AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Gloire dans le silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tsuya Midori

avatar

Messages : 14
Age : 27
Age du personnage : L'amour est une invention humaine sans grand intérêt…

MessageSujet: Gloire dans le silence   Lun 2 Juin - 8:48

WARNING : Sang, nécrophilie, morbide, psychopathie, torture. Bref, tous les trucs qu'il faut pas quoi. Je sais pas du tout si ce RP peut se révéler choquant pour certains, je pense pas mais bon. Je préfère le signaler quand même. Personnellement, je sais que je suis quelqu'un d'hyper sensible aux scènes gores, au morbide et compagnie, donc si j'ai écrit tout ça c'est que ça doit être très supportable. Il faut surtout s'étonner de rien, Tsuya est complètement dérangé. Cherchez pas à comprendre, lisez juste ! X)

Des pleurs. Une formule. Un cri. Puis, plus rien. Silence de mort. Cette dernière venait tout juste d'emmener ce pauvre homme dans l'autre monde. Dans son monde à elle. L'au-delà. Mais… Au fond, existe-t-il vraiment ? Quelque chose nous attend-il une fois le corps devenu cadavre ?
Est-ce mieux qu'ici ? Est-ce encore pire ?
Autant de questions sans réponses pour Tsuya, qui avait fait venir la faucheuse quelques secondes plus tôt.
Parfaitement immobile, le jeune homme observait le cadavre. Il savait très bien qu'il ne bougerait plus. Seulement, il avait envie de contempler ce visage pâle. Si le processus avait été plus rapide, Tsuya l'aurait bien regardé se décomposer jusqu'au squelette. Il n'avait pas grand-chose à faire de toute façon.
C'est bien pour cela qu'il en était arrivé là.
Mais pour comprendre le fin mot de l'histoire, il faudrait remonter le temps…


¤¤¤¤¤¤¤

FLASH-BACK :

Midi. Ah non. Midi une. Le temps de consulter l'heure et hop, la grande aiguille s'attaquait déjà à la minute suivante.
Tsuya la fixa pendant sept minutes sans ciller. Non pas que l'horloge soit intéressante, loin de là. Mais il n'avait rien d'autre à faire de sa journée. Alors il regardait l'heure, accompagnant l'aiguille du regard. Peut-être espérait-il la faire tourner plus vite.
Au contraire, le temps lui semblait incroyablement long. Quelle journée ennuyeuse. Celle d'hier était pareille. Demain le sera aussi.
Le Mangemort expira plus fort que d'habitude, ce qui équivalait à un soupir chez lui. Il évitait de soupirer comme tout le monde ; cela l'obligeait à ouvrir la bouche. Ses lèvres ne remuaient jamais, ou presque. Elles ne s'étiraient jamais vers le haut, ni même vers le bas. Elles restaient totalement figées.
Sauf peut-être pour manger. Il le fallait bien pour faire taire son estomac.

Tsuya était donc assis sur une chaise, parfaitement droit, les mains superposées sur ses genoux joints l'un contre l'autre. Aujourd'hui, il s'était fait une coiffure compliquée. Ça mettait du temps, et c'est bien pour cette raison qu'il se l'était faite. Ses cheveux de jais attachés en arrière, il avait bouclé plusieurs mèches et les laissait retomber de part et autre de son visage. Une frange régulière cachait son front, touchant presque ses sourcils qu'il n'avait plus. Il les avait rasé. Il n'avait que ça à faire de toute façon. Puis finalement, le jeune homme s'était aperçu que ce n'était pas spécialement élégant. Alors il les avait redessiné à l'aide d'un crayon indigo. Avec ses yeux fardés, son mascara, son rouge violet à lèvres et son fond de teint blanc, il était, comme toujours, magnifique.
Autour du cou retombait son pendentif en forme de croix. Pour s'habiller, le Mangemort avait choisi une robe noire ornée de froufrous blancs qui aurait très bien pu appartenir à son arrière arrière arrière arrière-grand-mère.

Qu'est-ce qu'il s'ennuyait ! Il se leva lentement et se dirigea vers l'horloge. Il l'attrapa délicatement pour la décrocher du mur. Avec son doigt, Tsuya poussa la grande aiguille pour la faire avancer, entraînant avec elle la petite aiguille. Tant et si bien qu'un bruit anormal retentit dans les engrenages internes de l'horloge. Elle était cassée. Pas grave. Elle n'était pas à lui, alors qu'importe ?
Elle appartenait sûrement à celui qui habitait cette maison. Ou celle. Parce que justement, Tsuya ne savait même pas où il se trouvait. Dans une maison, ça oui. Mais laquelle ? Mystère. Il ne savait pas ce qu'il faisait là et n'avait pas envie de chercher à comprendre. Il était là, tout simplement.
Le fait de connaître le nom du lieu où il se trouvait l'aiderait-il à ne pas s'ennuyer ? Non, sûrement pas.
Parce que cela le forcerait à réfléchir. Trop compliqué.

Soudain, un miaulement se fit entendre. Probablement un chat. Tsuya se retourna et chercha l'animal du regard. Celui-ci venait de sauter sur le comptoir de la cuisine où ils se trouvaient. Les yeux du félin se braquèrent sur le jeune homme et le fixèrent. Ce dernier en fit de même. Ils s'observèrent un moment, chacun attendant que l'autre baisse les yeux. Technique d'intimidation, très certainement. Tsuya n'en savait rien, il ne connaissait rien aux chats.
Finalement, ce fut l'animal qui baissa les yeux et se roula en boule sur le comptoir.


*Gagné…*

Oui, le Mangemort avait remporté ce "duel". Du moins, c'est comme ça qu'il voyait les choses. Il avait donc tous les droits sur son adversaire. Il posa l'horloge sur la table avant d'attraper la grande aiguille entre son pouce et son index. Il tira d'un coup sec, la détachant ainsi de son support.
Lentement, il fit quelques pas en direction du chat. Il ne fallait pas l'effrayer. Arrivé près du comptoir, le Mangemort se figea. L'animal se léchait la patte et semblait se désintéresser totalement de l'inconnu. Malheureusement pour lui, ce n'était pas réciproque. Tsuya plaqua subitement le félin de sa main gauche contre le comptoir. Ce dernier émit un miaulement de protestation, rauque, agressif, en se débattant comme il pouvait.
Mais le jeune homme s'en fichait. Il était en position de force, et ce n'était pas ce chat qui allait lui dire le contraire. Il approcha la grande aiguille qu'il tenait toujours dans sa main droite vers la tête de l'animal.
Sans prévenir, il la planta dans l'œil gauche du chat qui miaula de douleur. Il venait de lui crever l'œil. C'était amusant. Il réitéra l'opération sur l'œil droit, arrachant au félin un nouveau cri plaintif. Voilà. Le chat avait maintenant les yeux crevés. Dommage, c'était déjà fini. Un peu trop rapide au goût de Tsuya. Mais toutes les bonnes choses ont une fin comme on dit.

Il lâcha l'aiguille qu'il avait laissé plantée dans le globe visuel de l'animal. D'un geste mou, sa main libre fouilla sa poche. Point de baguette magique. Où l'avait-il mise ? Ah oui, c'est vrai. Tout à l'heure, il n'avait pas retrouvé le petit bâton pour maintenir son chignon. Alors il avait utilisé sa baguette. Tsuya la chercha à tâtons au sommet de sa tête. L'attrapant, il tira dessus pour l'extirper de sa masse de cheveux. Ils retombèrent gracieusement dans son dos, ondulant grâce aux soins qu'il leur avait prodigué.
Il pointa ensuite sa baguette sur le chat et pensa à la formule Petrificus Totalus. L'animal se figea aussitôt sous l'effet du sortilège.
Ensuite, le jeune Midori se tourna vers les armoires. Il se trouvait dans une cuisine. De ça, il en était certain. Il y avait donc des couteaux. Enfin, en théorie.
Il se dirigea vers l'armoire la plus proche et l'ouvrit. En fouillant dedans, il trouva enfin ce qu'il cherchait. Des couteaux de boucher.
Rangeant sa baguette dans sa poche, empoignant le couteau dans sa main droite, il retourna à petits pas vers le félin, raide comme une statue.
Il approcha la lame du cou de l'animal et commença à le scier, lentement mais sûrement. Cela produisait de petits bruits semblables à des craquements que Tsuya trouvait particulièrement mélodieux. Le sang commença à affluer, souillant la belle fourrure blanche de l'animal.
Tsuya se heurta aux os qui montrèrent une certaine résistance. Cette fois, il dut prendre son élan pour les briser d'un coup sec. Il acheva la besogne ainsi, se servant du couteau comme d'une hache.

Enfin, la tête se sépara du corps dans une marre de sang. Puis soudain, des bruits de pas. Quelqu'un dévalait un escalier, situé probablement quelque part dans la maison. La porte de la cuisine s'ouvrit sur un homme en costar, particulièrement élégant. Sauf ses cheveux, encore en bataille. Il était sûrement en train de s'en occuper car il tenait un peigne dans sa main gauche, la droite toujours posée sur la poignée.
Son regard se posa d'abord sur l'intrus et descendit lentement jusqu'au chat. Son chat. Il ouvrit de grands yeux et sa mâchoire sembla se décrocher. Visiblement, l'homme au costar était horrifié par cette macabre découverte.
Il reporta son attention sur Tsuya et bredouilla, très choqué :


-M… Mais… Q… Qui êtes-vous ?! Q… Qu'est-ce que vous faites ?!!

L'intéressé considéra l'homme un moment avant de tremper son doigt dans le sang. Il pivota sur lui-même et fit face au frigo. Se dirigeant vers celui-ci, il écarta toutes les babioles aimantées et les mémentos collés sur sa porte. Puis il écrivit en lettres de sang :

« Je tue votre chat. »

Ne voyant aucune réponse venir, le Mangemort s'approcha lentement de l'homme, marquant une pause à chaque pas. L'autre ne bougeait pas, apparemment pétrifié par ce qu'il était en train de vivre. Tsuya s'arrêta à une trentaine de centimètres de lui et tendit son bras vers celui de l'homme. Il lui prit le peigne des mains et serra fort dans son poing pour le briser. Il plongea ensuite son regard impénétrable dans celui de l'homme au costar. Ce dernier déglutit péniblement. Il était terrifié, aucun doute là-dessus. Le Mangemort sourit intérieurement, seul sourire qu'il savait faire dont il était le seul à profiter. Il glissa ses doigts entre ceux de l'homme et les resserra. Il se doutait que pour transplaner une personne qui ne savait pas le faire d'elle-même, il fallait la tenir. Et c'est justement ce qu'il voulait faire. Alors il transplana sans prévenir, l'homme avec.

Ils atterrirent tous deux dans un cimetière. Et pas n'importe lequel. Celui où Lord V-quelque chose avait ressuscité. Son maître dont il ne retenait jamais le nom.
La végétation s'étendait sur cet endroit obscur. Au loin, l'on pouvait apercevoir une petite église et de l'autre côté, une colline sur laquelle se dressait une ancienne demeure. Le ciel, était très assombri par d'énormes nuages gris, presque noirs, menaçant de déverser leur contenu à tout instant.
Mais le jeune Midori n'y prêta pas attention. Il poussa violemment l'homme à terre qui cherchait à comprendre ce qui venait de se produire quelques instants plus tôt. Le Mangemort ressorti sa baguette et lança un Doloris sur sa victime.
Ce sortilège était décidément l'un de ses rares plaisirs dans la vie. Il se délecta à la vue de l'homme au costar se tordant de douleur par terre, poussant des plaintes déchirantes, presque insoutenables. Il fit durer le spectacle trois bonnes minutes avant de s'en lasser. Du moins… Pour le moment.
Tsuya garda sa baguette pointée sur l'homme. Celui-ci gémissait sur le sol et fit sortir toute sa douleur par ses glandes lacrymales.


Des pleurs.

Pauvre homme. Comme il était méprisable. Le jeune Midori fit quelques mouvements de baguette et pensa très fort à l'Avada Kedavra.

Une formule.

Un éclair de lumière verte le frappa en plein cœur. Tsuya s'autofélicita. Il savait viser. Il s'était mis pour objectif de viser son cœur, bien que n'importe quelle autre partie du corps eût fait l'affaire. Un dernier son franchit les lèvres de l'homme au costar.

Un cri.

Il expira son dernier souffle. Ça y est. Son expression se figea, sur celle que le Mangemort préférait : l'expression de terreur. Les muscles se détendirent et le corps se raidit. Il commença déjà à se faire plus pâle.

Puis, plus rien.

Passé de vie à trépas, Tsuya avait maintenant devant lui une simple dépouille.

Silence de mort.

Parfaitement immobile, le jeune homme observait le cadavre. Il savait très bien qu'il ne bougerait plus. Seulement, il avait envie de contempler ce visage pâle. Si le processus avait été plus rapide, Tsuya l'aurait bien regardé se décomposer jusqu'au squelette. Il n'avait pas grand-chose à faire de toute façon.
C'est bien pour cela qu'il en était arrivé là.


¤¤¤¤¤¤¤

Maintenant qu'il était mort, Tsuya le trouvait bien plus attirant. Cette pâleur. Cette raideur. Cette expression terrifiée. Absolument fascinant. Excitant même. Assez pour éveiller son désir. Il se laissa tomber à genou, aux côtés de sa victime. Il posa ses mains de part et autre de la tête du cadavre et se pencha vers elle. Il posa ses lèvres sur les siennes et força le passage. Pour une fois qu'il ouvrait la bouche autrement que pour manger. Sa langue caressa celle du mort qui ne pouvait répondre à ce baiser. Mais ça allait bien deux minutes. Il pensa sur le coup que s'il avait embarqué le couteau, il aurait égorgé sa victime pour s'abreuver de son sang. Il se retira de la bouche du défunt, éraflant volontairement sa langue contre la denture. Le jeune homme voulait aller plus loin. Il s'apprêtait à déshabiller le cadavre lorsqu'un bruit lui fit relever la tête…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/presentations-validees-f67
Jack Morrisson

avatar

Messages : 53
Age : 23
Age du personnage : Nein ~

MessageSujet: Re: Gloire dans le silence   Lun 2 Juin - 20:36

[Savez vous que je ressemblais à ca ce matin -> pale ?? Oui, je dois être encore plus sensible que toi, ca doit être ca.. XD]

Badaboum! Suspect
- Aïouïaïaïlleuuh! Quel est l'enfoiré de $@x*%¤ qui a fait ça? Peut plus s'balader tranquille!...
Entrée de jeu hyper discrète... Jack se relève brusquement, et regarde autour de lui.
- KYAAAAAA !

Deux visions, deux mots, deux pensées. Un cadavre et une poupée grandeur nature. Victime et assasin. Alaidoscour et kiksékafaissa.

~~~

Mais laissons notre pauvre petit Jack reprendre ses esprits et essayons de comprendre la situation. Pour cela, il nous faut revenir en arrière. Evidemment, nous n'avons pas à notre disposition de Retourneur de temps, et c'est justement là que réside la Magie du récit : un peu faire futur-passé-présent-passé sans que ca dérange personne !
Un peu plus tôt dans la journée, Jack Morrisson s'était réveillé dans un lit, dans une chambre, dans un hotel, dans une rue de Londres, côté moldu. Il était environ dix heures, ce qui était tôt pour notre jeune homme. Cependant, il ne voyait pas l'intérêt de rester au lit, aussi en sortit-il tranquillement. Après être passé devant le miroir la Salle de Bain, il s'était dit qu'il était temps de se reprendre en main. Evidemment, les temps étaient pour les Mangemorts, car aucun travail ne les attendait, en général, et cela était particulièrement le cas pour un gars comme Jack : il était innocent, simple, il ne manquait pas d'entrain, mais la motivation n'y était pas. Chercher du boulot? Quel intérêt? Evidemment viendrait un jour où les maigres récompenses du Seigneur des Ténèbres et la dot de ses parents ne suffiraient plus. Là alors, peut-être (et ce n'est point certain) se décioderait-il a bouger. Pour l'instant, il passait ses journées à rien faire, à tourner en rond, à vagabonder d'hotels moldus en hotels moldus.
Après une toilette primaire - rasage à la baguette, coiffage manuelle de la tignasse rebelle, arrosage (manuel elephant ) de la face pour retrouver un aspect assez présentable. D'un coup de baguette magique, il rassembla ses affaires devant son sac, choisit un jean basique (avec malgré tout quelques petits trous), y aggraffa quelques épingles à nourrices, pour le fun, enfila une chemise blanche, bien repassée (comment qu'il a fait, ça, j'sais pas...) ainsi qu'une cravatte noire (pas trop sérrée, ca fait mal) avant d'enfiler un cuir sans trop de valeur. Puis il foutu le reste de ses maigres possessions en bazar dans le sac, s'arrangeant avec un petit sortilège tout gentil pour avoir assez de place. Puis il sortit de la pièce, ferma la porte sans oublier la clé et descendit tranquillement les escaliers. Arrivé en bas, il paya rapidement le gérant des lieux, puis sortit dans les rues de Londres.
Ce qu'il fit par la suite n'a pas grand intéret. Il marcha, marcha et marcha dans les avenues bondées, les yeux dans le vague, sans vraiment savoir ce qui se passait autour de lui. Ses pensées étaient fixé sur un point un tantinet plus interessant : que ferait-il aujourd'hui? Et pour l'instant, il n'en avait strictement aucune idée.
Ses pas lui indiquèrent le chemin. Il se retrouva devant le Chaudron Baveur vers deux heures moins le quart, traversa le bar sans un mot et, après avoir tapoté aux bons endroits sur le mur de pierres rouges, se retrouva sur le Chemin de Traverse. Là, il transplana.
Il atterit au cimetierre.... Comment ça quel cimetierre? LE cimetierre! Le repère des Mangemorts, l'un des lieux les plus calmes d'Angleterre, l'endroit qu'avait choisi Lord V... (parait qu'il faut pas prononcer son...) pour ressuciter il y a peu, le cimetierre, quoi.
Jack déposa son baluchon près d'une pierre tombale (la même depuis bientôt 7 ans) et commença à marcher parmis les tombes, mains dans les poches, baguette à proximitée, sans bruits. Le vent soufflait un peu, le ciel bleu se grisait, mais dans l'ensemble, il ne faisait pas mauvais.
Un cri. Badaboum. Nous revoila au présent !! study


~~~

Maintenant, tout le monde sait pourquoi Jack est là. Lentement, il s'approcha de la poupée brune, qui était tranquillement affairée à tripatouiller ses mains sur le cadavre, surement sa victime d'il y a un instant. Surement l'auteur du cri, cri qui s'est évanoui avec le pauvre monsieur.
Enfin, le cerveau paresseux de Jack se mit en mouvement. Crime, cimetierre, magie. Mangemort. Mangemorte, dans la tête de Jack.

- Bonjour...

[Raah la rage, j'avais fait un truc et il s'est effacé ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuya Midori

avatar

Messages : 14
Age : 27
Age du personnage : L'amour est une invention humaine sans grand intérêt…

MessageSujet: Re: Gloire dans le silence   Sam 7 Juin - 20:39

De son regard indéchiffrable, Tsuya observa le nouveau venu qui venait de parler. Il ne le connaissait pas. Il ne l'avait jamais vu non plus. Pourtant, cet homme venait de le saluer comme s'ils s'étaient croisé dans la rue le plus simplement du monde.
Le Mangemort se mit à réfléchir. Si l'individu était armé d'une baguette, il fallait faire attention. Tsuya avait rangé la sienne dans une poche de sa robe, de plus, il était allongé. Pas vraiment la position idéale pour se défendre.

Mais si l'homme avait été un Auror, il aurait été scandalisé par la scène et se serait empressé de le capturer.
Un simple passant sinon ? N'aurait-il pas été terrifié par ce spectacle au point de s'enfuir en hurlant, de peur de connaître le même sort ?
Alors était-ce… Un autre Mangemort ? Après tout, ils ne se craignaient pas entre eux.
Pourtant, le Japonais ne l'avait jamais croisé nulle part, bien qu'il se rende fréquemment aux réunions du Seigneur des Ténèbres. Quoique. Il n'avait jamais prêté une grande attention aux autres. Il se pouvait qu'il n'y ait jamais fait trop attention.

Tsuya détailla encore le nouvel arrivant avant de se remettre lentement en position assise. Puis il se releva précautionneusement, s'appuyant à une pierre tombale pour ne pas perdre l'équilibre. C'est que ce n'était pas évident avec des talons de dix centimètres !
Habituellement, il n'accordait pas d'attention aux autres. Ils ne servaient à rien. Pourquoi leur parler ? Mais là, difficile de faire autrement. Et puis cet homme l'intriguait. Qui sait ? Il se révélerait peut-être être un Mangemort particulièrement inventif au niveau des tortures, crimes et autres passe-temps de ce style.

Le seul problème était bien évidemment la communication. Le fait qu'il ne voyait pas l'intérêt de discuter avec les autres ne l'avait pas habitué aux conversations. Outre son asociabilité, Tsuya n'aimait pas parler, entendre sa propre voix. Elle lui était si désagréable ! Sans compter qu'elle ne collait pas du tout avec son physique.
Enfin, il pouvait bien trouver un autre moyen de communication.
Car oui, le Mangemort avait décidé de porter un peu d'intérêt à la personne qu'il avait en face de lui.

Comment avait-il expliqué à l'homme au costar qu'il tuait son chat déjà ? Ah c'est vrai, en trempant ses doigts dans du sang et en écrivant sur la porte du frigo. Le Japonais regarda ses doigts. Le sang avait séché. De plus, il ne voyait pas sur quelle surface il pourrait bien écrire, les tombes étant assez sombres.
Un sortilège lui vint à l'esprit.
Il sortit lentement sa baguette, fixant machinalement une pierre tombale des yeux. Puis il la pointa en l'air, évitant la direction de son "interlocuteur", pour éviter les malentendus. Tsuya ne voulait pas qu'il se sente menacé, sinon, cela pourrait virer à la bagarre.


*Flambios.*

Ayant pensé la formule et les mots qu'il voulait faire apparaître, la baguette se mit à former des petites lettres de feu, lévitant dans les airs. On pu ainsi lire :

« Mangemort aussi ? Jamais vu auparavant. Ton nom ? Le mien est… »

Tsuya hésita quelques secondes avant de terminer l'écriture de sa phrase. Il avait toujours détesté son nom et son prénom, préférant à la place être surnommé "Nana" (sept). Son chiffre préféré. Il opta pour la vérité en spécifiant bien d'éviter de l'appeler ainsi :

« Le mien est Tsuya, mais ne m'appelle jamais comme ça. On me surnomme Nana. »

Il fit tourner la baguette entre ses doigts avant de la serrer contre son cœur. Il se figea presque, son regard impassible toujours fixé sur l'homme inconnu. Seul le vent faisait onduler ses cheveux lâchés et les pans de sa robe. Il sentit quelque chose de froid tomber sur sa joue. Une goutte ? Sûrement, vu le temps qu'il faisait. Une deuxième tomba. Puis une troisième. La fréquence s'intensifia. Il pleuvait. Mais pas très fort. Seulement une petite bruine. De toute façon, l'eau ne le dérangeait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/presentations-validees-f67
Jack Morrisson

avatar

Messages : 53
Age : 23
Age du personnage : Nein ~

MessageSujet: Re: Gloire dans le silence   Dim 8 Juin - 12:08

Silence majestueux. Jack, les mains dans les poches, fixait la poupée allongée face à lui. Elle ne se décidait pas à prendre la parole, mais le jeune homme crut lire dans ses yeux et dans tout son corps qu'il s'apprêtait à bouger ; aussi resta-t-il tranquillement immobile. De toute façon, si elle cherchait à l'attaquer, il avait sa baguette à portée de main et avait apprit au cour de quelques missions pour le Lord à la déguainer assez rapidement.

La poupée se releva lentement, retrouvant peu à peu son équilibre. Ce n'est qu'alors que Jack remarqua les chaussures de son étrange interlocuteur. Il n'en avait jamais vu de semblable, mais elles lui plaisait bien. Enfin, pas pour lui, hein ! Suspect Puis, alors qu'il pensait qu'elle prendrait enfin la parole lorsqu'elle se serait remise en position normale, elle éternisa son mutisme. Le Mangemort ne tenta pas de déchirer ce bruyant silence. Il savait que la poupée réflechissait.

La luminosité baissa d'un cran soudainement. Jack leva les yeux vers le ciel. Une masse de nuage s'approchait, et à l'instant même, était passée devant le globe de feu illuminant la Terre. Jack sourit vaguement et reporta son attention sur la poupée. Il se remit à la détailler. Des cheveux de jais, bouclés, relevés en une effrayante construction d'une complexité redoutable, de l'avis de Jack. Des yeux foncés, ou alors trop maquillés pour qu'on puisse en distinguer la couleur. Des lèvres redessinées. Des sourcils violets. Violets ?? Oui. Une robe à froufrous. Et enfin ces chaussures. Ce que Jack préférait entre tout ces détails, c'était peut-être... les cheveux. Ou bien les chaussures.
Mais Jack commençait à trouver l'allure de cette poupée étrange, comme si il se trompait sur son identité.

Cependant, il n'eut pas le temps de réfléchir plus longuement à cela. A l'aide de sa baguette magique, la poupée écrivait dans les airs en lettres de feux. Aussitôt, Jack se posa une multitude de questions : muette? sourde? ou tout simplement pas envie de parler? Et enfin, la question existentielle : devait-il répondre oralement ou par écrit ?

Tout en réfléhcissant à ce problème de première envergure, il lut le message du Mangemort face à lui. Il remarqua l'hésitation avant de tracer son nom, mais n'y fit pas plus attention que cela. Tsuya ? Joli nom. Nana? D'accord. Ce message lui avait appris deux trois détails sur son interlocuteur, mais il croyait toujours que c'était quelqu'un du sexe féminin.

Au moment ou Jack sortait sa baguette de sa poche, gardant l'autre main au chaud, la pluie se mit à tomber. Jack leva les yeux au ciel : la masse de nuage de tout à l'heure était exactement au dessus d'eux, et apparement, elle y était bien. Il haussa les épaules et à son tour, forma des petites lettres de feu.

*Flambios. Hey, j'adore ce sortilèges! ^^*
« Mangemort. Jack. Enchanté, Nana. »

Il rabaissa sa baguette, se demandant ce qui allait se passer maintenant. Il en avait totalement oublié le cadavre, à leur côté. Habitué à l'odeur de la mort, surement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuya Midori

avatar

Messages : 14
Age : 27
Age du personnage : L'amour est une invention humaine sans grand intérêt…

MessageSujet: Re: Gloire dans le silence   Lun 16 Juin - 17:09

Tsuya fixait toujours l'inconnu lorsque celui-ci sorti sa baguette de sa poche. Qu'avait-il l'intention de faire ? L'attaquer ? Le Mangemort sentit ses muscles se contracter et il serra sa baguette contre lui encore plus fort. Il garda toutefois sa posture immobile, observant attentivement le moindre fait et geste de son interlocuteur. Ce dernier regarda le ciel au moment où la pluie commença à se déverser sur le cimetière. Il haussa les épaules avant d'écrire lui aussi en lettres de feu. Tsuya ne put s'empêcher d'être surpris : il ne s'attendait pas à une réponse écrite. Mais après tout pourquoi pas ? C'était original. Cet homme l'intriguait, et ce n'était pas peu dire. Lui qui habituellement ne s'intéressait guère aux autres. Pourtant, celui-là semblait digne d'intérêt. Qui sait, ils trouveraient peut-être un terrain d'entente ?

Perdu dans ses pensées, le Mangemort n'avait pas encore lu la réponse. Il posa son regard sur les lettres de feu. Il avait raison : l'inconnu était bien un Mangemort, comme lui. Cela faisait déjà un point commun. S'il avait l'esprit tordu imaginatif, ils pourraient s'amuser ensemble pour tuer le temps. Deuxième information qui s'encra dans le cerveau de Tsuya : son interlocuteur s'appelait Jack. Il pouvait enfin mettre un nom sur son visage. Il avait ensuite ajouté "enchanté". C'était bien la première fois que quelqu'un lui disait une telle chose. Mais ça ne pouvait pas lui faire de mal. Au contraire. L'un des pires ennemis du Japonais était l'ennui. Et il s'était rendu compte que seul, on y était plus facilement exposé. Alors pourquoi ne pas se faire un camarade de jeu ?
Enfin, Jack n'avait pas oublié de l'appeler par son surnom. À la bonne heure ! Tsuya détestait son prénom. C'est bien pour cela qu'il s'était trouvé un surnom. Mais les rares imbéciles avec qui il était amené à dialoguer l'oubliaient souvent. Des Mangemorts pour la plupart. Normal, ils étaient quand même ses "collègues de travail".
De toute façon, ils n'étaient pas réputés pour leur intelligence ni même pour leur complaisance.
M'enfin ce Jack avait l'air différent. Oui. Il n'avait pas l'air d'un de ces Mangemorts abrutis et infréquentables.

Tsuya reporta son attention sur son vis-à-vis. Celui-ci avait rabaissé sa baguette. Il attendait très certainement une réponse à cette discussion pour le moins originale. Ne considérant plus Jack comme un ennemi potentiel, le Japonais décida de s'approcher un peu. Il buta sur le cadavre du type qu'il avait assassiné un peu plus tôt. Tiens, c'est vrai. Il était encore là lui. Tsuya l'avait complètement oublié.
D'ailleurs, il n'était vraiment plus drôle. Mieux valait s'en débarrasser. Le Japonais se remémora la formule pour faire disparaître définitivement quelque chose du décor.
Il pointa lentement sa baguette vers le corps inerte et pensa :


*Cadaver Evanesca.*

Le mort se volatilisa presque instantanément. Ce n'était pas dommage. Il n'était plus amusant de toute façon. Tsuya fit quelques pas vers Jack, s'arrêtant à deux mètres de lui. Il tendit sa baguette en l'air, prêt à écrire ses futures paroles à l'aide du sortilège Flambios. Puis il se ravisa. Il l'avait déjà fait, ça allait bien cinq minutes. Autant tester autre chose. Le Mangemort s'agenouilla, prenant soin de réajuster sa robe comme il faut. Avec sa baguette, il écrivit dans le sol devenu boueux grâce à la pluie. Pluie qui ne s'était toujours pas arrêtée. Mais Tsuya aimait bien, alors elle ne le dérangeait pas.
Il s'appliqua à tracer manuellement des lettres dans la terre humide. Le Mangemort les avait écrites à l'envers par rapport à lui, puisqu'il faisait face à Jack, pour que celui-ci puisse lire sans avoir à faire le tour. On pouvait à présent y lire :


« Tu veux jouer avec moi ? À déterrer des squelettes par exemple, ça peut être marrant. Et on les fera danser avec un sortilège de Tarentallegra. Ou alors on leur fera cracher des limaces. Comme tu veux, moi je suis partant pour tout ce qui est drôle. »

Après avoir rédigé sa réponse, Tsuya secoua son poignet gauche avec lequel il avait écrit. Il lui faisait un peu mal. La douleur passée, il rangea la baguette dans sa poche et releva la tête vers Jack qui lui paraissait incroyablement grand. D'ailleurs, il n'allait pas rester par terre deux mille ans. Le Mangemort se releva lentement, manquant de trébucher. Maudits talons ! Il fit le tour et vint se placer à côté de Jack, pour pouvoir relire son message sans avoir à le faire à l'envers.
Pour le mot "partant", Tsuya avait hésité à mettre un "e" à la fin. Il aurait put se faire passer pour une femme, ç'aurait été drôle. Mais finalement non, il avait renoncé à cette idée. Son interlocuteur pouvait très bien penser qu'il avait oublié le "e" ? Oh et puis de toute façon, ça n'avait aucune importance.
Il s'en fichait, du moment qu'ils trouvent vite un jeu amusant. Et dans un cimetière, il y avait de quoi faire ! Entre les squelettes, les cadavres en décomposition, les vers de terre et autres savoureuses bestioles, ils ne manquaient pas de jouets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/presentations-validees-f67
Jack Morrisson

avatar

Messages : 53
Age : 23
Age du personnage : Nein ~

MessageSujet: Re: Gloire dans le silence   Mar 17 Juin - 11:45

La pluie tombait toujours dans le cimetière, et semblait s'épaissir de minutes en minutes. Pourtant, Jack n'avait pas l'impression d'être plus mouillé qu'avant. Un instant, il se soucia de ses affaires, et surtout de sa belle guitare, restés à l'entrée, près d'une pierre tombale... Mais il n'eut pas le temps de s'en préoccuper plus. De toute facon, il avait mis la valise par dessus l'instrument, et la pierre des morts les protégeaient partiellement de l'averse.

Tsuya, face à Jack, ne semblait même pas avoir conscience de l'eau qui dégoulinait du ciel comme de sa jupe. Comme si c'était la chose la plus banale, il s'assit à terre et écrivit sa répons manuellement. Jack ne put réprimer un sourire. Encore un original. En étudiant de plus près le gestuelle de la poupée japonaise, il s'aperçut qu'en plus d'écrire au sol, elle écrivait à l'envers, et qu'elle ne paraissait pas avoir du mal à le faire. Ses lettres n'étaient pas maladroites comme le sont souvent celles des hommes 'normaux'. Elles étaient tranquillement lisible, sans tremblements, rien.

Le Mangemort se releva, chancella un instant, retrouva son équilibre. Jack n'esquissa pas un mouvement. En descendant les yeux sur le message, il fit rentrer sa baguette dans sa poche, sa deuxième main reproduisant ainsi symétriquement la posture de celle de gauche.

« Tu veux jouer avec moi ? À déterrer des squelettes par exemple, ça peut être marrant. Et on les fera danser avec un sortilège de Tarentallegra. Ou alors on leur fera cracher des limaces. Comme tu veux, moi je suis partant pour tout ce qui est drôle. »


Là, le sourcil gauche de Jack se releva en accent circonflexe. Jouer à détérrer les morts? Faire danser des cadavres? Amusant? Visiblement, il était tombé sur un cas...

Puis il remarqua quelque chose : Nana avait écrit "partant". C'était donc un homme. Oui, surement, il n'était pas du genre à faire des fuates si grosse que ca. C'était un homme. Un bel homme, bien habillé, bien maquillé. Un homme, quoi.

Jack réfléchit à la situation. Soit il essayait de comprendre en quoi jouer avec des morts était amusant, soit il annoncait son avis à son interlocuteur, soit il se tirait. La troisième solution était très peu envisageable. Fuir face à un ami? Pfff... Mais en même temps, le jeune homme ne se sentait ni la trempe de decevoir Tsuya, ni le fait de lui dire ce qu'il pensait de ces amusements. Il fallait encore réfléchir... La vie est drôlement fatiguante, à ce niveau là...

Pendant ce temps, Tsuya, après avoir dis Bye Bye à sa victime, s'était rangé au côté de Jack. Que dire, que faire? Les neurones de Jack analysait douloureusement chaque facette de la situation. N'étant pas habitués à ce niveau de réfléxion, Jack choisit d'en finir avec ke supplice intelectuel. Préférant les lettres de feu (qu'est ce qu'il l'aime, ce sortilège, souvenez-vous), il ressortit sa main de sa poche :


« Je n'ai pas vraiment l'habitude de faire valser des morts... Cependant, je veux bien essayer. Si tu dis que c'est marrant... »


Hop là. Une chose de faite. Jack rangea de nouveau sa baguette et sa main dans sa poche, avant de réaliser qu'il avait la gorge sèche. Relevant la tête vers le ciel, il ouvrit la bouche, et une, deux, trois, quatre gouttes tombèrent dans son gosier. Le nuage gris avait viré au noir. Peut-être un rage allait-il éclater ?

Abandonnant là l'oeuvre manuscrite de Tsuya, Jack s'approcha d'une pierre tombale, non loin de la. Elle appartenait à un certain George Thickey, mort il y a quatorze ans. Le jeune Mangemort s'assit sur les dates et caressa la pierre gentiment.

* Désolée, m'sieur, j'ai pas l'courage de l'en dissuader... Faites passer l'message aux autres. *


Un sourire fatigué s'installa sur les lèvres de Jack. Il releva la tête vers Tsuya, dont la jupe devait être lourde de l'eau de pluie qui y tombait sans arrêt. De nouveau, il observa les chaussures de celui qu'il continuait de considéré comme une poupée de cire. Comment arrivait-il a se déplacer sur ces plate-formes?


EDIT DE MINY: Le code d'écriture du forum n'est pas respecté (couleurs de paroles diverses et différentes [+] actions en couleur et non en italique) Merci d'aditer au plus vite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsuya Midori

avatar

Messages : 14
Age : 27
Age du personnage : L'amour est une invention humaine sans grand intérêt…

MessageSujet: Re: Gloire dans le silence   Mar 24 Juin - 15:32

Après avoir lu la proposition de Tsuya, Jack sembla réfléchir un moment. Pas grave, ils avaient tout leur temps de toute façon. Tsuya attendit, les mains jointes ramenées contre sa poitrine. L'eau continuait toujours de tomber, les nuages semblant se déverser sans fin.
Sa belle coiffure complexe qu'il avait mis tant de temps à faire devait être complètement défaite. Pas grave non plus, il la referait. Ses habits étaient également trempés. Il le sentait au poids de sa robe à présent imbibée d'eau.

Finalement, le Japonais vit son interlocuteur répondre à nouveau en lettres de feu, lui expliquant qu'il n'avait pas l'habitude de faire danser les morts, mais qu'il voulait bien essayer si soi-disant c'était marrant.
En fait, Tsuya n'avait jamais vraiment testé non plus. Mais il le supposait. Et puis, il en avait eu l'idée.
Il relut la réponse et ses yeux se fixèrent sur les trois petits points finaux. Il allait bouger. Mais pas tout de suite. Pendant ce temps-là, Jack avait rangé sa baguette et avalait quelques gouttes d'eau tombant du ciel.

En voilà une autre idée amusante ! Tsuya rejeta sa tête en arrière et ouvrit la bouche, avalant six ou sept gouttes. Puis il descendit son regard vers son vis-à-vis. Celui-ci était allé s'asseoir sur une pierre tombale. Tsuya lui parla pour la première fois de sa voix tranquille et profonde :


- Combien ? Moi… Sept gouttes.

En fait, c'était peut-être six. Il ne savait plus très bien. Mais dans le doute, autant donner la valeur la plus importante.
Le Japonais remarqua ensuite que depuis tout à l'heure, le regard de Jack se posait souvent sur ses chaussures. Ses belles chaussures à hauts talons. Évidemment, marcher avec n'était pas une mince affaire.
Mais Tsuya les aimait bien. Et puis, cela lui faisait un défi supplémentaire à relever. Marcher le plus longtemps possible avec des talons de dix centimètres (voir plus) sans se casser la figure.

Il regarda au sol autour de lui. Il voulait à présent trouver un nouveau moyen de communication. Il avait utilisé le sang, le sortilège Flambios, la terre et la parole. Maintenant, il lui fallait autre chose.
Le Japonais trouva ce qu'il cherchait. De l'herbe, tout simplement. Il se dirigea vers le sol herbu et en arracha plusieurs touffes.

Il fit volte-face et s'avança vers Jack. Au lieu de s'asseoir à côté de lui, il se mit par terre sur les genoux, ses mains déposant l'herbe sur la pierre tombale de George Thickey, à côté de son interlocuteur.
Précautionneusement, il commença à former des lettres à l'aide de brindilles qu'il découpait si besoin était. Bientôt, les brins d'herbe prirent tout leur sens :


« Tu veux essayer mes chaussures ? »

En attendant la réponse de Jack, Tsuya décida de préparer le terrain de jeux. Il fallait aussi trouver un nouveau moyen de communiquer.
L'herbe, la voix, la terre, Flambios, le sang… Qu'utiliserait-il la prochaine fois ?
Le Mangemort chercha une tombe des yeux. Pourtant, il y en avait. Normal puisqu'ils se trouvaient dans un cimetière. Mais Tsuya en voulait une qui accrocherait son regard. Finalement, son regard se posa sur une pierre tombale grise, presque noire.
Il sortit lentement sa baguette et la pointa sur la sépulture.


* Locomotor Tumba. *

La dalle se souleva avec lourdeur. C'était difficile de la faire bouger, même avec un sortilège. Tsuya se donnait beaucoup de mal, aussi la laissa-t-il s'écraser sur le sol, juste à côté. Tant pis s'il l'abîmait. Après tout, elle n'était pas à lui.
Le cadavre devait à présent être à découvert. De là où ils étaient, ils ne pouvaient pas le voir. Le Japonais se releva et enleva la boue de ses genoux. Il se dirigea vers la tombe qu'il avait ouverte.

Génial, ce n'était pas un squelette mais un cadavre en décomposition. Des fourmis s'affairaient à emporter quelques morceaux de chair dans leur fourmilière, des mites se régalaient de ses vêtements et enfin, un ver de terre semblait avoir élu domicile dans l'orbite gauche du crâne. L'œil s'était presque détaché et retombait mollement sur la joue flétrie, à peine retenue par le nerf optique.
Tsuya tendit la main vers le ver de terre. À ce moment-là, un éclair zébra le ciel, presque aussitôt suivi d'un coup de tonnerre retentissant, faisant vibrer chaque parcelle du cimetière.

Un orage. Cool. Tsuya aimait les orages. C'était particulièrement fascinant, bien qu'il n'en ait jamais compris l'explication du phénomène.
Lui s'était toujours imaginé qu'il s'agissait en fait de quelques rayons de soleil qui, en parvenant à percer la couche de nuage noirs, produisaient ce bruit terrible en s'abattant soudainement sur le sol.
Évidemment, il était bien loin du compte. Mais qu'importe ? C'était sa vision des choses, et l'on allait certainement pas le faire changer d'avis.
La pluie redoubla d'intensité. Pas grave. Elle ne gênait pas.

Le Mangemort attrapa le ver de terre entre ses doigts et fit un nœud avec. Il le posa ensuite sur le rebord de la tombe, attendant de voir sa réaction. Celui-ci se tortillait sans parvenir à avancer.
Tsuya ne le comprit qu'au bout d'une minute. Il le reprit dans sa main et tâcha de défaire le nœud. Sans le faire exprès, il coupa le lombric en deux. Tant pis. Il avait cas être plus solide.
Le Japonais jeta la partie inférieure en l'air et reposa la partie supérieure dans l'orbite.

Il s'attaqua ensuite à ce beau globe oculaire pendouillant contre la joue desséchée. Il l'arracha d'un coup sec, sectionnant le nerf optique en deux.
Une partie pendait encore à l'œil, rattachée par sa rétine où se trouvaient très certainement quelques millions de photorécepteurs, dont 6,5 millions de cônes, tous situés pour la plupart dans la fovéa, ainsi que 130 millions de bâtonnets dispersés sur le reste de la rétine.

Ces derniers ne fonctionnaient que par faible luminosité, comme pour la vision de nuit par exemple. Contrairement aux cônes, qui eux, moins sensibles à la lumière permettaient une vision optimale par plus fortes luminosités. L'on distinguait trois types de cônes : ceux sensibles au bleu, au vert et au rouge.
Par ce temps sombre et grisâtre, les bâtonnets devaient amplement faire l'affaire.

Mais ça bien sûr, Tsuya l'ignorait totalement. Il n'avait jamais été dans des lycées moldus et n'avait donc pas perdu son temps à apprendre des trucs inutiles sur la vision qui tomberait le jour du BAC, un examen chiant passé par un grand nombre de jeunes moldus.
Il porta le globe oculaire à sa bouche, s'apprêtant à croquer dedans. Mais peut-être que Jack en voudrait aussi s'il avait faim ? Il se tourna vers son interlocuteur et tendit l'œil dans sa direction pour lui faire comprendre qu'il lui en proposait.


Spoiler:
 

EDIT DE MINY: Oui, je ne fait que "survoler" les sujets. Pas de problème pour les paroles, donc mais les actions de Jack ne sont pas en italique. Désolée pour les paroles mais ça m'a directement sauté aux yeux ^^ Mais je ne veux en rien que tu édite ton message Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/presentations-validees-f67
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gloire dans le silence   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gloire dans le silence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prends les armes et vois la gloire, elle t'appartient [PV armée de Kanoë]
» Abby ~ amour gloire & beauté
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Univers :: Le Hors-Jeu :: Les Mémoires de Poudlard Univers :: Les extraits de Pensine :: Les sujets oubliés :: Sujets Clos Saison 3-
Sauter vers: