AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le cheval des mers [PV : Lyra Andrews]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phyllis Kallistos

avatar

Messages : 64
Age : 27
Age du personnage : De moi-même !

MessageSujet: Le cheval des mers [PV : Lyra Andrews]   Mar 11 Mar - 11:41

[Für meine liebling Lyra ^^ (euh je crois qu'on dit comme ça X) en attendant que tu nous reviennes sur PU]


Cela faisait près d’une heure que Phyllis arpentait le parc, de long en large et en travers. Une fine bruine se déversait sur le château et ses alentours. Le temps désespérément gris annonçait une pluie certaine. C’est pourquoi les élèves n’affluaient pas sur l’herbe du parc, à l’ombre d’un arbre ou en plein soleil qui, de toute façon restait caché aujourd’hui. Le jeune homme s’arrêta et rangea sa baguette dans sa poche. Rien. Il ne se passait rien depuis des jours. Phyllis commençait à se lasser de ces rondes interminables. Il avait été décidé que des Aurors seraient envoyés à Poudlard pour veiller à la sécurité de l’école. La mission semblait plus que justifiée : Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom gagnait chaque jour en puissance et l’an dernier, les Mangemorts avaient réussi à infiltrer Poudlard sous le nez de Dumbledore. Phyllis n’avait pas eut vent de la façon dont ils avaient procédés, mais il brûlait d’envie de le savoir. Le jeune homme venait de rentrer en Angleterre depuis peu. Récemment devenu Auror, il lui fallait maintenant faire ses preuves. Les Aurors français le connaissaient bien, ce qui n’était pas le cas des anglais. Il devait gagner leur confiance. La première mission digne d’intérêt qu’on lui confia fut celle-ci : surveiller et protéger Poudlard en cas de danger.
C’était bien mieux que de jouer les hiboux à apporter des colis à d’autres Aurors !
Au début, Phyllis avait explosé de joie : il rêvait de retourner à Poudlard. Il n’en avait eu l’occasion que pour le Bal de Noël, où la directrice l’avait gentiment convié.
Mais maintenant qu’il y était, il s’était bien rendu compte que ça n’avait rien de captivant.
Les premiers jours, il était resté constamment sur ses gardes, s’attendant à voir Voldemort surgir de derrière un buisson ou un bureau. Le temps passait, et l’Auror relâchait un peu son attention. La mission le barbait à présent. De plus, il était parti de Poudlard depuis presque cinq ans. Tous ses amis avaient quitté l’école et il s’y sentait assez seul. Les première année et seconde année qu’il avait connu en étaient à présent à leur avant-dernière et dernière année. A l’époque, c’était encore des petits gamins, ils ne se rappelaient sans doute plus de lui (et lui non plus d’ailleurs).
Ce n’est pas que Phyllis n’osait pas aller vers les autres, bien au contraire. De plus, il avait gardé son âme d’enfant et aurait très bien pu se faire des amis (des pauvres malheureux qui auraient du se le supporter). Mais il n’était pas là pour ça.
Il ne voulait pas se faire mal voir de ses supérieurs, ni par les autres Aurors qui patrouillaient le château. Pourtant, il en avait assez de se priver et de gaspiller son temps en rondes inutiles.
D’autres Aurors devaient sûrement patrouiller non loin d’ici (il ne savait pas exactement combien il y en avait, ils n’étaient peut-être que deux d’ailleurs). Il n’y avait aucun danger. Phyllis décida de prendre un peu de bon temps, se divertir, rencontrer des gens, parler (de lui), s’amuser, et toutes ces choses qu’il ne trouvait plus le temps de faire.
Le jeune homme rajusta sa robe de sorcier. Il ne supportait pas ces vêtements-là, préférant de loin les habits Moldus. Il en portait en dessous de sa robe entrouverte, ce qui lui donnait un drôle de look. Phyllis ferma les yeux et profita un instant des fines gouttelettes qui ruisselaient sur son visage.


*Ca fait un moment que je suis pas allé me baigner !*

Il ne résista pas à l’appel de l’eau et prit la direction du lac, un chemin qu’il connaissait bien. Rien n’avait vraiment changé. Il atteignit sa destination sans encombres. La pluie se fit plus intense. Quelle journée parfaite !
Phyllis adorait la pluie. Il courut à petites foulées jusqu’au lac, vers un endroit plus profond.
Il sauta dans l’eau, se transformant en même temps. Le jeune homme oubliait parfois de rester discret : après tout, il était un Animagus non déclaré.
Il atterrit dans l’eau sous sa forme d’hippocampe. Quel bonheur de pouvoir enfin retourner dans l’eau, inspecter les fonds marins, rencontrer toutes sortes de bestioles bizarres ! Il vit un étrange oursin accroché à une pierre, un peu au-dessous de la surface. Il s’en approcha et l’inspecta attentivement, ne se doutant pas que…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/presentations-validees-f67
Lyra Andrews
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 254
Age : 26
Age du personnage : 18

Feuille de personnage
Citation: Il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver le grand amour. Et pour rien au monde, je ne le délaisserais...
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le cheval des mers [PV : Lyra Andrews]   Jeu 20 Mar - 22:39

Lyra, allongée sur son lit, était entrain de lire un livre. Celui-ci portait sur le Quidditch et s'intitulait: Les Grands Secrets d'un Poursuiveur, par Alan Simons. Cela devait bien faire quelques heures que la jeune fille se trouvait dans son dortoir à feuilleter son livre à la rechreche de techniques et d'astuces pour être un excellent poursuiveur. En effet, la Gryffondor était dévouée au Quidditch, sa passion numéro un. Mais elle commençait à se lasser de la lecture qu'elle effectuait maintenant depuis un certain temps. Elle voulait se dégourdir les jambes et sortir prendre l'air. Depuis qu'elle s'était réveillée, elle n'avait pas quitté sa chambre. Elle ne s'était même pas rendu à la Grande Salle afin de prendre son petit-déjeuné. Il faut dire qu'elle n'avait pas vraiment d'appétit ce matin là car ses pensées étaient ailleurs.

Lyra repensa à ce qu'elle avait fait subir à Jason lors de la soirée au bal. Elle avait été très satisfaite de son geste et se dit que cet idiot le méritait bien. Le problème, c'était qu'elle ne voulait surtout pas le revoir et donc, elle évitait les endroit où il était suceptible de se trouver. Et celui-ci avait sûrement dû être le matin même à la Grande Salle pour prendre son petit-déjeuné et rester en présence de ses amis (enfin, si il en avait...). En gros, ce garçon en question était la dernière personne que Lyra voulait croiser. La jeune fille soupira et ferma son livre d'un geste sec. Elle se leva de son lit et l'arranga. Puis, elle se rendit à sa salle de bain et se coiffa assidûment les cheuveux. Elle se lava le visage avec de l'eau glacée en espérant oublier ce qui la tracassait en ce moment même.

Après être sortit de la salle de bain, elle décida enfin de quitter son dortoir et de sortir dehors. C'est vrai, rien ne vallait mieux qu'un bon air frais! Lyra s'approcha de sa fenêtre et soudain, elle se rendit compte d'un détail. Le temps était mauvais et le ciel grisâtre ne laissait pas pénétrer le moindre rayon de soleil. Bref, ce n'était pas le temps idéal pour faire une promenade. Légérement déçue, la jeune Gryffondor se dit que ce n'était pas si grave et qu'il aurait pu y avoir pire: de la pluie. Elle soupira de nouveau et mis ses chaussures, puis sortit de la pièce pour se rendre à l'extérieur du chateau. En sortant de sa salle commune, Lyra se rappela qu'elle n'avait pas une idée précise de l'endroit où elle souhaitait se rendre. Mais elle pensa qu'une fois en dehors des murs de l'enceinte de l'école, elle se décidera à choisir un endroit agréable.

En marchant dans les couloirs déserts du chateau, elle cherchait un lieu où elle pourait tuer le temps, sans pour autant qu'elle s'ennuie. Mais soudainement, elle percuta quelque chose de plein fouet. Elle n'eu pas le moindre temps de comprendre ce qui lui arrivait qu'elle se retrouvait déjà par terre, sous la violance du choc. Elle poussa un léger cris de surprise et de douleur et quelques secondes plus tard, une main mystérieuse se tendit vers elle. Sans aucune hésitation, la Gryffondor la pris et s'en aida pour se relever. Après quoi, elle comprit enfin la situation et remercia la peronne en face d'elle:

- Ah... désolée, je ne t'avais pas vu. Merci de m'avoir aidée à...

Mais en voyant le visage de son interlocuteur, elle devint pâle et écarquilla ses yeux. Effectivement, la personne se trouvant devant elle n'était autre que Jason Barrow, celui qui l'avait accompagné pendant le soir du bal. Lyra le dévisaga et celui-ci en fit de même. Il la regarda de son regard froid et impassible, comme à son habitude et comme si c'était un mort-vivant. La jeune Gryffondor n'appréciait pas du tout la situation à laquelle elle était éxposée. Elle aurait voulu s'enfuir à toute vitesse et s'enfermer dans la salle commune des Gryffondor. Mais ce n'était pas une lâche et elle devait se montrer forte et digne. Ils se regardèrent pendant de longues minutes jusqu'à ce que Lyra n'interrompe le silence pesant:

- Bon, et bien...ravie de t'avoir revue! Mais je suis pressée, une de mes amie m'attend à la bibliothèque. A bientôt!

Jason ne prononça pas le moindre mot et Lyra, assez gênée, s'en alla d'un pas précipité. Lorsqu'elle tourna à l'angle d'un mur, elle souffla bien fort. Elle se sentait soulagée, mais en même temps, assez contrariée d'avoir croisée par hasard la personne qu'elle voulait le moins voir. Lyra se dépécha de sortir dehors afin de respirer un bon coup d'air frais et de se changer les idées. Après avoir réfléchit, elle décida de se rendre au lac car après tout, cela faisait une éternité qu'elle n'y avait pas mis les pieds. En général, c'était un endroit calme et paisible, où il était bon de se trouver. Après être arrivé à destination, Lyra admira encore une fois la beauté majestueuse du lac. Elle se rapprocha alors de celui-ci jusqu'à s'y retrouver juste devant et pu l'admirer de plus près. Mais d'un seul coup, il se mit à pleuvoir de quelques gouttes. Puis, petit à petit, la pluie se fit de plus en plus intense.

* Non, mais je rêve! Qu'est ce que j'ai fait pour mériter ça! C'est une journée maudite aujourd'hui ou quoi? Ah...c'est bien ma veine... *

Déjà que la jeune fille était complétement déboussolée, la pluie avait encore plus aggravé son cas. Maintenant, elle regrettait d'être sortie dehors. Elle aurait pu rester dans sa chambre! La jeune fille se mit à genoux devant le lac et le regarda intensément, comme si elle y cherchait quelque chose. Même si la pluie tombait à grandes gouttes, cela ne gachait en rien la bauté du lac et de ses eaux profondes.
Mais subitement, elle aperçu un petit être vivant sous l'eau étrangement particulier. Elle ne pouvait que voir une toute petite silhouette sombre qui se déplacait lentement. D'abord, Lyra cru que c'était un poisson quelconque. Mais en le regardant de plus près, elle pu constater que ce n'était peut-être pas un poisson, mais quelque chose d'autre. Lyra, avide de curiosité, voulait à tout prix connaitre la nature de ce minuscule être vivant.


* Mais qu'est ce que c'est au juste? Je n'en ai aucune idée... Peut-être que je devrais essayer de l'attrapper! Ca ne risque pas d'être facile, mais je vais quand même tenter. *

Lyra, toujours à genoux, se baissa sur la surface lisse et paisible du lac et regarda avec la plus grande attention l'être qui s'y trouvait. Puis, brusquement, elle rassembla ses deux mains, les pénétra dans l'eau et les referma sur le petit être marin. Elle retira ensuite ses mains trempées et les ouvrit. A la vue du petit être qui se trouvait entre ses mains, elle ne put qu'étirer un large sourire de satisfaction. Elle avait réussit à l'attrapper et ce, avec beaucoup de facilité.

- Wahou! Un hippocampe! Qu'il est mignon! J'aurais tout imaginé sauf ça!

La jeune Gryffondor était surprise à la découverte de la nature de ce petit animal. D'habitude, elle n'accordait aucune importance aux animaux marins, sauf aux dauphins. Mais il faut reconnaitre que l'hippocampe était un être assez curieux qui attisait beaucoup d'attention. Lyra, toujours sous la pluie abondante, ne semblait maintenant plus que sous l'attention du cheval des mers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phyllis Kallistos

avatar

Messages : 64
Age : 27
Age du personnage : De moi-même !

MessageSujet: Re: Le cheval des mers [PV : Lyra Andrews]   Dim 23 Mar - 18:05

*Qu'est-ce qui se passe ?! C'est quoi ça ? Un Strangulot ?!! Y'a quelque chose qui m'a attrapé ! Ça me tire hors de l'eau, j'arrive plus à respirer !*

En présence de gens et lorsqu'il était métamorphosé, Phyllis ne reprenait jamais forme humaine. Il avait conservé son secret jusque-là. Personne ne savait qu'il était un Animagus.
Tout ça parce qu'il n'avait pas eu envie de se faire enregistrer au Service des usages abusifs de la Magie. Etant un Animagus non déclaré, il ne pouvait se permettre de le crier sur tous les toits, sous peine d'avoir des ennuis.
Mais là, le cas était différent. Sa forme animale possédait bien sûr quelques avantages. Néanmoins, l'Auror devenait terriblement vulnérable. Face aux prédateurs, un hippocampe pouvait difficilement se défendre. En contrepartie, sa petite taille lui permettait de se réfugier dans les fissures ou autres abris étroits.
L'un des gros points faibles était qu'il ne respirait que sous l'eau. À partir du moment où il se retrouvait à l'air libre et sans possibilité d'un retour dans son élément naturel, il n'avait pas d'autres choix que de redevenir humain.
Dans le cas inverse, cette situation pouvait s'avérer fort utile :
Si jamais quelqu'un décidait de le noyer, il suffisait à Phyllis de se transformer en hippocampe et le tour était joué.

Malheureusement, il s'agissait du contraire : quelqu'un (probablement un humain) venait de l'attraper et de le sortir de l'eau. Il ne s'était pas montré très prudent à nager si près de la surface. Habituellement, il s'enfonçait dans les profondeurs sous-marines, mais cet oursin l'avait vraiment intrigué.
Bref, en ce moment le jeune homme, ou plutôt le jeune hippocampe n'avait pas vraiment le temps de se le reprocher.
Il lui fallait trouver rapidement un moyen de se tirer de cette situation au dilemme cornélien.
Reprendre forme humaine au risque de se révéler à quelqu'un de malhonnête et d'être envoyé à Azkaban pour non-enregistrement au Service des usages abusifs de la Magie. Ou mourir dans… Euh non, franchement non. Il n'y avait pas à hésiter, son choix fut tout de suite fait.
Phyllis avait bien pensé à griffer les mains qui l'avaient attrapé, mais avec des nageoires, c'était pas le top du top.
Mordre non plus d'ailleurs. La seule possibilité qui s'offrait à lui était de se débattre (il ne s’en privait pas). Mais les gigantesques mains beiges et douces ne relâchaient pas leur étreinte.
Il voyait bien en détail toutes les crêtes papillaires de la peau, mais ce n'était pas le moment de s'en extasier.


*Prière que ce soit pas quelqu'un de malhonnête, sinon je suis fichu…*

Phyllis reprit enfin forme humaine. Les mains s'écartèrent sous le choc et il tomba sur la personne qui l'avait capturée. Cette dernière était une jolie jeune fille d'une quinzaine d'année. C'en était tout de l'observation pour l'instant, car elle partit en arrière sous son poids grandissant et s'écrasa au sol, lui aussi par la même occasion puisqu'il était sur elle. Il détourna la tête au dernier moment pour éviter de percuter la sienne. À la place, il se prit un rocher juste à côté de la tête de la jeune fille, qui avait failli se fracasser le crâne dessus.
En attendant, c'était Phyllis qui s'était fracassé le nez sur le caillou.
Il resta quelques instants abasourdi, les yeux fermés, la tête contre la roche.
La douleur ne tarda pas à se faire ressentir. Il est vrai que ça faisait mal. Mais lorsqu'on était douillet comme lui, la blessure prenait des proportions titanesques.
L'Auror se mit à gémir et à pleurnicher des propos incompréhensibles. À tâtons, il chercha sa baguette magique (normalement située dans l'une de ses poches). Dès qu'il l'eut trouvé, il s'en saisit et la pointa sur son nez. Il prononça la formule (qui ressemblait plus à une plainte faible et inarticulée) :


-Episkey.

Aussitôt, son nez se raccommoda et la douleur disparue. Soulagé, il se décida enfin à ouvrir les yeux. Depuis tout à l'heure, il n'avait pas bougé d’un pouce, sa priorité absolue étant son nez.
Phyllis était complètement étalé sur cette fille et devait très certainement l'écraser. Mais ce n'est pas pour cette raison qu'il se redressa d'un coup et roula sur le côté. C'était d'abord parce que cette situation le gênait lui, horriblement, et qu'il supportait mal le contact avec les filles.
À la limite du dégoût, il fut pris de nausées qu'il essaya de surmonter. Non pas que la jeune fille soit répugnante, bien au contraire, mais c'était quelque chose de viscéral chez lui. Le simple fait de toucher ou d'être touché par une femme lui était tout simplement insupportable.
Il allait rendre tout ce qu'il avait mangé ce matin même. D'un autre côté, le jeune homme pensa que ce n'était pas plus mal : depuis quelques semaines déjà, il essayait d'adopter la technique de certaines filles pour éviter de prendre du poids. Technique très dangereuse pour la santé et à éviter absolument, qui consistait à régurgiter ce que l'on venait d'avaler. Cela permettait de manger sans grossir. Pour sûr, c'était très tentant. Mais pas pour la santé. Les personnes qui avaient recours à ce genre de méthodes étaient généralement atteintes mentalement d'anorexie. Et qui dit anorexie dit risque de mort.

À quoi cela servait-il d'avoir réchappé aux mains de cette fille si c'était pour crever de sous-alimentation ? Visiblement, ça ne tournait pas rond dans la tête du jeune homme.
Un peu ailleurs, il était agenouillé près de la jeune élève. La tête lui tournait et l'atmosphère semblait onirique. Il s'éventa de ses mains par des gestes fébriles et maniérés, quelques peu ridicules.
Les nausées s'estompèrent petit à petit et il reprit ses esprits (et ce sans que son petit-déjeuner n'ait eu à escalader son œsophage).
La gravité de la situation lui revint en mémoire. Remit d'aplomb, Phyllis tourna la tête vers la jeune fille. Il l'observa des pieds à la tête, comme s'il cherchait une quelconque inscription spécifiant si elle était malintentionnée ou non.
Après cette inspection peu fructueuse, il se décida à parler d'un ton hésitant :


-Euh je… Tu diras rien hein ? Sur ce que… tu as vu… Je suis pas déclaré.

Bien sûr lui demander ça ne servait strictement à rien. Elle pouvait très bien dire "oui oui je dirai rien" et aller tout raconter au Service des usages abusifs de la Magie (elle avait certainement que ça à faire). Mais il ne la connaissait pas (du moins le pensait-il) et ne savait pas si on pouvait lui faire confiance.
A priori, elle avait l'air gentille. Sa tête lui évoquait vaguement quelqu'un, mais il aurait été incapable de dire qui. Il la regarda, les yeux écarquillés, attendant sa réponse pour la juger digne de confiance ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/presentations-validees-f67
Lyra Andrews
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 254
Age : 26
Age du personnage : 18

Feuille de personnage
Citation: Il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver le grand amour. Et pour rien au monde, je ne le délaisserais...
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le cheval des mers [PV : Lyra Andrews]   Sam 7 Juin - 21:55

La petite créature que Lyra tenait entre ses mains était vraiment adorable! Elle ne cessait de se débatre du mieux qu'elle pouvait pour s'échapper, se sentant probablement en danger. La jeune rouge et or, contemplative devant ce petit être très curieux, ne prettait même plus attention aux petites goutelettes de pluie et au froid de canard qui se faisait sentir. Mais soudainement, un événement imprévisible survint. Lyra sentit que l'hippocampe grossissait de plus en plus. Ne supportant plus son poids, elle tomba en arrière en poussant un petit cri suraiguë. Quelque chose (ou peut-être l'animal qui avait étonnament grandit) s'écrasa sur elle. Elle comprit alors que l'animal avait miraculeusement prit forme humaine.

Et en effet, elle n'avait pas tort. Une personne (un garçon ou une fille, Lyra n'aurait su le dire pour l'instant) était entièrement étalée sur elle. Juste après leur chute, la Gryffondor entendit un petit "crac" puis, des gémissements de l'inconnu allongé sur elle. Lyra releva entièrement la tête et vit que la personne qui l'écrasait était un jeune homme brun, à l'âge indéfini. Elle n'aurait su dire quel âge il avait exactement. Le garçon était brun, assez mingnon et possédait un corps chétif. Celui-ci fermait les yeux, probablement de douleur, et ne cessait de marmoner des paroles incompréhensibles (peut-être jurait-il?). Il semblait chercher désespérement quelque chose jusqu'à ce qu'il le trouve. Le précieux objet qu'il cherchait était en fait sa baguette. Après l'avoir trouvée, il l'a prit en main et la pointa sur son nez en pronnonçant une formule non articulée.

Lyra pensa que le garçon s'était fait très mal au nez (d'où le petit "crac" qu'elle avait entendu un instant auparavant) et qu'il s'était aidé de sa baguette pour minimiser la douleur. Le garçon daigna enfin ouvrir les yeux. Son air déconcerté à la vue de Lyra allongée au-dessous de lui lui fit apparament prendre concience de la situation gênante dans laquelle il se trouvait. Lyra retint un sourire amusé à la réaction tardive du garçon. Mais au lieu de se lever et de tendre sa main gallament pour aider la jeune Gryffondor à se relever à son tour, celui-ci se redressa brusquement et roula sur le côté. Lyra fronça des sourcils face à la réaction inatendue du jeune homme. Mais celui-ci sembla être pris de nausées soudaines et se mit à genoux, non loin de la Gryffondor. Cette dernière continuait de le fixer d'un air hébété.

Elle pu alors le regarder avec plus de détail. Avec un corps aussi squeletique, le jeune homme semblait très fragile. A son tour, il détourna son regard vers Lyra et la scruta de la tête jusqu'au pied, ce qui gêna énormement la jeune fille. Mais elle n'en laissa rien paraître et continua à le fixer, mais d'un regard sombre. Ce garçon ne lui inspirait aucune confiance pour le moment: il était bien étrange. De plus, quelques instants plus tôt, il s'était comporté d'une manière peu commune! Pourquoi s'était-il roulé sur le côté pour se lever au lieu de tout simplement se relever comme n'importe qui? Peut-être que la jeune fille l'avait effrayée? Bref, ce garçon était vraiment bizzare...

Et en plus d'où sortait-il? On aurait dit qu'il tombait tout droit du ciel! Serait-ce lui L'hippocampe? Lyra n'aurait su le dire, trop confuse pour émettre la moindre hypothèse plausible.
Le garçon se décida soudain à lui adresser la parole. Elle n'avait pas vraiment compris à quoi il faisait allusion << je ne suis pas déclaré>>. Lyra le regarda avec un air d'interrogation. Puis, jugeant que le fixer continuellement ne lui apporterai rien, elle se décida enfin à lui parler. La seule réplique que Lyra avait pu lui dire en ce moment même était:


- Est-ce que c'est toi l'hippocampe?

La jeune Gryffondor ne comprenait vraiment rien à la situation. Elle attendait seulement que le garçon brun reprenne la parole afin de tout lui clarifier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phyllis Kallistos

avatar

Messages : 64
Age : 27
Age du personnage : De moi-même !

MessageSujet: Re: Le cheval des mers [PV : Lyra Andrews]   Lun 9 Juin - 10:39

Phyllis considéra un moment la jeune fille. Elle n'avait pas l'air de bien comprendre ce qui lui était tombé dessus, au sens propre comme au figuré d'ailleurs. Elle le fixait de son regard interrogateur jusqu'à ce qu'elle se décide à répondre (un peu à côté) en lui demandant si c'était lui l'hippocampe.

Et là, l'Auror se dit qu'il aurait peut-être dut tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. Si elle lui posait la question, c'est qu'elle n'avait rien vu. Ou du moins, qu'elle n'avait pas compris qu'il était un Animagus.
Évidemment Phyllis n'avait pas envisagé cette situation. Du coup, il s'était empressé de lui demander de ne rien dire, mais surtout, de lui avouer qu'il ne s'était pas déclaré au Service des usages abusifs de la Magie.


*Zut ! Qu'est-ce que chuis couillon quand même ! J'aurais dû me la fermer oué… À tous les coups elle va me dénoncer. J'réponds quoi maintenant ? J'essaie de rattraper le coup ? Ça va faire bizarre bon sang…*

Phyllis ne savait trop que répondre. Il avait l'impression d'avoir un mixeur à la place du cerveau, tant ses idées tourbillonnaient confusément dans sa tête.
Il décida finalement de revenir sur son aveu. Nier. C'était ce qu'il y avait de mieux à faire. Lui répondre que non, qu'elle avait très certainement halluciné. Le jeune homme se remémora les paroles de son interlocutrice.

« Est-ce que c'est toi l'hippocampe ? »

Confus, il répondit alors :


- Euh ben… Oui.

Mais qu'avait-il dit ?! C'est seulement en s'entendant parler qu'il réalisa ce qu'il venait de répondre.

*Quel boulet je fais ! C'est pas du tout ça que j'voulais répondre ! Bon c'est trop tard maintenant, je l'ai dit…*

Parler sans réfléchir. L'un de ses défauts récurrents qui le mettait parfois dans des situations délicates. Comme ici par exemple. Mais le pire c'est que là, il avait réfléchi avant de répondre ! Le problème est qu'il ne s'était pas concentré sur ses pensées. Bref. Mieux valait ne pas chercher à comprendre la façon dont tournait le cerveau de l'Auror.

Embarrassé, il se mit à fixer le sol, lui trouvant soudain un aspect captivant. Assis en tailleur, il commença à se balancer d'avant en arrière, signe qu'il était mal à l'aise. Ce n'était pas comme ça qu'il allait arranger la situation. Il le comprit une minute plus tard, après être resté à avoir l'air d'un parfait idiot.
Sans relever la tête, il jeta un petit coup d'œil à la jeune fille avant de détourner rapidement le regard. Elle aurait été un Basilic qu'il n'aurait pas évité différemment de croiser ses yeux.

Au point où il en était, Phyllis pouvait bien s'expliquer plus clairement. Qu'elle soit malhonnête ou non, de toute façon, le mal était fait. Il attrapa quelques brindilles d'herbe et se mit à les découper fébrilement en morceaux. Le regard concentré sur ce qu'il était en train de faire, il reprit :


- Je suis un Animagus. Je me transforme en hippocampe. En fait, j'ai appris ça durant mes années d'études, ici, à Poudlard. Près de ce lac justement, caché du regard des autres. Quand j'ai enfin réussis à devenir un Animagus, j'ai pas eu envie de me déclarer en tant que tel au Service des usages abusifs de la Magie. Puis les années ont passé. Et plus elles passaient, moins j'avais le courage d'aller me déclarer, de peur d'en subir les conséquences. Comme quoi j'aurais pu le faire plus tôt ou autre…
Maintenant je flippe à l'idée de ce qui pourrait m'arriver si jamais j'étais découvert. La punition peut être terrible pour les Animagus non déclarés. Pour ça que je te demande de pas en parler, O.K. ?


Au fur et à mesure qu'il parlait, son ton se faisait de moins en moins assuré. Cette fille pouvait très bien décider d'aller le dénoncer, au moins à un professeur du collège, ou à l'un de ses collègues Aurors.
L'idée d'utiliser un sortilège d'Oubliettes contre la jeune fille lui traversa l'esprit. Sauf que premièrement, lorsqu'il l'avait utilisé sur un élève lors du bal de Noël, son collègue Auror s'était empressé de lui coller un rapport. Et deuxièmement, Phyllis n'avait pas spécialement envie d'en lancer un sur son interlocutrice.

Timidement, il releva la tête vers elle, guettant sa réaction. Il avait l'air nettement anxieux et ne cherchait pas à le cacher. Elle pouvait très bien l'interpréter comme une preuve de faiblesse de sa part, mais sur le coup il s'en fichait.
En observant la jeune fille, il se demanda s'il ne l'avait pas déjà vu quelque part. Ce qui n'était pas impossible, puisqu'il avait quitté Poudlard il y a peu. Seulement, il n'aurait su dire s'il la connaissait seulement de vue ou s'il lui avait déjà parlé.
Peut-être que si elle lui disait son nom, ses souvenirs remonteraient à la surface ? Phyllis réalisa d'ailleurs qu'il n'avait même pas pris la peine de se présenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/presentations-validees-f67
Lyra Andrews
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 254
Age : 26
Age du personnage : 18

Feuille de personnage
Citation: Il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver le grand amour. Et pour rien au monde, je ne le délaisserais...
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: Le cheval des mers [PV : Lyra Andrews]   Jeu 26 Juin - 21:48

En lui posant cette question, Lyra fixa intensément son interlocuteur, attendant patiemment qu'il lui réponde. Enfin, après plusieurs minutes de réflexions de la part du jeune homme -semblant hésiter à lui dire la vérité- il lui répondit avec un oui, à peine audible. Il semblerait que le jeune homme était confus lui aussi, comme Lyra, et qu'il n'était pas sûr de lui. Lorsque la Gryffondor comprit et réalisa que c'était bel et bien lui le fameux hippocampe, elle retint une exclamation. Elle le regarda alors avec des yeux ronds, prenant pleinement conscience de la situation. Incroyable, elle avait devant elle un animagus!

D'après ce qu'avait étudié Lyra au cours de ses leçons de Métamorphose, un animagus est un sorcier ayant la capacité de se transformer en un animal selon ses souhaits. Mais cela nécessite plusieurs années d'apprentissage et s'avère être très difficile. Le sorcier qui souhaite devenir un animagus choisit donc l'animal en lequel il désir prendre l'aspect. A partir du moment où le sorcier devient animagus, il se doit d'aller se déclarer dans le registre des animagus connus par le ministère, c'est-à-dire, au service des usages abusifs de la magie. Apparemment, le ministère de la magie aimait bien avoir l'œil sur tout (et parfois même s'imisser dans la vie privée des gens). Mais il faut dire qu'être animagus n'était pas un privilège accordé à tout le monde.

Cela faisait depuis un certain moment que personne n'avait prononcé un mot. Lyra se contentait de fixer ce garçon étrange. Elle remarqua que ce dernier lui avait jeté un coup d'œil rapide, avant de détourner son regard vers le sol, gêné. Il se mit alors à se balancer d'avant en arrière, montrant de plus en plus qu'il était anxieux. Puis, il arracha des mauvaise herbes qui poussaient de travers sur le gazon. Tout en les contemplant, il expliqua à la jeune Gryffondor qu'il était un animagus se transformant en hippocampe. Il l'était dors et déjà depuis quelques années. Cela remontait à ses années d'études à Poudlard. Il lui avoua ensuite qu'il ne s'était jamais déclaré au ministère, et que maintenant il était trop tard pour le faire. Il avait vraiment peur que quelqu'un aille le dénoncer et que le ministère apprenne qu'il est illégitime au yeux de la lois. A la fin de son récit, le garçon demanda à Lyra sur un ton de supplice de n'en parler à personne d'autre.

La Gryffondor regarda l'étrange jeune homme intensément, considérant avec intérêt ses paroles. "Ne pas le dénoncer". Évidemment qu'elle n'allait pas le faire. Lyra n'était pas du tout comme ça. Elle n'était pas ce genre de personne hypocrite qui allait tout répéter aux autres derrière le dos des gens. Non, Lyra n'était pas une rapporteuse. Au contraire, elle savait garder et protéger les secrets d'autrui. Et puis, à quoi bon aller tout répéter au ministère? Cela n'allait rien lui apporter, à part faire avoir des ennuis à ce jeune garçon qui avait l'air assez gentil.
D'ailleurs, en le regardant bien, ce garçon rappela vaguement quelqu'un à Lyra. Elle se leva et se rapprocha de lui, tout en fixant son visage. Plus elle se rapprochait de lui, plus il lui disait quelque chose. Dorénavant, la Gryffondor ne se trouvait plus qu'à quelques mètres du garçon. Mais maintenant, elle en était certaine: elle l'avait déjà rencontré auparavant. Mais où? et quand?

Elle n'aurait su le dire pour le moment, préférant se concentrer sur les dires du jeune homme. Elle voulait tout d'abord le rassurer et lui promettre qu'elle garderait son secret. Mais en continuant de le fixer, elle était plus que sûr que le visage du jeune homme lui était étrangement familier. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle se souvint plusieurs années auparavant d'une petite fille qui se noyait dans le lac, et puis...et puis plus rien... C'était vague. Mais Lyra voulait tenter sa chance. Elle souhaitait à tout prix savoir si ses pensées disaient vraies ou si elles la trahissaient. Elle prit alors la parole, se rendant compte qu'elle avait marqué un long moment de silence:


- Ne t'en fais pas, je ne dirais rien à personne, tu peux me faire confiance! Ah oui, je me présente. Je m'appelle Lyra Andrews et je suis en sixième année à Gryffondor.

Elle marqua une pause où elle fixait le jeune homme tout en lui souriant puis, elle reprit:

- Euh... On ne se serait pas déjà vu quelques parts?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cheval des mers [PV : Lyra Andrews]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cheval des mers [PV : Lyra Andrews]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Garde de la Citadelle a cheval.
» Embuscade maritime [Corbeau des Mers]
» [question]cheval de troie[ok, disque formaté]
» J'vais me noyer sous un déluge, sans PC, sans mon cheval. Suicide en vue!
» Balade à Cheval

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Univers :: Le Hors-Jeu :: Les Mémoires de Poudlard Univers :: Les extraits de Pensine :: Les sujets oubliés :: Sujets Clos Saison 2-
Sauter vers: