneusement ses lèvres contre celles du jeune homme, elle l'embrassa pour la première fois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan Eldel
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 136
Age : 28
Age du personnage : Me serais-je fait piéger dans mon propre jeu? Je crainds que oui... Lyra, je t'aime!

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Mar 28 Oct - 2:58

Trystan n'arrivait pas à avouer que ce qu'il ressentait aussi fortement pour Lyra était ce sentiment autrefois inconnu par lui, que l'on nommait l'amour. Il essayait de le cacher à tout le monde, à Lyra, et tout particulièrement à lui-même. C'est pourquoi, entre autres, il n'avait jamais deviné que ce sentiment était réciproque. Tout le monde dans l'école le savait probablement déjà, juste à les regarder, mais eux l'ignoraient totalement.

Bref, les deux 'amis' étaient retournés sur la piste de danse et avaient entamé de se laisser aller sur cette magnifique musique qui envahissait la salle. Au milieu de des dizaines d'autres couples, Lyra et Trystan dansaient tranquillement, avec une élégance et une synchronicité rare... à croire que leurs esprits avaient fusionné afin de se comprendre parfaitement et de bouger ensemble.

Alors qu'ils dansaient, Trystan ne pensaient plus à rien. Tout ce qui l'importait maintenant, c'était les beaux yeux de Lyra, dans lesquels il avait plongé avec profondeur. Il aurait voulu lire son âme à travers ses yeux... et il avait parfois la sensation de pouvoir le faire. Il ressentait une telle joie à l'idée d'être ainsi près d'elle que le jeune sorcier aurait pu faire n'importe quoi pour que ce moment dure éternellement.

Quelque chose d'inattendu vint cependant troubler ce moment intense, cette danse passionnée qui unissait les deux jeunes gens. En effet, avant même qu'il ne l'aie vu arriver, un geste fut posé par Lyra, un geste qui le laissa sans voix. Elle vint poser ses lèvres sur les siennes le plus délicatement du monde, lui offrant un doux baiser auquel il avait rêvé depuis près d'un an sans même le réaliser.

Ce baiser sembla durer une éternité -une éternité de bonheur et de petits oiseaux qui chantent- même si, techniquement, il s'était produit en quelques secondes. Cependant, au moment où Lyra mit fin au baiser, Trystan s'empressa de s'avancer vers elle et de reprendre possession de ses lèvres dans un baiser passionné et tendre, comme jamais il n'avait embrassé quelqu'un auparavant. Alors qu'il prolongeait le baiser, Trystan glissa doucement sa main sur la joue de Lyra et agrippa sa nuque afin de garder la tête de sa partenaire près de la sienne. L'autre main, qui tenait la jeune femme à la taille lors de leur danse, resserra son étreinte et il rapprocha la demoiselle de lui, la serrant dans ses bras alors qu'il lui rendait son baiser avec tout l'amour qu'un homme puisse avoir pour une femme.

Ce ne fut que quelques minutes plus tard que Trystan relâcha son étreinte, mettant fin au baiser, à regret. Il replongea ses yeux dans ceux de la jeune femme. Il ne savait plus quoi dire ou quoi faire dans une telle situation, c'était si gênant... mais si agréable à la fois.

La main de Trystan caressa doucement la joue de Lyra alors que, dans un soupir et un sourire, il lui mumura:


''J'ai tellement voulu te le dire....''

D'avouer cela semblait tellement difficile pour lui, tellement inconcevable. Jamais il n'avait cru en l'amour, mais l'amour l'avait subitement frappé comme l'éclair. Comment nier l'évidence maintenant? Comment nier que Lyra était celle pour qui il donnerait sa vie sans hésiter, celle qui mettait du soleil même dans ses journées les plus sombres?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Megan Jones
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 1062
Age : 32
Age du personnage : 18 ans

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Mar 28 Oct - 10:56

Megan se demandait encore pourquoi elle était venue à ce bal alors qu’elle n’avait pas de cavalier… Et qu’en plus elle ne voyait son meilleur ami nul part. La vie n’est que galère, surtout pour Megan qui a peur de tout et qui n’est pas très douée socialement parlant. Elle arriva donc avec sa jolie robe et sa coiffure parfaitement soignée dans un bal bondé où elle ne connaissait strictement personne. C’était quand même triste d’être dans sa peau parfois. Bien qu’elle soit très mignonne, elle se résigna à aller se mettre dans un coin et à attendre que le temps passe. Elle s’assit sur une banc rouge et prit une boisson. Elle sirotait son verre en regardant les couples… Elle aurait peut-être dû se trouver un copain juste pour le bal. C’est vrai que ça faisait plusieurs mois que notre petite butineuse avait cessé de courir après les garçons… Elle n’était plus très intéressée par ces histoires sans importance qui ne lui apportait que du chagrin. Elle, elle était toujours sincèrement amoureuse, mais eux… On ne pouvait sûrement pas en dire autant. Megan était une assez jolie fille qui prenait grand soin de son apparence extérieure, elle était aussi une très bonne cuisinière… C’était souvent ces deux points forts qui plaisaient au garçon, mais c’était totalement superficiel.

Elle but une nouvelle gorgée, le regard éteint et le cœur triste. Elle n’aurait pas dû venir. Quitte à déprimer, elle aurait peut-être mieux fait de rester dans son lit… mais après elle aurait dépenser tous son argent pour une robe neuve… pour des prunes ? Hors de question. Bon… Allez, elle restait encore cinq minutes et ensuite elle partait. Encore cinq minutes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emeraudia.forumsactifs.com
Lyra Andrews
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 254
Age : 26
Age du personnage : 18

Feuille de personnage
Citation: Il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver le grand amour. Et pour rien au monde, je ne le délaisserais...
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Dim 30 Nov - 20:47

[Mille excuses pour ce retard! En plus, ce post est vraiment nul. Mais promis, je me rattraperai au prochain qu'on fera ensemble! ^^']

Lyra avait eu très chaud tout au long de la soirée. Mais à ce moment précis, elle n'aurait jamais cru qu'il était possible que la chaleur puisse être aussi intense. Elle bouillait. Elle bouillait tellement qu'elle avait l'impression qu'elle allait s'étouffer. Et la raison en était qu'à cet instant, elle embrassait Trystan. Le baiser s'avéra être doux et tendre, mais malheureusement, il ne dura que quelques secondes. A vrai dire, à peine Lyra avait déposé ses lèvres sur celles de son cavalier que déjà elle s'était rendu compte de l'erreur de son geste. Elle mit donc fin au baiser, non sans avec regret. Par la suite, elle se sentit terriblement gênée face au Poufsouffle. Elle voulut tout de suite s'excuser mais elle n'en eut pas l'occasion car Trystan s'empressa de reprendre le baiser.

En effet, le jeune homme s'avança vers elle d'un pas rapide et reprit possession des lèvres de la Gryffondor. Lyra lâcha un hoquet de surprise, ne s'y attendant pas du tout car, contrairement au premier baiser, celui-ci s'avéra être beaucoup plus long et plus intense que le premier. Lyra, terriblement angoissée, voulut se retirer de l'étreinte du Poufsouffle, mais elle se laissa faire. Trystan approfondit son baiser, d'autant plus fougueux, en serrant sa partenaire contre lui avec plus de possessivité. Il caressa d'une main la joue de Lyra et agrippa sa nuque afin de prolonger d'avantage le baiser. A cet instant précis, Lyra se sentit totalement impuissante. Elle se laissait entièrement faire par l'étreinte de jeune homme, sans répondre au baiser, s'abandonnant intégralement à lui.

De son autre main (qui était posée sur la taille de la Gryffondor), Trystan resserra encore plus que possible le corps de Lyra contre lui. Il l'enlaça dans ses bras et entreprit de continuer à l'embrasser avec autant de passion qui lui était permit de donner. Enfin, après quelques minutes d'accolades passionnées, Trystan mit fin au baiser. Lyra, reprenant son souffle et essayant de contenir son angoisse, plongea ses yeux dans ceux de Trystan. Lyra voulut s'exprimer en premier. Mais... impossible. Aucun son ne voulait sortir de sa bouche. Trystan plongea également son regard dans celui de Lyra. Ses yeux étaient empreints d'une douceur et d'une tendresse sans égal. Enfin, il brisa le silence en susurrant à la jeune fille:

'' J'ai tellement voulu te le dire...''

Cependant, il n'acheva pas sa phrase, continuant toujours de regarder sa cavalière. Lyra, à l'entente de ces paroles, cru deviner la suite. C'est alors que tout à coup, elle se sentie tétanisée. Sa respiration devint haletante et son rythme cardiaque accéléra dangereusement. Elle commença à trembler de peur, sentant par la même occasion ses membres s'ébranler entièrement sous l'angoisse oppressante. Lyra redoutait les pensées du Poufsouffle. Elle était sujet à ce moment ci à une panique indescriptible.
Que devait-elle faire? Qu'allait-elle bien pouvoir répondre à Trystan quand il aurait fini de lui faire part de ses sentiments? Devait-elle rester là, sans bouger et sans rien dire, à attendre sa réponse? Ou devait-elle tout simplement prendre la fuite et s'en aller en courant? Il fallait dire que la seconde option semblait plus facile. Mais en même temps, la rouge et or n'était pas une lâche; c'était une Gryffondor tout de même!

Mais peut-être que la Gryffondor se fourvoyait... Peut-être qu'elle se trompait sur les véritables sentiments que Trystan éprouvait à son égard... Il ne l'aimait probablement pas, ou alors, en tant qu'ami seulement. A cette pensée, Lyra cru vaciller sur place. Elle ne voulait pas que le Poufsouffle la rejette. L'angoisse augmenta de plus en plus, laissant place à des larmes roulants rapidement sur les joues de la préfète. Elle recula alors de l'emprise de son cavalier – qui s'était légèrement desserrée par rapport à avant – et fit quelques pas en arrière. Ses yeux, pleinement humides et des larmes coulant à perte de vue, étaient empreints d'une grande tristesse. Dans un ultime souffle, elle murmura à l'adresse de Trystan:

- Excuse-moi...

Puis, elle se mit à courir à toute vitesse vers les portes en chêne de la Grande Salle, laissant derrière elle un jeune homme plus que surpris. Toujours en se dépêchant de quitter les lieux, elle tenta tant bien que mal de se frayer un chemin parmi la foule oppressante et se rua hors de la salle. Elle continua de courir, sanglotant de plus en plus fort et ses larmes coulants à flots. Elle ne constata pas cependant que son cavalier tentait de la rattraper désespérément. Se retrouvant seule dans le Grand Hall, elle retira ses chaussures à talents et monta en toute hâte les escaliers. Elle arriva aux étages supérieurs et se dirigea vers la tour des Gryffondor. Lorsqu'elle fut arrivée à sa chambre, elle scella la porte et se jeta sur son lit, déversant une quantité de larmes impressionnantes.

Sa tête enfouie dans ses bras et ses yeux clos ne l'aidaient pas à chasser de son esprit l'image du visage de Trystan. Tout ce qu'elle souhaitait à cet instant, c'était de l'oublier (mais momentanément, bien entendu). Elle sentit un coup de couteau lui déchirer le cœur et une cicatrice béante se former à l'intérieur de sa poitrine. Lyra souffrait. Elle souffrait tellement qu'elle aurait cent fois préférée recevoir un Doloris à la place. Elle avait très peur et ne comprenait pas pourquoi elle avait réagi ainsi. Probablement à cause de l'angoisse.
D'ailleurs, en y repensant, elle avait été stupide. Elle n'aurait jamais dû embrasser son cavalier d'une manière aussi soudaine et dans un endroit qui n'était pas des plus intimes – il fallait l'avouer. Néanmoins, et heureusement pour elle, le jeune homme ne l'avait pas repoussé. Au contraire, il avait même répondu à son baiser. Et de plus, le sien avait été beaucoup plus intense et plus fort que celui de la jeune fille.

Lyra, se traitant de toutes les insultes qui lui passaient par la tête, s'en voulait terriblement. Elle avait fait une grossière erreur. Elle ne pensait pas au baiser – qui n'était pas une grosse erreur – mais plutôt à sa lâcheté. Lyra avait terriblement changée. Elle était une Gryffondor bon sang! Et les principaux attraits des Gryffondor étaient le courage et la bravoure, et non la lâcheté et la couardise. Bref, la Gryffondor était sujet à des sentiments nouveaux et inquiétants. A vrai dire, elle-même n'avait pas prévu qu'elle prendrait les jambes à son coup. Cela avait été un pur réflexe ou alors, une décision irréfléchie.
Pauvre Trystan! Il ne méritait vraiment pas ça. Qu'allait-il penser d'elle maintenant? Allait-il l'ignorer et faire comme si elle n'avait jamais existé à ses yeux? Ou était-il du genre rancunier et à ne rien pardonner? Il fallait dire qu'il n'y avait que ces deux possibilités qui étaient envisageables et Lyra préférait de loin la première.

C'est donc dans ces pensées peu rassurantes que la Gryffondor continua à pleurer, se sentant coupable d'avoir gâché une soirée qui avait si bien commencée...

[Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trystan Eldel
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 136
Age : 28
Age du personnage : Me serais-je fait piéger dans mon propre jeu? Je crainds que oui... Lyra, je t'aime!

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Dim 30 Nov - 22:10

Trystan pensait que son rêve s'était enfin réalisé... Il croyait qu'enfin ses doutes et ses peurs s'évaderaient et le laisseraient en paix, remplacés par un sentiment d'amour puissant et pur. Cependant, cette impression disparut subitement quand il vit le visage de Lyra en s'éloignant quelque peu d'elle, après avoir mis fin à leur langoureux baiser. Des larmes s'étaient mises à couler sur les joues de la demoiselle et son visage était blême comme jamais auparavant. Que s'était-il passé pour qu'elle fasse cette tête? Avait-il posé un geste inadéquat? S'était-il trop précipité? Ses paroles l'avaient-elles blessée d'une quelconque façon que ce soit? Le jeune homme voulut essuyer les larmes de sa partenaire et la prendre dans ses bras, mais au moment précis où il s'approchait d'elle, elle recula. Puis, elle fit volte-face et courut vers la sortie. Persuadé que la réaction de Lyra était due à une quelconque erreur de sa part, Trystan tenta de la rattrapper, essayant en vain de se frayer un chemin dans cette foule compacte. Quand il perdit sa cible de vue, engloutie par le flot des nombreux visages présents dans la pièce, le sorcier commença à paniquer. Son souffle s'accéléra et il sauta, courut comme il put, tassa les gens de son chemin, parcourut la foule des yeux dans l'espoir de la retrouver. Il sentit son coeur se déchirer quand il réalisa, quelques minutes plus tard, qu'il n'avait plus aucune chance. Pourtant, il continua et réussit finalement à sortir de la Grande Salle. Il se dirigea instinctivement vers les étages supérieurs, en direction du repère des Gryffondor. Quand il arriva près du portrait de la Grosse Dame, Trystan vit que celui-ci était en train de pivoter pour bloquer l'accès à la salle commune. Il cria alors le nom de sa partenaire, espérant qu'elle l'entendrait et ferait marche arrière:

''Lyra!''

Il se heurta malheureusement au tableau, qui s'était replacé dans sa position initiale. Les yeux humides, Trystan fit face à la Grosse Dame, la suppliant de l'aider.

''Laissez-moi entrer! Je vous en prie!''


''Vous n'avez pas le mot de passe. De plus, vous n'êtes pas un Gryffondor et je crainds que cette demoiselle n'aie pas envie de vous voir ce soir, jeune homme.''

''Pitié, c'est important!''


''Il n'y a pas d'exception. Rebroussez chemin!''

Après un moment d'hésitation, Trystan soupira. Il regarda la Grosse Dame avec des yeux suppliants, mais il n'y avait rien à faire.

''LYRA!''
, cria le poufsouffle, dans son désespoir le plus total.

Il sentit alors ses jambes fléchir sous lui et il voulut tout abandonner. C'est le coeur brisé, les yeux brûlants et le pas lourd que le préfêt fit demi-tour, se dirigeant vers sa propre chambre. Il ne pouvait s'empêcher de se demander ce qu'il avait fait de mal. Pourquoi avait-il échoué ce soir, alors qu'il était si près du but? Pourquoi se sentait-il si misérable alors qu'il avait enfin obtenu un baiser de la seule femme au monde qu'il aie jamais aimée?

Une fois arrivé dans sa chambre, Trystan retira ses vêtements et, les laissant traîner parterre, enfila sa robe de chambre et se glissa sous les couvertures. L'obscurité envahi la pièce, mais également l'esprit du jeune homme, qui cherchait désespérément à comprendre. Il n'arriva pas à fermer l'oeil de la nuit. Il ne dormirait plus jamais, tant qu'il ne comprendrait pas ce qui était arrivé.

Trystan était résolu. S'il avait fait un faux pas, alors il n'avait plus qu'une seule chose à faire maintenant: se faire pardonner à tout prix. Il ne trouverait pas la paix sinon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emi Bennett
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 194
Age : 28
Année : Assistante-infirmière de Poudlard
Age du personnage : Aucun, peut-être que ça viendra un jour...

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Lun 1 Déc - 17:43

Il y avait longtemps qu'Emi n'avait pas mis les pieds dans cette école... cela devait faire environ 6 mois, mais ça lui avait parut être une éternité. Elle avait appris, lors de son retour à Poudlard, que le bal de Noel se tiendrait le lendemain, et elle s'était dépêchée d'aller faire les boutiques pour se trouver une belle robe à porter pour cette occasion. Aller au bal lui permettrait sans doute de revoir ses anciens amis et de faire connaissance avec ses nouveaux collègues, qu'elle avait eu comme professeurs pour la plupart. En effet, la belle Emi avait été promue au rang d'infirmière seconde, c'est-à-dire qu'elle assistait madame Pomfresh à l'infirmerie.

C'est donc un peu en retard que la nouvelle employée de Poudlard entra dans la Grande Salle, vêtue d'une magnifique robe rose-orangée et coiffée simplement. Son habituel sourire illuminait son visage et c'est avec une grâce certaine qu'elle s'avança dans la pièce, fouillant la foule des yeux afin d'y retrouver des gens qu'elle connaissait. Elle remarqua assez rapidement Grégory, accompagné de cette chère Charline. Bien que leur union aie brisé le coeur d'Emi un an plus tôt, celle-ci se réjouissait de les savoir heureux, car elle tenait beaucoup à son ami. Puis, elle repéra quelques autres élèves qu'elle avait côtoyé durant ses études. Cependant, elle ne trouva pas madame Pomfresh, à son grand regret. C'est aussi avec tristesse qu'elle se rappela que son ami Zacharias n'était plus élève ici, car il avait gradué en même temps qu'elle.

Alors qu'elle était absorbée par ses observations de la foule, Emi ne remarqua pas qu'un jeune homme paniqué se dirigeait vers elle à toute hâte. Quand celui-ci la bouscula sans même s'excuser, elle le reconnut rapidement: il s'agissait de Trystan Eldel, un élève de sa maison qui avait un an de moins qu'elle. Celui-ci semblait fort pressé et c'est en regardant bien la scène que la nouvelle infirmière comprit que le jeune homme courait pour rattrapper sa partenaire, qui s'était sauvée sans crier gare.


*Ils sont tellement drôles ces deux-là.*, pensa Emi, qui se rappelait les avoir vus ensemble lors du dernier bal. Selon les rumeurs, ils ne sortaient pas encore ensemble. Bien des gens se demandaient quand ils finiraient par arrêter de se courrir après et tout simplement s'avouer leurs sentiments...

Après avoir scruté la salle avec attention, Emi remarqua une jeune fille toute seule dans son coin. Elle décida donc d'aller la rejoindre et de faire sa connaissance. Après tout, connaître sa future clientèle était important! Et puis, elle croyait qu'elle l'avait déjà croisée quelque part.

Une fois arrivée à destination, Emi s'assit sur le banc à côté de Megan.


''Belle soirée, n'est-ce pas?'', lui demanda la sorcière, question de débuter la discussion le plus simplement possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/repartitions-terminees-f69
Megan Jones
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 1062
Age : 32
Age du personnage : 18 ans

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Mar 2 Déc - 16:57

Megan avait failli s’endormir sur son banc, son verre à la main. Mais la voix de quelqu’un qui s’adressait à elle la fit sursauter. Elle posa la main sur son cœur encore battant et laissa son verre encore à moitié plein [ou à moitié vide, c’est vous qui voyiez] sur le côté. Et voilà, encore une fois il avait fallu qu’elle se ridiculise, c’était quand même très bête et idiot. Mais de toute façon, ces derniers temps, elle se sentait absolument misérable. Ô, elle n’en montrait rien, ce n’était pas son genre, elle, elle faisait plutôt parti des gens qui souriaient en toutes circonstances même quand ils se plaignaient. Une vraie plaie que ceux là, au fond, mais elle s’en sortait bien, car ce quelqu’un qui venait de la trouver à moitié endormie en plein bal, allait au moins lui tenir compagnie quelques minutes. Megan aurait bien aimé voir Carter mais bon… Tant pis, elle ferait sans lui. De toute façon, il était probablement avec Amanda et elle n’avait pas envie de tenir la chandelle. Pff, encore un noël triste, mais cela n’aurait pas été mieux chez elle…

« Hum oui, magnifique. » Elle avait tout de suite reconnu Emi qui était ancienne élève ici. La jeune fille était assistante de l’infirmière… mais Megan n’avait pas fait de crises depuis longtemps, aucune chance qu’elle connaisse son dossier médical. Du moins pas encore… Que ferait notre jeune Meg’ sans l’aide de l’infirmière ? C’était elle à qui la blondinette racontait ses malheurs quand elle n’en pouvait plus de se taire, elle qui cachait ses cicatrices, l’empêchait de s’auto mutiler. En bref, l’infirmière de Poudlard était au centre du monde de Megan, mais son assistante n’y avait pas encore sa place… pas encore.

Megan se prit à penser à ce qu’aurait été Noël si elle était rentré chez elle. Son père avait toujours du mal à contenir sa tristesse lors des fêtes de fin d’année. C’était pourtant en plein été que c’était arrivé, mais que voulez vous, il était son père, il l’aimait… et il ne supportait pas de la savoir souffrir sans pouvoir rien faire. Mais ce n’était la faute à personne et Megan était loin d’en vouloir à son père, même quand après avoir trop bu il se mettait à pleurer. Car son père était peut-être un ivrogne mais il n’était pas violent, pas du tout. Il n’avait pas l’alcool méchant. Et puis, il ne buvait pas tant que ça… d’après les statistiques que Megan avait lu dans un magazine du moins.

« Honnêtement, je n’aime pas trop venir au bal sans cavalier » finit-elle par confier en désespoir de cause. Elle n’aurait jamais du venir de toute façon, ça ne faisait que l’énerver de voir tout ces couples se tourner autour, danser et rire. Elle était maso d’avoir pris le parti de venir juste pour étrenner une robe… Plus stupide qu’elle, tu meurs. D’ailleurs, pour faire bonne figure, elle termina son verre. Au risque de sembler imiter son père, elle regrettait vraiment qu’il n’y ait pas d’alcool à cette maudite soirée.


[512]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emeraudia.forumsactifs.com
Emi Bennett
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 194
Age : 28
Année : Assistante-infirmière de Poudlard
Age du personnage : Aucun, peut-être que ça viendra un jour...

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Mar 2 Déc - 17:33

Emi voyait bien que la jeune femme n'allait pas très bien. En effet, comme elle venait tout juste d'arriver à Poudlard, elle n'avait pas encore eu le temps de lire les dossiers des élèves. Elle aurait adoré en savoir plus sur tous les élèves, de façon à ce qu'elle sache un peu à quoi s'attendre, mais elle n'en avait pas eu le temps. Elle s'y mettrait dès le lendemain, question d'être prête. Elle savait que la plupart des gens ne devaient pas avoir de dossier médical ici, mais de connaître les habitués de l'infirmerie l'intéressait.

Mais bon, revenons-en à cette soirée. Il y avait tout plein de gens, de beaux gens en santé, et qui s'amusaient. De magnifiques couples qui valsaient et qui s'aimaient et qui s'amusaient... mais ce n'était pas le cas de Megan, qui semblait particulièrement triste mais essayait à tout prix de le cacher. Il était vrai qu'Emi n'avait jamais vu cette jeune sorcière sans un sourire sur les lèvres... Alors soi elle était heureuse, soi elle cachait très bien son malheur. Emi savait qu'il y avait des gens qui faisaient cela pour se protéger, et elle trouvait cela malheureux. Cacher aux autres notre douleur, la garder en dedans... c'était malsain. L'assistante-infirmière l'avait appris l'an passé, alors qu'elle cachait ses sentiments envers son ami Gregory. Quand elle lui avait finalement avoué sa tristesse face à sa liaison avec Charline, tout c'était arrangé... avec une bonne discussion et du temps, tout fini par s'arranger. Parler n'était cependant jamais facile à faire...

La réponse que lui donna Megan face à sa question sur la soirée sonnait très faux. Elle lui avait répondu qu'elle était, en effet, magnifique, mais Emi avait du mal à croire que la jeune sorcière soit sincère en disant cela. Elle avait réellement l'air de s'emmerder. Cependant, Emi ne savait pas quoi dire pour comprendre ce qui se passait, elle n'osait pas questionner Megan sur les raisons de sa tristesse... Mais elle n'en eut pas besoin. Celle-ci lui avoua, sans même qu'Emi aie eu à dire un seul mot, qu'elle détestait venir à un bal sans avoir de cavalier.


''Oui, je comprends. C'est certain que ce n'est pas aussi amusant quand on vient seule. Je n'ai pas de partenaire non plus, étant donné que personne ne savait que j'allais arriver à temps pour venir au bal.''

Emi observa la salle avec attention et un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'elle se tournait vers Megan à nouveau.

''Mais il n'est jamais trop tard pour trouver quelqu'un avec qui danser, tu sais. Il y a plein de charmants jeunes hommes disponibles... On pourrait aller à la pêche si tu veux?''

Il y avait longtemps que la jeune femme ne s'était pas amusée à essayer de séduire quelqu'un... Si son interlocutrice voulait, ce serait amusant de s'essayer... Emi se leva donc du banc et tendit sa main à Megan. Rester assise dans son coin ne lui apporterait rien, il fallait qu'elle bouge, un peu, qu'elle prenne la peine de s'amuser.


''Aller, viens danser, on va s'amuser, tu vas voir.'', essaya-t-elle de la convaincre. Elle était persuadée qu'au fond, la blondinette avait envie de s'amuser.

(527 mots)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/repartitions-terminees-f69
Megan Jones
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 1062
Age : 32
Age du personnage : 18 ans

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Mer 3 Déc - 11:04

Megan pensa que de toute façon, ça ne devait pas être très facile de trouver un cavalier quand on était plus ou moins dans le corps professoral. Disons le, les profs manquaient de charmes dans le coin, ils étaient tous vieux et fripés. A une époque, il y avait eu Lockhart qui physiquement était pas mal, mais il restait un trentenaire et de toute façon, il était maintenant interné à Sainte Mangouste. La vie était injuste, plus on vieillissait, moins il y avait de mecs intéressants dans cette école. Enfin, passons, de toute façon, les mecs sont tous des crétins… Woé ! Vas-y Megan, rebelle toi ! « Tu as pas de chance d’être venu juste pour ce bal, tu aurais peut-être été mieux dans ta famille… » mais elle n’eut pas le temps de développer plus son sentiment sur la question car Emi lui faisait remarquer qu’il n’était pas encore temps de baisser les bras. Hum… ça se discutait, il faut le dire. Ceci dit, il est vrai que c’était bête de faire tapisserie quand on avait passé tant de temps à se préparer et à se faire belle. Bon… Après tout, pourquoi pas ? Il n’y avait pas de raison qu’elle se morfonde un soir de noël, en plus, elle avait des chaussures faites pour danser. Elle posa donc son verre et se leva, lissant les plis de sa robe.

« Ok, ça marche. Allons à la pêche ! Il doit bien y avoir quelques garçons libres pour danser tranquillement ! »
Elle fit un grand sourire à Emi et lui prit la main pour qu’elles se dirigent toutes les deux sur la piste, quitte à faire les stars, autant se mettre au milieu, et de fait, Megan s’y rendit sans l’ombre d’une hésitation. Avouons le, elle était sorti avec la plupart des mecs présents mais peu importait, elle allait s’éclater et sans alcool s’il vous plaît ! Quand Carter entendrait parler de ça, il essaierait encore de lui faire la morale mais au moins, elle serait Megan la fofolle pour de bon une soirée, ça faisait longtemps ! Au bout de quelques minutes, des garçons s’approchèrent, des garçons que Megan connaissaient un peu de vu. La blondinette fit un clin d’œil à Emi qui voulait dire « Peut-être des cavaliers potentiels, on les teste ? » Et joignant le geste à l’idée, elle s’approcha de l’un des deux, et commença à danser sur un rythme endiablé avec lui pour rapidement revenir auprès d’Emi et faire un va et vient entre les deux pour bien montrer qu’elle n’était intéressé que par la danse. C’était assez amusant et divertissant, en plus, ça donnait l’impression à Meg’ d’avoir une amie fille, ce qui n’arrivait jamais normalement, un truc de nouveau dans ce bal de noël ! Qui l’eut cru ? Au bout d’un moment, elle chuchota en riant à Emi « Je crois qu’on les passionne » Normal, elles étaient jeunes et belles, en plus, elles avaient l’air libres et prête à danser avec qui voulait… Mais seulement danser, attention ! Ce ne sont pas des filles de petite vie les garçons Wink


[523]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emeraudia.forumsactifs.com
Emi Bennett
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 194
Age : 28
Année : Assistante-infirmière de Poudlard
Age du personnage : Aucun, peut-être que ça viendra un jour...

MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   Mer 3 Déc - 13:50

(lol c'est vraiment très amusant Very Happy )

En effet, ce n'était pas facile de se trouver quelqu'un avec qui sortir, surtout que les relations entre professionnel et élève (même si, techniquement, Emi n'était plus vieille que certains de seulement un an) étaient prohibés à Poudlard, comme à bien d'autres endroits. Biensûr, la jeune femme aurait pu être accompagnée de l'un des professeurs, ou encore du concierge, mais aucun ne lui plaisait -et surtout pas ce dernier-. Elle avait donc décidé d'y aller seule, espérant secrètement qu'elle y trouverait un nouveau professeur séduisant, ce qui, à vrai dire, serait la plus belle des surprises qui lui aurait été faite dans cette école.


''Oh tu sais, les partys dans ma famille ne sont pas des plus passionnants... Et puis ça me donne une occasion de connaître d'avantage ceux avec qui je vais travailler dans les prochains mois.'', expliqua Emi à Meg' suite à son commentaire.

Voyant que Megan se levait de son banc pour se diriger vers la piste de danse, Emi se leva à son tour au moment où sa nouvelle 'amie' lui prenait les mains pour l'entraîner. Bien que la jeune sorcière lui aie d'abord parut plutôt démoralisée, celle-ci se donna à fond dans sa danse et les deux demoiselles firent objet de bien des regards alors qu'elles dansaient comme des déchaînées au milieu de la piste de danse. Tous les garçons célibataires, et même les autres, se surprirent à les regarder danser avec envie. Après tout, quoi de plus amusant que de voir deux filles en train de s'éclater sans même avoir consommé une goutte d'alcool et sans avoir besoin d'un garçon pour les guider?

Emi ne fut pas sans savoir que quelques gars s'étaient approchés, ne sachant pas trop s'ils devaient essayer de danser avec elles ou pas. C'est un énorme sourire accroché sur les lèvres que la nouvelle infirmière regarda sa compagne alterner entre l'un de ces gars et elle, de façon à faire comprendre à celui-ci qu'elle voulait danser avec lui. C'était une drôle de façon de s'y prendre, mais quoi de plus amusant que de jouer avec eux? Le deuxième garçon s'approcha alors d'Emi, apparemment intéressé à danser avec elle. Bientôt, les deux garçons, Megan et Emi furent tous les quatre réunis au milieu de la piste de danse. C'était beaucoup plus amusant que la soirée que la sorcière avait imaginé et elle ne regrettait pas d'avoir entraîné Megan avec elle pour danser. Finalement, elles passeraient peut-être une excellente soirée!


''Je pense que ça marche, ton truc.'', murmura Emi dans le creux de l'oreille de son amie, pour être bien sure que les autres personnes ne l'entendraient pas.

C'est alors que la jeune femme se rappela de son dernier bal de Noel. Elle y était venu accompagnée par l'un de ses vieux amis, Zacharias Smith. Ils avaient eu beaucoup de plaisir, si on oubliait le fait qu'Emi avait eu le coeur brisé en voyant Charline accompagner Grégory et également le fait que la pauvre Poufsouffle avait eu droit à un sortilège qui lui avait fait poussé des oreilles de lapin. Heureusement, son ami avait été là pour la sauver de cette situation gênante et la soirée s'était relativement bien terminée, après que la cavalière d'une danse de Zach -Phyllis- se soit fait virer du bal à cause de son comportement déplacé. Le bal de cette année semblait moins riche en surprises, mais il ne fallait pas parler trop vite, après tout, la soirée ne faisait que commencer!


(575 mots)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/repartitions-terminees-f69
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Bal de Noël (Année 98)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Bal de Noël (Année 98)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Bonne Année
» Couple de l'année
» "Konkour Gros Boum" fin d'année Apocalypse
» Kylan Hummel [ACCEPTE] ~ Poufsouffle (4e année)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Univers :: Le Hors-Jeu :: Les Mémoires de Poudlard Univers :: Les extraits de Pensine :: Les sujets oubliés :: Sujets Clos Saison 3-
Sauter vers: