AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 LE BAL DE NOËL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Carter Lane
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3112
Age : 28
Année : +1
Age du personnage : 18 ans

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Mer 19 Mar - 15:37

Si Herles trouvait Carter « sympathique » en cette soirée là, c’était tout simplement que le jeune homme n’était pas dans son état normal. N’importe qu’elle personne sensée qui connaissait Carter Lane, hormis sa famille, vous diraient que le jeune homme était d’ordinaire tout sauf sympathique. Les rares fois où on pouvait considérer qu’il l’était, c’était quand il ne vous cherchez pas personnellement et qu’il avait quelqu’un d’autres dans sa ligne de mir. Mais attention, pas quelqu’un en particulier, non, juste quelqu’un qui passait par là et que Carter avait envie de critiquer. C’était certes, très puéril, mais c’était très Carter.

La préfète des Poufsouffle était elle aussi partante pour la petite pause, elle aussi épuisée par les précédentes danses répétées. Les deux cavaliers se dirigèrent donc vers le buffet, à leurs risques et périls et Carter zieuta une table de libre pour pouvoir manger tranquillement. Amanda lui demanda avec un ton qui sonnait faux chez elle, à savoir celui de la riche noblesse à laquelle était habitué Carter (« Dites moi mon agneau, vous reprendrez un peu de pudding ? » – « Non merci grand tante Stacie, quatre fois me suffisent… ») et qui le rebutait passablement. Toujours très courtois envers les jeunes filles, celles qui le méritaient du moins, celui joua le jeu.


- Je prendrai bien un verre de Jus de citrouille Lady. Et vous donc ? Cette mixture verdâtre vous fait elle envie ?

La question était bien entendue ironique, n’importe qu’elle personne qui tenait ne serait ce qu’un peu à sa vie n’avait pas envie d’approcher de près ou de loin, l’espèce de pate de couleur verte qui se tenait sur le buffet. Autant certains mets avaient l’air appétissant, autant d’autres inspiraient littéralement le dégout. Sans doute des nouveautés, peu glorieuses certes, mais nouvelles. La réponse était tellement évidente que Carter regarda une dernière fois le dit « plat » d’un air dégouté et tout en regardant ailleurs, d’un ton peu convaincu…

- Non…

Pendant qu’Amanda servait un verre de jus de citrouille à Carter et se remplissait un verre par la même occasion, Carter alla chercher un peu plus loin deux petites assiettes qu’il remplis avec tout ce qu’il trouvait de bons, histoire de bien commencer la soirée. Il alla ensuite de nouveau vers Amanda et les deux cavaliers se tournèrent vers la piste de danse, histoire de manger tout en se divertissant. Grégory et Charline, une Serdaigle plus vieille que lui, était de nouveau en train de danser et bon nombre d’élèves les imitaient.

D’autres élèves en revanche, ne dansaient pas et s’empiffraient au buffet comme des morfales en manque de nourriture depuis 3 jours, faisant ainsi plus que pitié à voir. La grande majorité d’entre eux, étaient des Serpentard, et des Gryffondor, qui ne pouvaient pas passer une journée sans se faire remarquer. Grégory reconnut d’ailleurs un élève de son année avec qui il avait eu une petite altercation quelques semaines plus tôt. Il le désigna de la tête à Amanda et lui dit.


- Cet imbécile à tenté de me jeter un sortilège quand j’avais le dos tourné. Il n’avait soit disant pas supporté que je lui dise qu’il était aussi intelligent qu’un véracrasse… D’ailleurs tu peux remarquer qu’il a encore une balafre sur la joue. C’est sans doute le mur qu’il s’est pris quand j’ai répliqué avec un rictusempra en pleine poitrine. McGonagall est arrivée quelques minutes plus tard, j’ai donc eu juste le temps de laisser mes compliments à l’affreux jojo et de partir… Je déteste les traites…

D’un point de vue purement Carterien, le Serdaigle avait on ne peut plus raison. Le Serpentard avait tenté de lui jeter un sortilège quand il avait le dos tourné, c’était donc tout à fait logique de répliquer avec un sortilège. Loin de lui l’idée qu’il aurait pu, ou faire mal au Serpentard, ou même faire perdre des points à sa maison, ça, il s’en fichait. Carter reporta ensuite son regard de l’affreux jojo en question, au centre de la salle, puis à la table vide qu’il avait vu quelques instants plus tôt. Si on en jugeait l’occupation quasi-totale des tables par deux personnes, alors qu’elles étaient prévues pour beaucoup plus, toutes les tables de la salle n’allaient pas tarder à être toute occupées.

- Ca te dit d’aller t’asseoir ? Après avoir terminées nos provisions nous pourrons aller manger, le système mis en place par Dumbledore, de son temps, est assez pratique je trouve. Juste prononcer le nom du plat pour être servi est assez pratique, je sens que je vais adorer Noël à présent…

Carter attendit la réponse d’Herles, tout en zieutant de plus belles toutes les filles qui passaient à proximité. Il prenait bien sur bien soin de ne pas se faire voir par sa cavalière, qui aurait peut être fait une crise, on ne sait jamais hein, Carter y était si habitué, et adoptait toujours son air nonchalant tout en mangeant avec désinvolture un amuse-gueule à la tomate. Il la regarda ensuite pour voir ce qu’elle allait lui répondre, sachant en fait pertinemment qu’ils n’avaient rien de mieux à faire qu’aller manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégory Eragon
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3628
Age : 28
Année : +2
Age du personnage : 19 ans [03/12/80]

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Mer 19 Mar - 17:20

Charline se servit un verre d’eau et fit de même pour le préfet des Gryffondor. Grégory le but d’une traite, tellement il avait soif et le posa ensuite sur la table. Charline accepta de danser une nouvelle fois avec lui et les deux étudiants se dirigèrent vers la piste de danse bras dessus, bras dessous. A leur arrivée, un petit groupe d’élèves s’écarta légèrement pour les laisser danser, surement impressionnés par la présence, si terrifiante disons le nous, du préfet des rouges et or.

Charline et Grégory commencèrent à danser, les deux habités de leur habituelle assurance qui les caractérisaient tant. Grégory en particulier, qui ne s’était pas laissé submerger depuis le début de la soirée, chose en soit tout à fait normale, quand on connaissait les habitudes du jeune homme. Jamais vous ne verrez le préfet des Gryffondor paniquer pour une raison ou pour une autre et les rares fois où ça lui arrivait, il n’en montrait aucun signe, ce qui n’était bien évidemment pas le cas en cet instant.

Enfin, tout était relatif. Charline venait de suggérer à Grégory de se laisser d’avantage aller sur cette musique alors qu’elle en ferait autant. Elle plaça ensuite ses bras autour du cou de Grégory et celui-ci la pris par la taille contraint de se plier à ses exigences. Les deux cavaliers se laissèrent porter par la musique et dansèrent sur le sol de la grande salle. Mais ils ne dansèrent pas comme tout à l’heure, non, là ils ne dansaient plus pour ouvrir le bal et ils n’étaient surtout plus seul sur la piste de danse, du moins en nombre beaucoup moins réduits.

C’est donc en toute logique qu’ils se laissèrent porter par la musique et dansèrent comme bon leur semblait, à savoir, d’un : bien et de deux, avec toute la grâce qui leur avait été donnée. On ne pouvait nier que les paroles de Charline avaient titillées le préfet et que celui-ci avaient à présent le cœur serrés pendant qu’il dansait, le visage à quelques centimètres de sa cavalière, de par sa posture, et les yeux toujours rivés dans les siens.

Grégory n’avait pas répondu à sa dernière question, jugeant son sourire suffisant et en disant assez. Leur danse continua ainsi plusieurs minutes durant et Grégory ne put s’empêcher de constater, bien malgré lui, que Charline était d’une incroyable beauté. Il ne s’aventurerait bien sur pas à le lui dire, bien trop encré dans le jeu dans lequel ils étaient depuis le début de la soirée, un jeu de séduction particulièrement excitant. La musique prit fin quelques secondes plus tard, obligeant le couple de danseurs à se séparer. Cette fois, c’était clair, Grégory avait faim.

Le repas inexistant du midi y était sans doute pour quelques choses et le jeune homme fut contraint de guider sa compagne à l’extérieur de la piste de danse, avant qu’elle ne finisse par entendre un bruit suspect d’estomac. Grégory chercha une table de libre des yeux et ne vit que des tables occupées, beaucoup par deux ou trois personnes, guerre plus. Ils allaient devoir se joindre à quelqu’un, de leur connaissance, ou non. Grégory finit par apercevoir Amanda avec son cousin, tous deux seuls à leur table. Moitié partagé entre l’envie de s’asseoir et la peur de les déranger, Amanda en particulier, il se fichait des réactions de son cousin depuis belle lurette, Grégory demanda à Charline.


- Ca te dit de te joindre à Amanda et à Carter ? Il ne reste plus de tables de libres pour manger.

Grégory observa Charline pour savoir ce qu’elle en pensait et attendit donc sa réponse. Il regarda en vain si d’autres tables étaient libres et se répercuta de nouveau sur celle du couple de Serdaigle / Poufsouffle qui étaient les seuls susceptibles de les accepter, du moins de les accueillir sans trop de dérangements. Non pas que Charline et Grégory n’étaient pas aimés des autres élèves, bien au contraire mais parce qu’on préférait souvent un groupe d’amis à un duo d’inconnus. Allez comprendre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charline Spencer
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 689
Age : 27

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Sam 22 Mar - 18:51

La blonde sourit en s’apercevant que son cavalier avait une sacré soif. Une chance qu’elle lui ai servi de l’eau, avoir un cavalier à demi mort de soif ne devait pas être spécialement amusant… En plus, avec un peu de chance (c’est ironique bien sûr), elle aurait été accusé de l’avoir tué pour être première de la classe. Bon évidement, elle avait déjà envisagé cette possibilité (avoir recours au meurtre) plutôt deux fois qu’une même… mais très honnêtement, ce n’était pas dans la personnalité de la jeune Charline de tuer ses concurrents (bien que ça reste une possibilité pour des cas qui sont désespérément… désespérés. Ceci étant, la mort de Grégory n’était pas au programme… pas encore. Aussi avait-il le droit de vie pour une durée encore indéterminée (et oui, Charly a le droit de vie et de mort… c’est plutôt cool hein ? :p).

La blonde saisissant le bras du sorcier retourna sur la piste à ses côtés, c’était parti pour un tour ! Mais cette fois, la timidité n’avait pas lieu d’être. Elle allait clairement montrer qui elle était. Pour la danse d’ouverture bien sûr, il fallait être exemplaire et très décent… mais là, dans cette foule, elle pouvait bien se permettre plus de fantaisie. La blonde avait donc rapidement eu des mouvements plus souples, peut-être légèrement provocants (ça dépend des notions de provocations, pour un ancêtre de 70 ans, c’était sans doute provoquant, mais c’était pour les jeunes, la danse dite ‘normale’ ou de ‘boîte’.).

La blonde retrouvait sa témérité et sa confiance en elle habituelle. Oui, danser l’aider à évacuer les pensées qu’elle avait pu avoir avant… Et dire qu’elle était de nouveau elle-même ne pouvait même pas décrire ce qu’elle était en cet instant précis. Charline était devenue plus… confiante que d’ordinaire. Bien sûr, les jours dits ‘normaux’, elle était plutôt assurée et confiante, mais là, elle semblait carrément faire une overdose. Ce qui, n’était pas vraiment négatif en cet instant précis, de toute façon. Elle ne frissonna pas lorsque Grégory passa ses bras autour de sa taille, et ne cilla pas (ou presque pas) lorsque leurs regards entrèrent en contacts pour ne plus se lâcher. Elle redevenait la Charly qu’elle avait toujours été, et elle la retrouvait avec un double sentiment, mêlant rassurence et crainte. Etait-ce un passage transitoire ou serait-elle tranquille toute la soirée ? La musique glissa encore un moment, et comme tout, finit par prendre fin. Le couple se sépara de nouveau.

Les deux adolescents s’éloignèrent de la piste afin de s’avancer, à présent, vers les tables. Une nouvelle mission était lancée : trouver une table. Mais, malicieusement, Charline ne s’en mêla pas, observant son jeune cavalier : Grégory, oeuvrait. Après tout, elle pouvait bien aussi faire l’étude de spécimen à abattre ce soir en plus de s’amuser, non ? Le jeune homme regardait attentivement la salle, sous le regard amusé de Charline qui le suivait plutôt docilement (bon chien ^^). Le jeune homme finit par se tourner vers la serdaigle. Um um… Abandonnait-il ? Non… Il lui proposa de se joindre à Amanda et son cousin… la blonde regarda alors le dit couple en souriant. Ils n’étaient (d’après Grégory) pas ensemble, alors pourquoi pas ?


« Oh oui, avec plaisir… je vais faire la connaissance de ton adorable cousin comme ça. »

Elle disait ça avec un mélange d’ironie et de plaisanterie, elle cherchait tout bonnement Grégory en parlant ainsi. Souriante, elle saisit alors le bras du jeune homme, et avec entrain, l’entraîna vers la table du couple. Evidemment, d’ordinaire, Charline ne s’imposait pas auprès des couples. Et ce pour diverses raisons : la première : c’était pour, tout simplement, ne pas déranger, la seconde : pour ne pas être dérangée. Parce que honnêtement, la vie des couples avait tendance à la gonfler… Des petits bisous, des petits gloussements… Il y avait vraiment de quoi péter un plomb ! Bien sûr, elle n’avait rien contre l’amour… mais à petite dose. Et puis à ses yeux, être en couple… ce n’était pas rester cloîtrer avec l’autre 24h/24 ! Surtout pas ! Charline avait quand même son esprit d’indépendance.

Rapidement, les adolescent rejoignèrent la table occupée par le Serdaigle et la jeune femme de Poufsouffle… Attention ! On sort les calculatrices : 1 Gryffondor = 1 Gryffondor ; 1 Poufsouffle = 1 Poufsouffle et 1 Serdaigle+ 1 Serdaigle = 2 Serdaigles. Les comptes achevés, on pouvait noter deux choses non négligeables : Il n’y avait pas de Serpentard… et les Serdaigles dominaient !!! (Mouhahaha, les Aigles au pouvoir Razz). La blonde, avec sa joie de vivre habituelle sourit délicatement aux deux jeunes élèves :


« Salut vous deux ! Vous allez bien ? »

Puis, espiègle, elle lança un regard à Grégory, et poursuivit avec naturel :

« Tu sais Amanda… je crois que tu lui manquais… Il m’a presque piqué une crise pour qu’on vienne te voir… C’est dur les hommes hein ? Pire que les bébés il faut toujours s’en occuper !… N’est-ce pas Eragon ? »

Evidemment, la jeune fille plaisantait. Son humour ne plairait peut-être pas à Grégory… mais si tel était le cas, c’était parce qu’il était d’une susceptibilité à fleur de peau ! (Ben oui hein Razz). Elle fixa alors un moment Grégory, guettant sa réaction. Puis sourit de nouveau au couple :

« On peut se joindre à vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amanda Herlès
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 825
Age : 24
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Sam 22 Mar - 20:05

C'était une belle soirée et Amanda s'amusait bien, elle ne faisait pas trop attention à ce qu'il se passait autour d'elle, gardant l'œil sur son cavalier. Après tout il serait capable d'aller ficher la pagaille, attend voir pourquoi... mais en cette soirée il n'était plus le même et était même très serviable. La jeune préfète des Poufssoufle le remerciait intérieurement, pour être gentil et pour l'avoir invité au bal. S'était très curieux de voir la différence de caractère entre Grégory et son cousin, bien qu'ils aient quelques points communs, comme l'intelligence et la diplomatie.

Les deux jeunes étaient donc arrivés vers le buffet, en faisant quelques efforts pour ne bousculer personne. Amanda avait décidé de jouer le jeu de la noble bourgeoisie pour voir comment s'en sortait Carter, bien sûr celui ci s'en sortait à merveille, ayant été élevé par une famille de cette classe sociale. On ne pouvait pas dire que s'était le cas d'Amanda, qui était très proche de sa famille, pas très riche. Elle les tutoyait donc tout le temps en restant polie malgré tout. Un sourire aux lèvres Amanda servit du jus de citrouille à son cavalier et par la même occasion se servit un verre à elle-même. Elle était assoiffée. La jeune Poufssoufle porta donc le breuvage à ses lèvres et ce liquide frais lui fit le plus grand bien.


- Voilà votre verre très cher, j’espère que je ne vous aie pas fait attendre.

Amanda ne baissait jamais les bras et même si cette réplique sonnait toujours aussi faux – venant d’elle s’était normal – elle ne s’en focalisa pas. Après tout elle était venue pour s’amuser et faire preuve d’ironie et d’humour était un très bon moyen pour l’amuser. Ensuite, son jeune cavalier, qui jouait le jeu lui aussi, lui proposa de prendre une mixture qui avait le don de dégouter quiconque posait le regard dessus. D’un air dégouté Amanda fit non d’un simple regard, ce que Carter comprit bien évidemment. Qui aurait envie de s’aventurer à goûter une chose ayant un aspect si repoussant ?

Carter avait profité de l’absence de la jeune fille, qui était allée chercher les boissons, pour lui se consacrer aux mets. Il tenait donc naturellement dans sa main une assiette où croulait différent amuse-gueules qui avaient l’air tous succulents, décidément il avait les mêmes goûts qu’elle… Maintenant, les deux jeunes s’étaient dirigés vers les tables pour en dénicher une où ils pourraient s’asseoir, se tournant vers la piste de danse Grégory et Charline attirèrent le regard d’Amanda. Ils étaient en train de danser, relativement proche. Amanda eut un petit sourire en coin, elle les verrait bien ensemble. Son cavalier reprit la parole et elle du se retourner vers lui un peu déçue, s’aurait été avec plaisir qu’elle aurait pu rester toute la soirée à épier en secret son meilleur ami pour ensuite se moquer gentiment de lui, mais ce n’était pas l’occasion pour. Elle avait un cavalier et elle se devait de rester en sa compagnie.

Elle l’écouta donc raconter son altercation avec un jeune Serpentard, d’accord celui-ci avait bien mérité que Carter réplique, après tout il avait fait preuve de lâcheté mais de là à lui jeter un sort… Amanda trouvait cela complètement ridicule, surtout venu d’un Serdaigle, après tout ils étaient réputés pour leur intelligence… Mais Carter n’était pas un Serdaigle comme les autres, l’idée qu’il aurait pu blesser le Serpentard ou tout simplement se faire punir gravement ne lui était sûrement pas venue à l’esprit. Amanda ne put réprimer un soupir.


- Et l’idée qu’il aurait pu être gravement blessé ne t’es pas venue à l’esprit ? Ou alors tu t’en foutais complètement ? répondit Amanda en gardant un ton relativement calme, elle n’était pas énervée mais juste exaspérée, moi non plus je n’aime pas les lâches mais tu aurait pu faire autre chose de beaucoup plus intelligent pour te venger comme je ne sais pas, le dire à un professeur pour qu’il lui donne une retenue et lui enlève des points.

Amanda fit un signe signalant que la conversation était close, elle n’avait pas envie de s’engueuler avec Carter maintenant, elle avait encore une bonne partie de la soirée à passer en sa compagnie. Et elle préférait le faire avec quelqu’un de bonne humeur et relativement calme qu’une personne énervée et de mauvaise humeur. Elle remercia d’un hochement de tête Carter pour ne pas avoir continué le sujet mais pour, au contraire, lui avoir demandé si ça lui disait d’aller manger. Elle prit un amuse-gueule que lui tendait Carter et elle accepta avec joie, après tout elle avait faim et déjà une bonne partie des élèves s’étaient assis autour des tables. D’ailleurs, ils étaient tous assis par couple, ne laissant que quelques tables encore de libres. Heureusement, Carter en trouva une qui était libre pour le bonheur d’Amanda, elle n’avait pas envie de se joindre à des inconnus. Ils s’assirent donc et un sourire aux lèvres Amanda reprit la conversation :

- Je ne vois toujours pas ce que tu reproches à Noël, c’est tellement magique… Je veux dire l’esprit féerique de Noël, la neige, les cadeaux que l’ont se fait pour se faire plaisir et ce bal… Ne me dis pas que tu n’es pas heureux d’être venu ici en ma compagnie. S’est relativement mieux que de n’y être pas allé du tout…

Amanda souriait, elle ne savait pas pourquoi elle venait de parler comme ça à Carter mais ce qu’elle savait c’est qu’elle ne le regrettait pas du tout. Après tout s’était un bal et qui plus est celui de Noël alors elle avait bien le droit de se laisser aller. Tien tien l’image de Charline dans les bras de Grégory lui revint à l’esprit et elle eut la délicatesse de tourner la tête vers l’endroit où ils se trouvaient, mais ils n’étaient plus en train de danser mais de parler en regardant la table où se trouvait la jeune fille. D’ailleurs quelques secondes après ils vinrent se joindre à Carter et à elle, aucune table n’étant libre. Leur compagnie ne gênait en rien la jeune fille, au contraire elle était contente de les voir.

- Salut vous deux, on va bien comme vous pouvez le constater… Alors vous passez une agréable soirée ?


Amanda ne put réprimer un sourire, les revoyant en train de danser : ils devaient bien s’amuser. Charline dit ensuite sur le ton de l’humour qu’elle avait manqué à Grégory et qu’il avait eut à tout pris envie de s’asseoir à sa table. Amanda ne put s’empêcher de rire discrètement, Grégory arrivait facilement à se passer de sa meilleure amie une semaine entière, préférant de loin passer ses journées à réviser, plutôt qu’à rire en compagnie de la jeune fille.

- oh oui je sais ce que tu ressens Charline… les hommes cachent bien leur jeu avec leur fierté mais en fait ils ne peuvent pas nous résister…

Encore et toujours de l’humour, ça sortait facilement chez Amanda mais ce n’était jamais bien méchant, après tout à ses amis ça ne leur gênait pas… en tout cas c’est ce qu’elle croyait. Toujours un sourire aux lèvres, Amanda montra les chaises et répondit d’un ton chaleureux :


- bien sûr que non vous ne nous dérangez pas et c’est avec joie qu’on vous accepte à votre table. Qu’en penses-tu Carter ?

Amanda se tourna vers son cavalier, attendant une réponse qui elle espérait serait affirmative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Lane
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3112
Age : 28
Année : +1
Age du personnage : 18 ans

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Dim 23 Mar - 0:40

[ Je fais un seul post pour Carter et Grégory, ça m'évitera de poster avec les deux persos alors qu'ils sont ensemble... ]

Charline Spencer était décidemment pleine d'humour, Grégory découvrait une nouvelle facette de sa personalité en ce soir là de Noël, le bal aurait au moins apporté quelque chose d'utile. Grégory lui sourit quand celle ci lui dit qu'elle allait faire la connaissance de son cousin, on sentait qu'elle en était déjà impatiente. Une fois arrivés à la table d'Amanda et de Carter, Charline fit un petit commentaire plus ou moins ironique à Amanda auquel Grégory s'efforça de ne pas réagir, ce qui était le but de la manoeuvre de la Serdaigle. Grégory se contenta de lever les yeux au ciel en direction d'Amanda, pour faire comprendre à sa meilleure amie, qui le connaissait de toute manière assez bien, que les paroles de la Serdaigle étaient du flan. Grégory alla s'asseoir à côté de son cousin sans pour autant séparer le couple Carter / Amanda.

- C'est ça Spencer, c'est ça... Euh oui Amy, une très bonne soirée, et vous ?

Ces paroles laissaient clairement voir de la rancune et donc une vengeance plus tardive, ce qui ne serait bien sur pas le cas, connaissaint le prefet des Gryffondor. Les 4 étudiants étaient donc assis à une table, tout comme tout les autres élèves qui n'étaient pas ou au buffet ou sur la piste de danse. Grégory espérait passer un agréable moment avec Carter et Amanda, bien que connaissant son cousin, ça pouvait être parfait comme être un vrai enfer. Charline n'était pas très loin de Grégory, à vol d'oiseau, puisqu'elle était assise à côté d'Amanda. Pendant que la conversation débutait, Grégory jetait de petits coup d'oeil à sa cavalière, histoire qu'elle n'oublie pas trop sa présence, il détestait ça.

Mais juste avant ça, C'était passé bon nombre d'élèments entre Amanda et Carter, élèment qui méritent un petit flash-back. Carter était en train d'écouter Amanda accomplir, ce qu'il qualifiait comme, son devoir de préfète. Il se fichait royalement de ce qu'elle disait car il savait parfaitement qu'il avait raison et qu'elle le savait aussi. Elle accomplissait donc juste son devoir de préfète. Néanmoins, car il n'était pas impoli, Carter voulut prendre la parole pour se défendre, et surtout pour ne pas laisser croire à la jeune Poufsouffle qu'elle avait raison.


- Pour information, si je n'avais pas bougé, c'est moi qui me serait pris le sortilège dans le dos, je n'avais donc pas le choix. Ca te parle la légitime défense ? Et puis je n'ai pas envie d'en discuter avec toi...

Le sujet était donc clos officiellement. Ni Amanda, ni Carter ne voulait surrenchérir et chacun savaient que l'autre n'en ferait rien, ayant bien trop peur de se gacher la soirée. Amanda demanda ensuite ce qu'il trouvait de si négatif à Noël. Non pas que Carter détestait Noël, non, mais c'était juste qu'il n'y voyait pas un intérêt particulier, les cadeaux c'était bien certes, mais il y avait aussi les anniversaires donc ça ne changeait pas trop. Noël était une fête banale pour Carter, une belle fête certes, mais banale. Herles pris néanmoins beaucoup d'assurance en affirmant qu'il devait être très heureux d'être venu au bal avec elle, il ne put s'empêcher de rire et de dire.

- Qu'est-ce qui te fait croire que je suis heureux d'y être venu avec toi hein ? Il ne me semble pas m'être entendu dire pareille chose Herles, depuis le début de la soirée. Et puis ne pas y être allé du tout aurait peut être aussi pu être bien. Nous ne pourrons jamais le savoir étant donné que nous sommes ici tous les deux. Mais même dans le cas où je m'ennuierai à mourir ici, je ne partirai pas, j'aurai bien trop mauvaise conscience à te laisser seule ici.

Carter ne s'en était pas rendu compte, mais il venait d'avouer, involontairement, qu'il ne s'ennuyait pas en la présence de la prefete. Il avait cru habilement jouer avec les mots mais venait de trahir des paroles qu'il pensait, certes, mais qu'il ne voulait pas dire. Pour lui il était évident que venir au bal avec une fille était beaucoup plus préférable que rester cloitrer dans la salle commune. Mais ça, Herles ne le savait pas, du moins pas de façon sure, bien qu'elle puisse le deviner. Carter et Amanda se dirgèrent ensuite vers la table précédemment trouvée et quelques minutes après leur arrivée, vinrent se joindre à eux, Grégory, le cousin de Carter, et Charline, sa cavalière.

- Bien sûr...

Annonça Carter d'une voix monocorde quand Amanda lui demanda s'ils pouvaient se joindre à eux. Grégory alla s'asseoir à côté de Carter et Charline d'Amanda, en parfaite ségrégation sexiste. Les deux couples du moments parlèrent donc entre eux et se fut Carter qui parla le premier à son cousin, impatient à l'idée de faire un commentaire sur la nouvelle venue. Il se pencha donc sur Grégory et lui murmura doucement à l'oreille pour ne pas que les deux jeunes filles entendent.

- Pas mal dis moi Spencer... Elle est vraiment... fiou...

- C'est vrai.


Conclu Grégory d'une voix évasive tout en regardant Charline qui lui souriait. Bien que Carter soit assez... Comment dire... particulier, et assez agaçant quand il le voulait, on ne pouvait pas nier la complicité qui unissait Carter et Grégory. Ayant été literalement élevés ensemble, il n'était pas rare qu'on compare Grégory et Carter à des frères, même si le comportement était sur plusieurs points opposé. La soirée avança donc ainsi, dialogues sur dialogues. Les 4 élèves commendèrent des plats et mangèrent donc tout les 4 tout en parlatn de tout et de rien, en particulier de tout en fait et de sujet assez sérieux, ce qui reflétait bien le niveau intellectuel de la table. Après une longue période passée ensemble, les repas furent terminés, et les desserts mangés. Il était revenus l'heure de danser, du moins pour les rares courageux qui le voulaient. Par chance, Grégory en avait encore envie. Il était maintenant rassasié et frai comme un gardon, prêt à danser le tango et la tcha-tcha-tcha toute la nuit s'il le fallait. Il se leva et regarda Charline pour lui faire comprendre que ce qu'il allait dire la concernait.

- Une dernière danse te tenterait-elle chère cavalière ?

Il lui tendit la main et se courba légèrement pour l'aider à se lever de sa chaise. Il comptait à présent dire bonsoir à Carter et Amanda pour ne pas les ennuyer trop longtemps et passer le reste de sa soirée avec Charline. Il le devait et de toute manière, il en avait plus qu'envie. La présence d'Amanda et de Carter étaient agréable mais elles ne vallait pas celle de Charline, c'était certains. Il attendit donc sa réponse tout en la regardant dans les yeux, comme à son habitude.

[ HJ: J'ai volontairement bien fait avancer la soirée pour pouvoir cloturer prochainement.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sally Ann Perks
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 464
Age : 25

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Dim 23 Mar - 4:12

Sally vit arriver Drago de loin. En même temps, il lui aurait été difficile de le manquer, vu qu'il bousculait tout et tout le monde sur son passage... Les élèves ne semblaient d’ailleurs pas ravis, mas n’osaient apparemment rien dire. Elle ne se retourna néanmoins pas immédiatement, et ne l'écouta que d'une oreille lorsqu'il arriva à sa hauteur et se mit à parler. Elle était trop occupée à essayer de contenir son rire face à la scène qui se déroulait non loin d'eux. L'aurore qu'elle trouvait... particulièrement étrange, venait de recracher sa gorgée de jus de citrouille et regardait son verre, effaré. Il était vraiment amusant de regarder se succéder les émotions sur son visage, surtout compte tenu du fait qu'il ne parlait à personne et était, probablement, perdu dans ses pensées. Sally se tourna finalement vers son cavalier. Elle était, mine de rien, de bien meilleure humeur qu'au départ...

-Tu n'en as pas bu j'espère ?!


Sur ces paroles pour le moins incompréhensibles, Drago lui ôta son verre des mains et le posa sur la table. Elle lui jeta un regard interrogatif, pourtant consciente d’être en tort : ne l’ayant pas réellement écouté elle ne savait absolument pas à quoi il faisait référence, et regarda tour à tour le verre, puis Drago. Y avait-il quelque chose dans le jus de citrouille? Elle décida de répondre de façon suffisamment évasive pour qu’il ne se doute de rien…Si, toutefois, il n’avait pas encore remarqué son inattention, ce dont elle doutait fortement.


- Oui, j’en ai bu…

Une chose était sûre, elle ne sentait aucune différence par rapport à avant…Les sourcils légèrement froncés, elle fouilla dans sa mémoire, essayant de se rappeler de ce qu’avait dit son cavalier… Sally pourrait jurer l’avoir entendu parler de limaces mais… pourquoi des… limaces?

Elle se figea, et écarquilla les yeux, portant une main à sa gorge.

-
Le… le jus de citrouille?, bégaya-t-elle en adressant un regard paniquée à Drago.

Cette idée lui donna la nausée. Des limaces… Quelle horreur!
Tout à coup, le fait que l’aurore ait, plus loin recraché brusquement sa gorgée de jus, alors que Drago venait à peine de parler, ne lui semblait plus si drôle. Elle le chercha du regard. Avait-il craché des limaces, lui?
Finalement, elle soupira, soulagée, en se rendant compte qu’aucun de ceux qui avaient bus n’avait eu ce genre de problème. Elle se mordit la lèvre inférieure, et se retourna vers son cavalier, tout de même soulagée.

- Je suppose que… -pourquoi avait-elle la gorge si sèche? Elle la racla légèrement et reprit-. Ça m’a tout l’air d’être une fausse alerte. -Elle adressa un pâle sourire à Drago-. Mais ça m’a coupé l’appétit... et je n'ai plus soif, non plus.

Sally regarda la table, l’air méfiant, et s’en détourna résolument. Le fait que le jus n’ait pas été ensorcelé ne signifiait pas que c’était aussi le cas du reste des aliments et boissons proposés au banquet.

- Est-ce que ça te dit, de retourner sur la piste de danse?

Sans vraiment attendre de réponse, elle attrapa la main de Drago, et ce fut elle, cette fois, qui l’entraîna parmi les danseurs.
L’euphorie était retombée petit à petit, laissant place à une ambiance bien plus calme. Les élèves commençaient à fatiguer, et le Bal ne devrait plus durer très longtemps. L’orchestre venait d’ailleurs d’annoncer la dernière danse.
Sally Ann posa son menton sur l’épaule de cavalier et ferma les yeux, pensant que ça n’avait pas été si mal, tout compte fait, d’être accompagnée par Malefoy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/repartitions-terminees-f69
Charline Spencer
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 689
Age : 27

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Lun 24 Mar - 11:27

La musique continuait à s’étendre dans cette Grande Salle qui d’ordinaire n’était pas aussi bruyante… Bien que peu silencieuse malgré tout. Ces changements… Pouvaient surprendre les nouveaux élèves, mais les anciens, comme le quatuor qui était à présent réuni, étaient des habitués, si on peut le dire ainsi, aussi n’étaient-ils nullement surpris par tous ces changements, toutes ces variations. La blonde, avait lâché le bras de son cavalier pour s’adresser au couple déjà installé, plus précisément à Amanda d’ailleurs (puisqu’elle la connaissait beaucoup mieux que le dénommé Carter). La sorcière, calme et joyeuse, sourit à la remarque que donna son amie de Poufsouffle au sujet des garçons. Bien sûr, elles rigolaient toutes les deux. Elles n’étaient pas sexistes, pas du tout, mais elles savaient rire et surtout, elles se comprenaient. Parce qu’il était évident que la blague plaisait beaucoup moins à Grégory… ce qui au fond n’était pas normal, puisque ce qui est faux ne devrait touché personne non ?

La réponse fournie par Grégory fit sourire d’avantage la blonde, amusée… Oh, il y avait un ton qui laissait voir une petite vengeance ? Sans vouloir paraître sadomaso pour autant… elle avait hâte de voir ce que pourrait mijoter le jeune homme, comme ça, par curiosité. La blonde décrocha un large sourire au jeune homme, puis prit place à côté d’Amanda, naturellement. Laissons els hommes entre eux… La blonde détailla le fameux cousin un moment… Il ne ressemblait pas beaucoup à Grégory… Enfin, c’était l’avis de la jeune serdaigle. Le seul point commun qu’on pouvait détecté… C’était peut-être (je dis bien peut-être) un certain charisme… Mais la brune ne tarda pas à regarder sa voisine de table, les cousins faisant des messes basses (bouh pas bien), elle discuta un moment avec la jeune fille de Poufsouffle. Tout passa en vitesse accéléré : les études, le dernier devoir sur table, les résultats, le maquillage, leur dernière bataille de boule de neige, leurs cavaliers (en messe basse bien sûr :p).

Les jeunes adolescents purent ensuite commencer à manger et la conversation devint mixte. Charline découvrit un peu mieux qui était le fameux ‘Carter’. Elle le trouvait un peu étrange… mais rien e bien négatif, elle n’était pas de nature à juger autrui. Le repas passant, la jeune fille mangea lentement, de toute façon, elle ne mangeait jamais beaucoup, aussi finit-elle en même temps que les autres. Puis, ils parlèrent encore un moment, de tout et de rien… La blonde vit alors le gryffondor se lever, lui jetant un regard interrogateur, elle l’écouta lui proposer une nouvelle danse. Ravie, la demoiselle se leva alors, souriant au couple :


« Bon et bien à plus tard ! Bonne soirée… ».

Les regards se croisèrent une fois nouvelle, et ne se lâchèrent plus, lorsque la jeune Charly prit le bras de son cavalier, elle le regardait intensément, souriante. C’était parti… Elle adressa un signe de la main à Amanda et un petit sourire à Carter avant de rejoindre la piste avec Grégory. Remettant, une nouvelle fois, une mèche qui lui tombait devant le visage, à sa place, elle sourit à Eragon. Il était assez surprenant comme garçon. Bien qu’elle l’ait souvent observé et analyser… Elle ne pouvait le trouver qu’étrange, et assez attirant en même temps, comme un aimant… ce qui au fond l’agaçait un peu, elle avait l’impression de n’être qu’un vulgaire satellite… Bon ok, les satellites ne sont pas vulgaires… mais ils manquent tant d’indépendance ! Toujours à tourner sans arrêt autour de leur planète, leur soleil… C’est plutôt triste comme destinée. Et ce n’était pas celle que la jeune Spencer envisageait. C’était pour cela qu’elle donnait autant d’elle-même face à Grégroy, pour lui prouver, tout en se le prouvant à elle-même, qu’elle était capable d’être quelqu’un d’intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amanda Herlès
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 825
Age : 24
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Lun 24 Mar - 17:48

C’était une soirée très conviviale avec des gens très attachants, Amanda était contente que Grégory et Charline les ait rejoint car au bout d’un moment elle n’aurait plus su quoi dire à Carter et à quatre s’était tellement plus simple. Amanda se sentait très proche de Charline depuis leur fameuse bataille de boules de neige, elle avait appris à la connaître et n’était vraiment pas déçue. Au contraire, elle s’entendait à merveille avec elle et quand elles se voyaient elles rigolaient toujours. Ce qui, une fois de plus, était vrai puisqu’en ce moment même elles étaient en train de rire sur Grégory et plus particulièrement sur les garçons.
De leur côté les garçons étaient en train de faire des messes-basses et la jeune préfète, curieuse de nature, se demandait ce qu’ils pouvaient bien se dire. Mais elle ne leur accorda pas trop d’importance car après tout, tout le monde à ses secrets. D’ailleurs les deux jeunes filles étaient elles-mêmes en train de parler ensemble.

Le repas commença et les jeunes gens commandèrent ce qu’ils voulaient. Ce système mit l’année précédente par Dumbledore s’avérait très utile. Les quatre élèves finirent donc à parler tous ensemble tout en mangeant. Ils parlèrent de bon nombre de sujet comme l’école, les études, les vacances, les professeurs, les autres élèves, etc… L’ambiance était bonne et ils s’amusaient comme des petits fous. Amanda avait toujours aimé Noël, qui était la meilleure des fêtes pour elle, elle adorait offrir des cadeaux à ses proches, regarder les décorations ainsi que la neige tomber.

Elle repensa à la discussion qu’elle avait eut avec Carter avant qu’ils ne s’assoient à la table. Elle l’avait d’abord réprimandé, faisant son rôle de préfète mais aussi faisant marcher son caractère. Car il avait tout simplement dit qu’il avait attaqué un élève sur un ton qui montrait qu’il s’en fichait complètement et ça avait exaspéré Amanda. Ils avaient ensuite parlé de Noël et Amanda avait laissé entendre quelque chose qu’elle n’aurait peut-être pas du. Pourtant la réponse que Carter avait apportée était plutôt plaisante car il venait de sous entendre qu’il ne s’ennuyait pas avec elle et qu’il ne la laisserait pas seule. Un petit sourire apparut sur les lèvres de la jeune Poufssoufle, peut-être que finalement il l’appréciait un tout petit peu…

Amanda revint au moment présent et regarda le jeune couple qui se dessinait devant ses yeux, elle était pratiquement sûre qu’ils finiraient ensemble, ils étaient tellement adorables… Elle tourna ensuite le regard vers Carter pour voir si lui aussi était amusé de voir Grégory et Charline ensemble. C’était bien connu qu’ils étaient en constante rivalité et c’était plutôt curieux de les voir si proche. Grégory demanda une nouvelle danse à sa cavalière et celle-ci répondit dans l’affirmative. Amanda les observa s’éloigner, les saluant d’un geste de la main car il était peu probable qu’ils se reparlent de la soirée.


- bonne soirée à vous aussi.

Amanda leur sourit et une fois qu’ils se furent éloignés, elle se retourna vers son cavalier. Elle pouvait maintenant ré entamer la conversation avec lui et elle se décida de parler du couple qui venait de partir car elle voulait l’avis de quelqu’un d’autre qu’elle-même. Elle parla donc d’un ton totalement posé, ne prenant même pas la peine de faire une phrase correcte :

- alors que penses-tu du couple Grégory – Charline ?

La jeune préfète regarda son cavalier d’un regard amusé, il avait du se faire une idée de Charline bien distincte et il lui en ferait sûrement part. Le repas finit Amanda n’avait rien d’autre à regarder que Carter lui-même, elle le fixa donc dans les yeux, attendant une réponse. Elle n’avait rien d’autre à lui demander alors elle espérait que lui parlerait ou que alors il l’inviterait danser pour éviter qu’ils se retrouvent dans un silence génant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harry Potter*

avatar

Messages : 66
Age : 24

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Mar 25 Mar - 19:05

Harry écoutait Joy se présenter à Trystan. Etrangement, elle évita son regard lorsqu'elle dit son prénom. Peut-être croyait-elle qu'il ne connaissait pas son prénom même si ce n'était pas le cas. Il est vrai qu'il discutait ensemble que très rarement mais Harry la connaissait tout de même un peu. Enfin ce n'était pas vraiment important après tout et Harry décida donc de s'abstenir. Il y avait une Auror qui venait d'entrer que Harry ne connaissait pas. Comment pouvait-il venir à un bal aussi peu important alors que Voldemort était dehors et préparait sans doute une armée ? Enfin bon de toute façon les Aurors n'avaient pas fait grand chose jusqu'à présent mis à part ceux de l'Ordre Du Phénix alors que certains n'étaient même pas Auror. Il détourna ensuite son regard de l'Auror pou regarder Joy

Oui...

L'Elu préférait ne pas en dire plus et approuver sans vraimnt le penser ce que venait de dire Joy. Il la vit soudainement poser sa main sur sa cuisse où se trouvait sûrement sa baguette magique. Avec un sourire Harry lui dit

Personne ne vas t'attaquer tu sais.

Cela lui arrivait aussi de temps en temps d'avoir ce réflexe lorsqu'il était seul surtout avec les temps qui courent. Harry s'attendait tout le temps à être attaqué car il savait que Voldemort ne tarderait pas à entrer à Poudlard pour le tuer mais il espérait le plus tard possible même si il ne finirait sans doute pas cette année en vie. Enfin ce n'était pas le moment de penser à ça et il chassa donc tout ça de ses pensées. Trystan leur demanda ensuite s'ils voulaient qu'il aille leur chercher une boisson. Harry répondit ensuite après Joy

Pareil que Joy si sa ne te dérange pas Trystan.

Trystan partit ensuite le laissant seul avec Joy. Cette dernière remarqua qu'ils étaient trop près selon le Décrès de Ombrage. Le Survivant eût à son tour un sourire amusée. Avec un ton ironique, il lui répondit avec un sourire.

Oui tu as raison... mais je me doute que tu te soucis bien d'être dans l'illégalité mais si tu veux je peux reculer si tu y tiens tant que ça.

Harry savait qu'elle comprendrait qu'il rigolait et il continua de lui sourire avec le même sourire amusé. Une pensée lui revint quelques instants après... avec sa mauvaise humeur et sa déception suite à la lettre de Ginny, il s'était mal comporté envers Lyra. Enfin il ne l'avait pas insulté mais il lui avait demandé d'aller chercher à boire alors que c'était aux rôles des garçons d'aller chercher la boisson pour leur cavalière. C'était vraiment un crétin et il voulait s'excuser. Lyra arriva justement. Harry espérait qu'elle ne lui en veuille pas trop après son comportement. Sincérement, il lui dit.

Non c'est bon ne t'en fais pas Lyra. Et au fait... je tenais à m'excuser pour tout à l'heure. Je n'avais pas à te demander ça. Et tu peux nous rejoindre si tu veux.

L'Elu n'était vraiment pas fier de son comportement envers Lyra peu avant mais elle le pardonnerait peut-être et il pouvait toujours se rattraper s'il le fallait vraiment. Le Survivant regarda ensuite à nouveau Joy

Au fait Trystan ne t'aurais pas dragué tout à l'heure quand vous avez dansé tout les deux ? Enfin juste pour savoir car cela ne m'étonnerait pas venant de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zacharias Smith*
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 34
Age : 27

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Ven 28 Mar - 19:20

Zacharias ne s'attendait pas à la réaction d'Emi. Elle venait de toiser du regard la jeune fille inconnue et s'était maintenant jettée sur lui en le suppliant d'enlever les oreilles de lapin qui venaient de pousser. Prit de court, le jeune Poufsouffle ne sut pas comment réagir. Sa cavalière le tira par le bras pour l'emmener hors de la grande salle et ainsi eviter les regards moqueurs des autres élèves. Zach eut à peine le temps de lançer un "Je reviens" à la jeune fille qui l'avait percuté. Il devait avouer qu'il était intrigué par la brune qui sortait de nul part et qui possedait une force surhumaine. Si jamais elle était élève, il se renseignerait sur sa maison et l'engagerait immédiatement dans l'équipe de Quidditch des Poufsouffles en tant que batteuse, c'était certain.

Arrivés devant le hall d'entrée, Zacharias fut surpris de voir que sa camarade semblait vraiment boulversée apr ce qui lui était arrivée. Elle était sur le point de pleurer et lui, était bien incapable d'avoir des mots réconfortants puisqu'il se retenait de rire... Il trouvait que la blague était évidemment de mauvais gout, mais des oreilles de lapins n'était pas la fin du monde, surtout dans le monde des sorciers !
Il essaya cependant de parler serieusement à sa cavalière :


" Allons Emi... Ce n'est rien, je vais te les enlever tes oreilles ! Mais tu es mignonne je t'assure, ne pleure pas ! "

Alors qu'il s'appretait à sortir sa baguette et lançer d'abord un simple contre-sort, un jeune homme arriva et annonça qu'il était auror. Zacharias le foudraya un instant du regard; simplement par reflexe car le dit auror venait de l'empecher de réaliser une perfomance. Après quelques secondes, Zach afficha un sourire gené et hocha simplement la tête pour laisser l'auror s'occuper d'Emi. Après tout, l'homme devait être bien plus experimenté que lui, petit élève de 7eme année !
Pourtant, le jeune Poufsouffle ne voulait pas assister au magnifique contre-sort qu'allait lançer l'auror. Surement par jalousie du statut du vaillant sauveur.
Zacharias annonça d'un ton neutre, à l'adresse d'Emi :


" Bon, je te laisse avec lui alors ! Je retourne au bal.. Je t'attendrais au buffet. "

Sans attendre de réponse, il s'executa et revint près de la jeune fille brune un peu excentrique et surtout, très étrange. Avec un sourire manquant d'assurance, Zacharias s'approcha d'elle et fronça légèrement les sourcils quand il vit les mains de son interlocutrice... Des mains étrangement grandes... A y regarder de plus près, cette fille n'était pas gatée par la nature : absence totale de forme, même pas la moindre courbe, une voix faussement aigue et des mains qui manquait de finesse. Avec un peu de chance, elle n'était plus élève à Poudlrd et était maintenant une grande joueuse de Quidditch !
Après un haussement d'épaule, Zach lança d'un ton amusé :


" Vous êtes la fille cachée de Hagrid ? "

Ce n'est qu'après avoir lançé sa reflexion qu'il remarqua que ce n'était pas très flatteur. Le Poufsouffle prit un fruit quelconque sur le buffet et regarda les autres couples s'installer à des tables pour manger. A vrai dire, après avoir vu les oreilles d'Emi d'une taille anormale et poilue, il n'avait plus très envie de manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drago Malefoy.
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 112
Age : 27
Age du personnage : Allez savoir !

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Sam 29 Mar - 17:28

Sally Ann semblait perplexe. Peut-être se doutait elle qu'il avait inventé n'importe quoi à propos du jus de citrouille. Elle lui répondit finalement que oui, elle en avait bu.
Drago prit un air faussement inquiet, tachant de jouer le jeu du mieux possible.


-Aïe, j'espère que…

Il regarda sa cavalière froncer les sourcils, apparemment plongée dans d'intenses réflexions. Il fut soulagé de voir que son histoire fasse son effet, même s'il n'était pas vraiment fier de lui coller la frousse avec ses mensonges. Elle lui jeta un regard paniqué, et il eut presque envie de lui dire que ce n'était pas vrai. D'un autre côté, elle risquait de le prendre mal et de lui reprocher d'avoir un humour très limité.
Il préféra continuer à faire semblant.


- Le… le jus de citrouille?

-Oui, j'ai entendu qu'il était ensorcelé ou je ne sais quoi !

Après avoir regardé les autres, Sally Ann se tourna vers lui et hasarda que c'était peut-être une fausse alerte. Parfait, tout était bien qui finissait bien. Elle ne pouvait pas soupçonner qu'il avait lancé cette rumeur dans le seul but de trouver une raison à sa présence.
Le Serpentard s'autorisa même un geste chevaleresque :


-C'était peut-être faux alors. Mais puisque tu en as bu j'en prendrai aussi, et tant pis si on crache des limaces, au moins on sera deux.

Drago se saisit du verre de Sally Ann qu'il avait posé quelques instants plus tôt et but son contenu jusqu'à la dernière goutte. Bien évidemment, il ne se serait pas risqué à un tel comportement si ç avait été la vérité. Mais étant donné qu'il n'y avait aucun danger, cela lui permettait de fanfaronner devant sa cavalière.
Cette dernière lui proposa ensuite de retourner sur la piste de danse.
Il n'eut même pas le temps de répondre qu'elle l'entraîna sur la piste. L'orchestre allait jouer la dernière danse. Beaucoup d'élèves étaient déjà partis. La musique ressemblait plus à un slow maintenant.
Le jeune Malefoy attrapa sa cavalière par la taille et tous deux se laissèrent entraîner par la musique. Il sentit la tête de Sally Ann se poser contre son épaule, et il la serra un peu plus contre lui.
La soirée touchait bientôt à sa fin. Cette dernière danse se termina beaucoup trop vite à son goût.
Lorsque la dernière note s'évanouit dans la salle, il lui prit la main et l'emmena jusqu'à la porte. Drago jeta un dernier regard à la Grande Salle, admirant la beauté du décor avant de partir.
Mais la déco n'était pas ce qu'il y avait de plus beau.
Il reporta son attention sur sa cavalière et se rendit compte à quel point elle était magnifique.
La voir partir après avoir pris congé le désappointait. Il décida de la raccompagner jusqu'à sa salle commune :


-Heum. C'était vraiment euh, sympa. (il n'avait rien trouvé de mieux à dire) Merci d'être venu au bal avec moi. (ça commençais à aller un peu mieux) Je te raccompagne jusqu'à ta Salle Commune si tu veux.

Sans attendre de réponse (alors qu'il avait dit "si tu veux"), il l'entraîna dans les Grands Escaliers qui ne manquèrent pas de se tourner au mauvais moment. Ils arrivèrent à un escalier en spirale. Les marches tournaient en un cercle étroit, à tel point qu'elles en donnaient le vertige. La Salle Commune dans les Cachots, c'était vraiment pas mal quand même, surtout par rapport à ça. Dire que les Serdaigles devaient sans cesse emprunter ces escaliers…
Finalement, ils se retrouvèrent devant une porte ornée d'un heurtoir en forme d'aigle.
Drago se tourna vers la jeune fille et lâcha sa main.


-Bon ben... Je vais y aller. J'espère qu'on aura l'occasion de se revoir, et pas seulement en cours. Bonne nuit !

Il lui sourit timidement et commença à partir à reculons. Il dérapa légèrement sur la première marche et se rattrapa juste à temps. Il se retourna et descendit les escaliers au plus vite, espérant qu'elle n'ait rien vu. Puis il regagna les Cachots, se remémorant les meilleurs moments de la soirée…

[Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/repartitions-terminees-f69
Sally Ann Perks
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 464
Age : 25

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Sam 29 Mar - 18:11

Sally ne se rendit pas immédiatement compte que la dernière note avait retentit. Elle ne le remarqua, en fait, que lorsque Drago la raccompagna près de la porte de la Grande Salle.
Elle se rappela alors que c'était sans doute le dernier Bal de Noël auquel elle assisterait à Poudlard...
En fait, ces derniers temps, le moindre de ses souvenirs était ponctué d'une pointe de nostalgie à chaque fois que la fin de l'année, déjà bien trop proche, lui revenait en mémoire... Elle se retourna vers la Salle pour regarder une dernière fois le décor, et se rendit compte que son cavalier faisait de même.

Lorsqu'elle se détacha de l'objet de sa contemplation, elle se rendit compte que Drago la regardait étrangement. Puis il lui proposa finalement de la raccompagner à sa Salle Commune, et la jeune fille fronça les sourcils.
Jusqu'à sa Salle Commune? Il avait peut-être oublié que la Salle Commune des Serdaigle se trouvait au plus haut étage du château. Elle était sur le point de refuser, prétextant que ce n'était pas la peine puisqu'il aurait ensuite à redescendre jusqu'aux cachots, mais il ne lui en laissa pas le temps.
De la même façon qu'elle l'avait traîné sur la piste de danse quelques instants plus tôt, il lui attrapa la main sans attendre de réponse, et l'entraîna dans les escaliers movibles.

Evidemment, comme d'habitude, ces derniers n'en firent qu'à leur tête... Mais les deux élèves se retrouvèrent bientôt au pied des escaliers en spirale menant directement à la Tour... Un vrai calvère, il fallait l'avouer. Mais bon, après sept ans, elle avait finit par s'y habituer...
C'est donc d'un pas égal qu'elle s'y engagea, remarquant tout de même que son cavalier n'appréciait pas forcément, lui non plus, de devoir gravir les fameux escaliers. Elle esquissa un sourire en coin. De toute façon, ça ne pouvait plaire à personne...

Peu de temps après, ils arrivèrent enfin devant la porte de laSalle Commune, et Drago lui lâcha la main, avant de se retourner vers elle.

- Bon ben... Je vais y aller. J'espère qu'on aura l'occasion de se revoir, et pas seulement en cours. Bonne nuit !, l'entendit-elle dire.

Sally lui sourit, et répondit que cela lui ferait également plaisir. Elle avait après tout passé une bonne soirée, alors pourquoi pas?
Malefoy s'éloigna à reculons, et la septième année haussa un sourcil. N'avait-il pas envie de retourner, enfin, à sa Salle Commune? A moins qu'il pense, comme elle, que la soirée avait été plutôt courte, tout compte fait.
Elle le regarda dévaler les escalier -chose qu'elle ne se serait elle-même jamais risqué à faire, de peur de se rétamer lamentablement- et se retourna ensuite vers la statue d'Aigle. Celle-ci lui proposa une énigme et, habituée, la Serdaigle ne mit pas très longtemps à en trouver la réponse.

Elle jeta un dernier regard au couloir, et se faufila par le passage qu'avait libéré la statue, avant que ce dernier ne se referme derrière elle.

[fini aussi ^^]


Dernière édition par Sally Ann Perks le Dim 30 Mar - 0:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/repartitions-terminees-f69
Emi Bennett
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 194
Age : 28
Année : Assistante-infirmière de Poudlard
Age du personnage : Aucun, peut-être que ça viendra un jour...

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Sam 29 Mar - 19:25

Emi, bien qu'elle étudiait à Poudlard depuis sept ans, avait toujours de la difficulté à accepter ce genre de blagues. C'était de très mauvais goût, et puis elle se sentait ridicule avec de telles oreilles. Elle aurait voulu aller s'enfoncer la tête dans le sable, comme une autruche, pour éviter que tout le monde puisse se moquer d'elle. C'est en ce moment qu'elle regrettait de n'avoir pas eu de cape d'invisibilité, car ça lui aurait été drôlement utile de pouvoir disparaître, dans une telle situation.

La jeune sorcière avait donc emmené son cavalier hors de la salle, le suppliant de lui retirer ces oreilles ridicules. Elle vit bien que Zach était sur le point de rire, mais il était suffisamment poli pour se contrôler. Aussi, il lui assura qu'il inverserait rapidement ce sort pour elle. Le compliment qu'il ajouta à la fin de sa phrase fit rougir la Préfête-en-chef, car elle savait fort bien qu'il était rare que Zacharias complimente quelqu'un. Les larmes qui ruisselaient à ce moment-là dans ses yeux semblèrent s'assécher, sauf l'une d'entre elle, qui coula doucement sur sa joue alors qu'un sourire gêné se dessinait sur ses lèvres.


''Merci.'', murmura-t-elle, tellement doucement qu'elle eut peine à, elle-même, entendre ses paroles.

Ce petit moment attendrissant prit malheureusement très vite fin, car un jeune homme venait de se joindre à eux, se disant auror et proposant de sauver Emi de la tête ridicule qu'elle avait. La Préfête-en-chef vit son ami jeter un regard mécontent à l'adresse du nouveau venu et cette attitude typique chez lui - car elle savait qu'il réagissait de la sorte parce qu'il aurait préféré être le héros de la soirée - fit rire intérieurement la jeune femme. Elle connaissait Zacharias comme le fond de sa poche et cela la rendait heureuse de le voir ainsi toujours égal à lui-même.

La suite ne lui plut parcontre pas du tout. Zach, apparemment trop jaloux pour rester avec eux, annonça qu'il les laissait seuls et qu'il l'attendrait au buffet. Emi voulut le retenir, mais sa main ne fut pas suffisamment rapide pour attrapper celle de son ami. Se retrouver seule avec un inconnu alors qu'elle avait des oreilles de lapin la mettait plutôt mal à l'aise, elle aurait préféré que son partenaire reste avec eux.

Emi se tourna alors vers l'auror et soupira.


''Vous pouvez m'enlever ces choses ridicules?'', lui demanda-t-elle d'une voix gênée et honteuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/repartitions-terminees-f69
Grégory Eragon
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3628
Age : 28
Année : +2
Age du personnage : 19 ans [03/12/80]

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Sam 29 Mar - 22:18

Grégory et Charline se dirigeait à présent vers la piste de danse. Histoire de changer radicalement, c'était un tango qui était à l'honneur, danse apparement peu maitrisée par les couples de Poudlard puisque bon nombre d'élèves avaient précipitemment fuit le centre de la salle. Mais Grégory ne s'en préoccupait pas, il voulait danser seul avec Charline, peu lui importait si oui ou non on les observait, de toutesmanière, les comérages avaient toujours bon train, qu'on en soit conscient ou pas.

Le préfet et sa cavalière ne cessait de se regarder, comme ça avait été de mise toute la soirée. A présent, le couple dansait d'un pas sur d'eux la danse imposée, tentant de maitriser chaque pas, assez complexes il est vrai. Mais contrairement à la grande majorité des élèves qui étaient restés danser, Charline et Grégory étaient beaux à voir, tellement ils étaient passionnés par leur danse. Peut être pas maitre en l'art du tango, mais au moins sûr de ce qu'ils faisaient, à la différence des autres.

Le jeune homme vivait la danse pleinement, appréciant le contact de la jeune fille qui lui faisait face, belle, ravissante, et vraiment très intriguante. Peu de personnes, en particulier proches du couple de cavaliers, auraient pu croire qu'un jour ils auraient pu passer une soirée sans se lancer des piques continuelles, même Grégory avait encore du mal à y croire. C'était tellement surprenant de les voir ainsi, si à l'aise, libres, et pas sur la défensive, comme ils l'étaient à chaque fois quand ils étaient ensemble. Là non, comme si cette soirée les montraient sous un nouveau jour, un nouveau jour qui plaisait en fait beaucoup à Grégory, il fallait se le dire.

Plus la soirée avançait, et plus le charme de Charline agissait sur le préfet. Il ne pouvait à présent plus décoller les yeux des siens. Non pas qu'il voulait gagner à celui qui tiendrait le plus longtemps, non, ce jeu là était terminé depuis plusieurs heures, à présent, il avait besoin de son regard, il lui était vital. Charline agissait sur lui comme un aimant, d'ailleurs c'est pour cela qu'il l'avait invitée à danser, sa présence lui manquait, même à quelques pas de lui, elle était trop éloignée.

Hélas, contre tout attente, la musique cessa, laisssant place à une autre beaucoup moins propice au contact. Grégory se dit que c'était le bon moment pour s'écliper discretement. Il salua donc Charline avec toute la grace qui lui était imparti et sortit de la grande salle, se dirigeant d'un pas las et fatigué, vers sa salle commune. Il avait passé une soirée assez longue et très éprouvante... Vous y avez cru hein ? Mais non! Il ne s'en va pas, bien sur le petit, il n'est pas aussi bête! Enfin peut être mais dans d'autres circonstances. Passons.

Grégory et Charline ne restèrent en réalité pas dans la grande salle. Le préfet avait chaud, et il était difficile de parler avec la musique qui se faisait de plus en plus “jeune” donc synonyme de plus de bruit. Charline, au bras de son cavalier, et lui même, sortirent donc de la grande salle pour se retrouver dans un couloir adjacent. Le bruit y été beaucoup moins présent et c'était un soulagement de plus. Les deux cavaliers étaient donc là, ensemble, enfin seul, et loin de tout perturbement extérieur.

Personne ne passait dans le couloir et pour cause, il ne menait ni à l'extérieur, ni à une quelconque salle commune. Le préfet contemplait sa cavalière d'un regard qui laissait beaucoup de sous-entendu, mais aucun qui n'était vulgaire, la classe oblige. Grégory ne pouvait s'empêcher de trouver Charline superbe, tout chez elle, était parfait, le gryffondor venait de le remarquer. C'est fou comme il pouvait la voir différement dans un contexte autre que les cours et la compétition. Charline devenait en ce soir là pour Grégory, une vraie fille, belle, intelligente et irrésistiblement attirante. Rompant définitivement le silence, Grégory regarda Charline de ses yeux bleux et annonça, doucement, sans parler vite, et avec son éternelle assurance.


- C'est plus calme ici. On est enfin seuls...

Rajoutez une légère insistance sur le “enfin” et le tour était joué pour faire courir le plus petit des esprits paranoïaque. En fait, Grégory attendait ce moment là depuis pas mal de temps, loin de toutes personnes, pouvant enfin bouger et parler sans craindre de voir ses propos répétés dans toute l'école. C'était ça aussi être populaire, il fallait être constamment vigilant pour ne pas voir sa vie privée s'étaller au grand jour. Pour l'heure, il ne courrait aucun risque, les deux élèves étaient seul dans le couloir éclairé de torches, et personne ne viendrait les dérangeait. Ils étaient enfin seuls..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Lane
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3112
Age : 28
Année : +1
Age du personnage : 18 ans

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Sam 29 Mar - 23:26

Le couple Serdy / Gryffy quitta la table d'Amanda et Carter pour aller danser. Voila maintenant que le couple Poufsouffle / Serdaigle était seul, pour toute la fin de la soirée. Carter était arrassé, il se disait donc que la soirée serait très vite écourtée si ça continuait comme ça. Mais Carter n'était pas du genre à laisser tomber cavalière et ami même pour la fatigue, il avait un minimum d'éducation. Le jeune homme décida donc de faire en sorte que sa cavalière soit fatiguée avant lui et pour cela, il allait l'épuiser. C'est bon non ? Qui a dit que le Serdaigle devait être juste ? C'est pas le Poufsouffle ça ? Si donc bon.

Quand le préfet et Charline se levèrent, Carter leva la main en signe d'adieux, sachant pertinement qu'il ne les reveraient pas de la soirée. Amanda lui demanda ensuite ce qu'il pensait du couple Grégory Charline. Ah bon, maintenant c'était un couple ? Depuis quand? Oui car dans l'esprit assez étriqué de Carter, son cousin avait choisi la Serdaigle parce qu'il lui fallait une cavalière, ni plus ni moins. En temps que préfet il ne pouvait pas décemment y aller seul, donc il avait pris la première venue, voilà tout. Carter répondit donc à Amanda.


- Et bien, Grégory est fidèle à lui même, c'est mon cousin quoi, je le connais à force... Pour Charline, c'est une Serdaigle, donc forcement une fille bien, ça se passe de commentaires autres. Pour ce qui est du couple, je dirai qu'ils forment un parfait métissage. Comme nous en fin de compte. Oui c'est ça, comme nous. Le noyau central étant dans les deux cas un bleu et bronze.... C'est bien ça que tu voulais savoir hein?

Carter Lane ou comment planer à 3000. You-hou! Carter! Le “couple”! Ben quoi “le couple”? Un couple c'est bien deux personnes non ? Pas forcement ensemble... Et puis de toute manière, Grégory ne serait jamais avec Charline, il ne le connaissait que trop bien, c'était son cousin après tout... Vu leur relation depuis toutes ses années, il y avait très peu de chances, voire aucune, pour qu'ils finissent un jour ou l'autre, ensemble. Carter était pris à mettre sa main à couper qu'ils resteraient chacun de leur coté. Non! Même pas! Il ne mettrait rien à couper, puisque dans sa tête, il n'y avait même pas “lieu” de se poser la question, tellement c'était limpide. C'est beau l'assurance.

Carter proposa ensuite à Amanda de danser. Il venait d'échapper de peu à un effroyable tango et en profita donc pour demander à sa cavalière si elle voulait bien, maintenant que tout danger de pétage de honte était évité, danser sur une musique un peu plus simple à danser. Non pas que Carter ne sache pas danser le tango, si en fait, mais bon, on le dira pas. Disons que c'était la seule danse que Carter redoutait plus que tout. Bouh! Tout mais pas un tango! Et bien le voila servit à présent. Ce n'était pas un tango, mais bien une musique très “in” comme disait les jeunes (genre il est vieux ><). Amanda accepta bien entendu de danser et les deux se levèrent donc et dansèrent pendant très, mais alors très longtemps...

2 heures plus tard, trois fois les pieds écrasés par un idiot de Serpentard, la tête comme un ballon et les jambes totalement carpettes, Carter sortit de la foule encore grouillante, tirant avec lui une Amanda toute aussi séchée que lui. La soirée touchait à sa fin, il était l'heure de se coucher et si on en jugeait par le monde qu'il restait, Carter et Amanda était dans les derniers. Le jeune homme lui posa donc la question qui, en cet instant là, s'imposait.


- Je te raccompagne à ta salle commune ? Moi je suis carpette...

Et apparement, il n'était pas le seul. Jamais Carter n'avait autant dansé de sa vie, et il en était tout meurtri de partout. Il n'avait pas l'habitude de fournir tant d'efforts si longtemps, c'était un intellectuel ne l'oublions pas, pas un sportif. Devant l'acceptation d'Amanda, Carter et elle sortirent de la grande salle, disant au revoir au magnifique décor qu'ils ne revèraient pas avant l'an passé, au mieux. Les deux cavaliers se dirigèrent vers les escaliers du bas, escaliers qui menaient aux sous-sol, et par conséquent, à la salle commune des Poufsouffle. La fin de la soirée était à présent là, la fin du bal, mais pas la fin de Noël...

[ HJ: Je pense cloturer avec Carter au prochain post. Wink ]


Dernière édition par Carter Lane le Mar 8 Avr - 15:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Petrosyan

avatar

Messages : 25
Age : 27
Age du personnage : [•]Celibataire[•]

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Lun 31 Mar - 6:00

Le jeune auror de 23 ans était arrivé un peu..disons dans un mauvais moment car les deux Poufsouffliens parlaient ensemble. Le jeune homme avait sortit sa baguette pour sûrement annuler ce que la jeune fille avait subit. Matthew avait quelques doutes à propos des talents de l'élève..pas parce qu'il était mauvais, mais bon, il restait qu'il était élève hein? L'auror vit le regard de l'élève, il semblait fâché et fustré de la présence de Matt'..il partit en laissant la jeune fille là. L'auror s'adressa à l'élève, il avait un ton calme et chaud, tout à fait dans la normale.

« Humm..est-ce que j'ai fais quelque chose de mal? Votre cavalier ne semblait pas être content de ma présence..»

En tout cas, il secoua légèrement la tête. Puis il écouta la jeune fille parler..quoi que les mots jeune fille ne semblait pas tout juste..jeune femme serait plus juste. L'élève semblait plus mature, intelligente et elle était plus mûre que les autres. Bref..revenant au fait..elle avait des oreilles de lapins. Elle avait été victime d'un sort de métamorphose.

L'auror sortit sa baguette de 31,5 centimètres, en bois de Saule. Il tapotta le bout de sa baguette avec son autre main. Elle demandait si il pouvait enlever ces oreilles de lapins. Il hocha la tête vivement pour dire :


« Oui bien sûr. Je vais vous débarasser de ce sort qu'un idiot s'est amusé à ensorceler le punch. Bref, je vais faire ma petite enquête après vous avoir aidé. Je vais essayer ceci Finite Incantatem »

La formule eut aucune effet, les oreilles de la Poufsouffle était restée intacte. L'auror mit sa main sur son menton, cherchant au plus profond de sa mémoire les cours de métamorphose du professeur McGonagall. Le jeune homme trouva après quelques secondes, il pointa sa baguette vers l'oreille droite et ensuite l'oreille pour finalement dire :

« Untransfiguration .. vous allez ressentir un petit chatouilli au niveau de vos oreilles...voilà. »

Après quelques secondes de chatouillis, les oreilles de lapins se réduirent en des oreilles normaux..en fait ceux de la jeune fille auparavant. Le jeune auror lui fit un petit sourire et ajouta :

« Et bien...je suis content de vous avoir aidé. Permettez-moi de vous dire que vous êtes magnifique dans votre robe...au fait, je suis Matthew Petrosyan...j'étais à Poudlard moi aussi. J'espère que vous êtes contente à présent, je vous souhaite une bonne fin de soirée de bal. Moi, je vais aller neutraliser le punch pour ne pas que le bal soit infesté d'élèves mi-lapins. À la prochaine. »

Dit-il en esquivant un petit sourire vers la fin. Il raccompagna la jeune femme dans la salle du bal. Puis il la quitta pour retourner au buffet. Matthew décida de mettre en quarantaine le buffet afin d'inspecter les boissons et la nourriture. Il utilisa ''specialis revelio'' afin de savoir si les nourritures et les boissons étaient ensorcelés..Quelques-uns étaient ensorcelés et le jeune auror utilisa de ses compétences pour neutraliser les nourritures et boissons ensorcelés.

L'auror Petrosyan alla rejoindre sa ''cavalière'', il lui adressa un petit sourire et lui demanda :


« Alors alors...ou est-ce qu'on était rendu? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emi Bennett
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 194
Age : 28
Année : Assistante-infirmière de Poudlard
Age du personnage : Aucun, peut-être que ça viendra un jour...

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Lun 31 Mar - 15:35

Emi était vraiment déçue que Zacharias soit parti aussi vite, mais elle se consola en se disant qu'au moins ses oreilles de lapin disparaîtraient rapidement grâce à l'aide d'un auror. Celui-ci sembla d'ailleurs quelque peu perplexe face à la réaction -un peu exagérée, en effet- de Zach.

''Oh, ne vous inquiétez pas, Zach adore faire le héros. Il vous en veut seulement un peu de lui avoir volé la vedette.'', répondit donc Emi suite à la question du jeune homme, en lui adressant un bref sourire.

La Préfête-en-chef regarda ensuite l'auror sortir sa baguette et l'agiter un peu avant de la pointer sur elle, pour essayer d'inverser le sort. La première tentative échoua, mais son sauveur ne sembla pas se décourager pour autant. La deuxième tentative se révéla fructueuse, car Emi sentit ses oreilles lui picoter et elle vit que l'auror arborait un sourire satisfait. Comme pour se rassurer, la jeune femme porta ses mains vers ses oreilles et c'est avec joie qu'elle remarqua que celles-ci avaient repris leur taille et leur apparence normale.

Ravie d'avoir retrouvé ses bonnes vieilles oreilles, Emi adressa un sourire rayonnant à son sauveur. Celui-ci était en train de lui dire qu'il était heureux de l'avoir aidée et qu'il la trouvait ravissante dans cette robe. Le sourire de la jeune femme s'agrandit encore plus et ses yeux semblèrent briller. Elle adorait les compliments.


''Merci. Vous êtes aussi très élégant, monsieur Petrosyan. Vous pouvez m'appeler Emi si vous voulez...''


Elle approuva le plan de l'auror d'un signe de tête et se dirigea vers la Grande Salle avec lui. Avant de le quitter, elle lui offrit un autre sourire radieux.

''Bonne chance pour désensorceler le buffet. Et merci encore de votre aide.''

Emi se dirigea ensuite vers son partenaire, qui semblait discuter avec la jeune femme de tout à l'heure. Elle glissa ses doigts entre ceux de Zacharias pour lui faire savoir qu'elle était là, mais elle ne prit pas la parole, par politesse, car elle ne voulait pas les interrompre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/repartitions-terminees-f69
Phyllis Kallistos

avatar

Messages : 64
Age : 27
Age du personnage : De moi-même !

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Lun 31 Mar - 18:19

Après sa demande un peu brusque, Phyllis attendait, plein d'espoir. On ne savait jamais. Peut-être que pour une fois il aurait un peu de chance.
Malheureusement, l'air ébahi du jeune Poufsouffle ne présageait rien de bon. Celui-ci sembla se reprendre et se rapprocha d'une fille.
Il lui répondit enfin qu'il ne savait même pas qui il/elle était. La fille d'à côté foudroya l'Auror du regard et lui lança d'un ton féroce qu'elle était sa cavalière.
Décontenancé et surtout très déçu, Phyllis cherchait quelque chose à répondre quand un événement pour le moins inattendu se produisit :
De longues oreilles de lapin venaient de pousser sur la fille !
Le jeune homme réprima un ricanement. C'était bien fait pour elle. Peut-être même que son cavalier ne voudrait plus d'elle et il pourrait le récupérer ? Non quand même, il ne fallait pas rêver. Dommage, il était pourtant très mignon. Phyllis s'appuya contre la table du buffet, bien décidé à profiter du spectacle de comiques qui s'offrait à lui.
Le Poufsouffle ouvrit de grands yeux et prévint sa cavalière de ce qui venait de lui arriver.


*Pff, elle s'en est même pas rendu compte ! C'est qu'il ne devait pas y avoir une grande différence entre ses oreilles de maintenant et celles d'avant.*

On ne pouvait pas dire que Phyllis était spécialement misogyne, mais cette fille l'avait bien cherché. Il avait décidé qu'il ne l'aimait pas, un point c'est tout.
Le garçon reprit son sérieux et dit quelques mots à sa cavalière. Elle, par contre, parut complètement paniquée. Elle toucha ses oreilles et s'horrifia en constatant leur état. Elle se jeta ensuite sur son cavalier (une moue dépitée apparue presque instantanément sur le visage de Phyllis) et elle lui cria de lui enlever ça immédiatement.
La fille allait presque pleurer. L'Auror voulut détourner les yeux, frustré par la scène. Ce soir non plus, il n'aurait pas le luxe de se jeter dans les bras d'un homme. De toute façon, ce furent eux qui disparurent de son champ de vision : La fille attrapa son cavalier et l'entraîna hors de la Grande Salle.


*Bon débarras après tout.*

C'était un moyen comme un autre de sauver la face, histoire d'atténuer sa déception (et le énième râteau qu'il venait de se prendre). Combien de fois il s'en était prit ? Il avait arrêté de compter, la liste aurait été trop longue. Pour couronner le tout, son pot de Nutella qu'il avait synthétisé avec brio s'était retrouvé par terre en mille morceaux. Le jeune homme lui jeta un coup d'œil et évalua les dégâts. Malheureusement, on ne pouvait pas le réparer. La pâte avait traîné par terre, ça n'aurait pas été très propre d'en manger.
Il pensa en fabriquer un autre, mais l'image de la fille aux oreilles de lapin lui revint en mémoire. Si les Chocogrenouilles étaient ensorcelés aussi ?
Le blond de tout à l'heure n'avait peut-être pas tout à fait tort : Le jus de citrouille ne faisait, certes, pas cracher de limaces, mais ce n'était pas le cas des autres aliments. Par ailleurs, ce dernier retourna sur la piste de danse, entraîné par sa cavalière au chignon et à la robe blanche.

Phyllis se demanda s'il n'allait pas rentrer à présent. Le début de la soirée était amusant, revoir Poudlard lui avait beaucoup plu mais… Il devait avouer qu'il s'ennuyait un peu, seul dans son coin. De plus, essuyer un refus n'était jamais très plaisant, et cette histoire le rongeait.
Cerise sur le gâteau : le beau professeur de Métamorphose qui remplaçait Minerva McGonagall ne se trouvait même pas au bal. Phyllis avait flashé sur lui, un jour qu'il avait vu sa photo dans le journal. Il espérait le croiser à cette occasion, mais c'était raté.
D'un autre côté, il se dit que si c'était pour se prendre un énième vent, ce n'était pas la peine.
Phyllis soupira à cette pensée. Décidément, il n'avait vraiment pas de chance.


*Mais à quoi joue la nature ? M'avoir fait si beau pour me prendre autant de râteaux, je comprends vraiment pas. Moi si j'étais un autre gars, je tomberai immédiatement amoureux de moi, c'est forcé… Pour ça, je comprends pas ce qui se passe dans la tête des autres !*

Le jeune homme se redressa, prêt à partir. Il vérifia avant s'il était bien coiffé, si son vernis à ongle ne s'était pas écaillé et il rajusta ses vêtements. Même pour sortir, il fallait être à son avantage ! Ses yeux se posèrent sur l'un de ses collègues de bureau qu'il ne connaissait pas. Celui-ci, intrigué par quelque chose, venait de laisser sa cavalière Auror pour rejoindre le Grand Hall. L'orchestre allait bientôt jouer la dernière danse. La soirée n'allait pas tarder à prendre fin, mieux valait partir maintenant. Phyllis s'apprêtait à quitter la salle au moment où le jeune Poufsouffle revint vers lui. Quelle surprise ! Il ne s'y attendait pas. L'Auror reprit appui sur le buffet et attendit de voir si le garçon venait bien lui parler. Même après s'être fait refouler un nombre incalculable de fois, Phyllis ne désespérait jamais.
Le garçon lui adressa un sourire hésitant et s'approcha de lui. L'Auror, au comble de l'excitation, rejeta ses longs cheveux en arrière d'un mouvement de tête et sourit de toutes ses dents. Il prit une pose élégante et battit des cils, ne se rendant pas compte qu'il était parfaitement ridicule.
Le garçon l'observa et fronça les sourcils. Phyllis suivit son regard. Evidemment, il regardait ses mains. Le jeune Auror les détestait. Elles étaient grandes et rugueuses, et aucun maquillage ne pouvait cacher ça. Il avait beau avoir des ongles de deux centimètres vernis en noirs, des bagues à chaque doigt, rien n'y faisait : elles paraissaient toujours aussi masculines. Son rêve aurait été des mains petites et douces, un peu comme celles des filles.
Phyllis s'empressa de les cacher dans son dos.

Après cette inspection, le garçon eut un haussement d'épaule et lui demanda d'un ton badin s'il n'était pas… la fille cachée de Hagrid ?!!!!
Le temps de comprendre l'insinuation et Phyllis fut piqué au vif. Lui ?! La fille cachée de Hagrid ?! Bon au moins, il le prenait toujours pour une fille, c'était toujours ça. Mais l'enfant de Hagrid ! Quelle insulte !
Bien sûr, le jeune homme trouvait le garde-chasse vraiment très gentil et sympathique mais… Il était moche, gros, barbu, rustique, bourru, bref. Tous les adjectifs auxquels Phyllis ne voulait certainement pas être associé.
Il eut un sursaut et prit un air choqué. Il laissa échapper un mot en oubliant de surveiller sa voix :


-Pardon ?!!!

Heureusement, quand il criait, sa voix était plutôt nasillarde. Phyllis tâcha quand même de contenir ses émotions. Après tout, le garçon n'avait peut-être pas voulu se montrer méchant. Il pensait juste sortir une blague pour rigoler. Et bien souvent, les garçons cherchaient à faire rire les filles pour les séduire.
Cette pensée le réjouit : il avait une fâcheuse tendance à se faire des films.
Le Poufsouffle venait de prendre un fruit sur la table. Phyllis eut un rire forcé (non sans évoquer celui d'une hyène). Il lui adressa son sourire le plus séduisant et reprit aussitôt d'une voix de fausset :


-T'es marrant toi ! Evidemment non, Hagrid n'a pas d'enfant. Je suis un, une Auror. Minerva McGonagall a convié plusieurs d'entre nous à cette soirée. Mais je suis encore très jeune hein ? Au fait, je m'appelle Phyllis, mais tu peux m'appeler Phylloute ou Phyllounette ! Et toi, c'est quoi ton p'tit nom ?

Le prénom étant mixte, il n'avait même pas à se fatiguer pour trouver un synonyme féminin. L'Auror se décolla du buffet et regarda le Poufsouffle avec convoitise (il exagérait un peu). Puis il se rapprocha tout près de lui en sautillant comme un gamin. Il se pencha et regarda son interlocuteur d'en bas, lui adressant un sourire mignon (du moins espérait-il que c'était l'effet produit). Rapidement, Phyllis lui arracha le fruit des mains et le jeta sur la table (en fait, ce fut un troisième année qui se le prit en pleine tête et qui en tomba à la renverse sur le buffet).Toujours de sa voix faussement aiguë qui ne ressemblait à rien, il lui fit remarquer :

-Touches pas à ça, à moins que tu veuilles te retrouver avec des oreilles de lapin toi aussi ?

Ce soir, il était bien décidé à prendre les devants. L'Auror attrapa hâtivement les mains du Poufsouffle dans les siennes (qui avaient dû se faire érafler par ses dix bagues). Puis il se blottit contre lui, profitant de cet instant auquel il rêvait depuis des années et qui risquait d'être extrêmement court : À tous les coups il allait se faire repousser. Mais après tout c'était la fête, il pouvait bien s'autoriser ce qu'il voulait. De toute façon, ce n'était que pour la soirée. Il ne reverrait très certainement plus jamais ce garçon après. Ça lui permettait au moins de tester son soi-disant charme infaillible qui échouait lamentablement à chaque fois. L'orchestre avait entamé la dernière musique depuis une ou deux minutes déjà. C'était le moment ou jamais.

-Tu m'invites à danser ?

Et puis soudain : horreur ! La cavalière du garçon revenait ! Phyllis se recula vivement et lâcha les mains du Poufsouffle avant qu’elle ne lève la tête vers eux. Il se rappelait bien du regard qu’elle lui avait lancé au tout début, et si elle voyait ce qu’il venait de faire, elle lui aurait très certainement fait sa fête.
Gêné, il regarda son interlocuteur, ne sachant pas trop quoi faire de ses mains. Puis il tenta le tout pour le tout :


-Tss y’a ta cavalière qui revient… Mais t’as déjà assez dansé avec elle non ? Allez steuplé viens avec moi, c’est la dernière danse ! Explique-lui si ça lui plait pas ! Elle peut bien se montrer compréhensive, moi c'est l'unique soirée que je passe à Poudlard !

Il en avait presque oublié de modifier sa voix, ce qui pouvait pousser le Poufsouffle à se poser des questions. La jeune fille arriva donc, au grand désespoir de Phyllis. Il se doutait bien qu’à présent, il n’y avait pas la moindre chance. Il la fusilla du regard lorsqu’elle glissa ses doigts dans ceux du garçon. Puis il lança à ce dernier un regard suppliant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/presentations-validees-f67
Charline Spencer
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 689
Age : 27

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Mer 2 Avr - 13:44

L’étrange couple que formaient les ennemis de classe qu’étaient Grégory et Charline venait de danser un tango… Inutile de préciser que Charline en avait vraiment bavé (au sens figuré quand même -_-). La jeune sorcière aimait la musique et savait donc évoluer dans ce milieu… mais les tangos… c’était vraiment sa bête noire. Les danses de couple généralement en fait… Elle n’était pas réellement habituée à collaborer, faire équipe n’entrer pas souvent dans son vocabulaire. Charline n’était pourtant pas égoïste, pas du tout, mais elle avait toujours fonctionné dans l’attente de gagner, de toujours être la meilleure. Et en l’occurrence, les danses de couples ne demandaient pas des efforts de sa part à elle seule, mais de la part des deux participants. Or, il se trouvait que Charline se faisait bien plus facilement confiance à elle-même qu’aux autres. C’était ainsi. Cependant, dire que Grégory n’était pas à la hauteur serait un mensonge. La Serdaigle devait admettre que le lion dansait fort bien. Sa façon de danser avait quelque chose de vraiment touchant. Tous deux évoluaient toujours avec aisance et joie, malgré les efforts que le tango leur réclamait. Charline sentait la présence de Grégory la rassurait et l’aider à avancer avec plus de facilité que si elle s’était trouvée au bras d’un autre.

La musique qui aurait dû s’éterniser pour Charline s’arrêta bien plus tôt qu’elle ne s’y attendait. Surprise, elle fit attention au nouveau thème qui s’était levé. Un ton plus… posé, mais très différent. Ce n’était pas un tango, c’était sûr. Grégory s’éloigna alors doucement de l’aigle, défaisant son étreinte. Il lui indiqua alors d’un regard la porte menant à l’extérieur, et la sorcière eut un doux sourire tout en prenant une fois encore le bras du jeune homme… Elle allait finir par faire une allergie des soirées. Elle aimait être avec Grégory, mais n’aimait pas devoir sans cesse se déplacer sous le regard des autres, c’était vraiment très agaçant.

La jeune fille fut donc ravie de suivre Grégory dans un endroit moins fréquenté. Lui adressant un léger sourire, elle s’accorda un soupire :


« Fiou… C’est moi où des gens nous fixaient ? »

Esquissant un léger sourire où pouvaient se trouver de l’amusement, pour les regards, mais aussi une légère touche d’agacement, elle regardait de nouveau son cavalier dans les yeux. Grégory fit ensuite remarqué ce que Charline n’avait pas encore analyser… ils étaient seuls. Tous les deux… Ouvrant un peu plus les yeux, comme si elle n’y croyait pas, elle fit valser son regard dans le couloir, qui, effectivement, était vide. S’apercevant qu’effectivement, ils n’étaient que tous les deux, elle se sentit un peu crispée, mais tenta de le cacher. Son regard se reposa sur Grégory et remercia le ciel qu’ils soient dans un couloir sombre. La façon dont il avait prononcé… ses mots… Elle devait sûrement être rouge. Enfin, elle pouvait toujours prétexté la danse si jamais il s’en rendait compte. Souriante, elle reprit, l’ai de rien :

« Alors très cher… cette soirée ? »

Faisant alors mime d’être une journaliste en pleine interview, elle tendit un micro invisible vers le lion et poursuivit :

« Vos impressions monsieur ? Sur le bal… les gens présents… peut-être un mot sur votre cavalière ? »

Espiègle elle lui souriait, attentive à ses réactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra Andrews
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 254
Age : 26
Age du personnage : 18

Feuille de personnage
Citation: Il ne m'a pas fallu longtemps pour trouver le grand amour. Et pour rien au monde, je ne le délaisserais...
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Jeu 3 Avr - 19:50

La jeune Gryffondor fut très étonnée de la réplique d'Harry. Elle ne s'attendait pas à ce que son cavalier s'excuse pour son comportement, même si il n'avait pas vraiment fait quelque chose de mal. Lyra le regarda avec une pointe d'amusement puis, elle lui sourit. Elle se rappella l'étrange sentiment de malaise qu'elle ressentit il y a quelques instants et celui-ci disparut aussitôt. Il est vrai qu'elle en voulait un peu à Harry de lui avoir demandé d'aller chercher des boissons pendant qu'il discuterait avec une autre fille de Gryffondor. En gros, Lyra avait ressentit de la jalousie mais elle se rendit vite compte qu'elle était totalement ridicule, car son cavalier n'était pas dans son assiette (avant que Lyra ne lui demande de danser avec elle, il était seul et sans cavalière). Et puis, cette fille avec qui il discutait avait l'air gentille et innocente; ils ne faisaient rien de mal après tout. Donc, Harry n'avait pas à s'excuser mais c'était à Lyra de le faire. Alors, celle-ci lui dit:

- Mais non Harry, tu n'as rien fait de mal! Ce n'est pas à toi de t'excuser mais à moi parce que j'ai pensé que...

Mais elle ne put terminer sa phrase. Elle ne voulait pas exposer à son ami ce qu'elle avait pensé de lui: cela aurait été très blessant! Mais elle se rendit compte que Harry commençait à se poser des questions. Lyra le remarqua dans ses yeux interrogés. Elle n'avait pas l'habitude de mentir à ses proches, mais là, elle ne pouvait pas lui dire la vérité. Alors, elle se mit à improviser:

- Oui, alors je te disais que c'est à moi de m'excuser parce que j'ai pensé que...que...tu ne voulais plus danser avec moi. Mais en fait, c'est parce que tu étais fatigué de danser et tu me l'avais même dit. Oh! Je te demande pardon!

En vérité, le << Oh! Je te demande pardon! >> que Lyra avait dit à la fin de sa phrase n'était pas pour s'excuser de ce qu'elle "avait pensé" de Harry, mais du fait de lui avoir mentit. C'était suggéré. Lyra commança alors à se poser des quetions sur son comportement. Depuis un moment déjà, elle agissait de manière étrange et ce, depuis qu'elle et son cavalier avaient arrêté de danser. Peut-être commençait-elle à se fatiguer...
Mais après plusieurs de ses réfléxions, elle cessa de trop penser et sentant qu'elle allait s'effondrer sous son propre poids, elle prit place aux côtés de Harry et de la fille avec qui il discutait. Lyra n'avait aucune envie de bavarder et elle but petit à petit son jus de citrouille, tout en se remémorant les évènements marquants de cette soirée.

Elle se souvenait que lorsqu'elle elle avait pénétré la grande salle, à la recherche de son cavalier (qui était au tout début Jason Barrow, un serdaigle), elle ne l'avait pas trouvé tout de suite mais elle dû le rechercher pendant un bon moment. Celui-ci l'attendait dans un recoin de la salle, appuyé contre un sapin de noël. Il n'était pas très enthousiaste à l'idée de cette soirée et n'avait apparemment aucune envie de danser avec sa cavalière ou, tout simplement, de faire la fête. Mais lorsque le "fameux couple" avait dansé sur quelques airs de musique, le Serdaigle -qui n'avait prêté aucune attention à la Gryffondor depuis le début du bal- s'était embrouillé avec sa cavalière et celle-ci, rouge de collère, l'avait gifflé devant tout le monde. Ensuite, elle lui avait annoncé que désormais elle n'était plus sa cavalière et qu'il fallait qu'il se trouve quelqu'un d'autre. Enfin, elle l'avait laissé en plomb au beau millieu de la piste de danse et s'en était allé s'assoir, collereuse de cette dispute.

Mais lorsqu'elle s'approcha d'une table, elle remarqua la présence de Harry Potter, le survivant. Celui-ci n'avait d'ailleurs pas la tête sur les épaules et semblait évasif. Elle s'approcha de lui et lui parla. Elle comprit alors qu'il n'avait pas de cavalière et lui demanda par la suite de bien vouoir devenir son cavalier. Il accepta par la grande joie de Lyra et ils dansèrent pendant longtemps, jusqu'à ce qu'ils s'épuisent. Ensuite, ils cessèrent de danser et Harry demanda à Lyra d'aller leur chercher des boissons parce que celui-ci était fatigué. Lyra s'éxécuta et lorsqu'elle revint à la table où Harry était assis, les boissons en main, elle constata qu'il bavardait avec une autre fille. La Gryffondor fut prise de jalousie mais ne comprit pas pourquoi. Elle se plaça ensuite devant Harry et lui parla. Celui-ci, se rendit compte qu'il n'avait pas été très galant avec elle et s'en éxcusa. Quant à Lyra, elle fut prise de remords du fait d'avoir pensé du mal de Harry. Elle aussi se mit à s'excuser...

Lyra était complétement plongée dans ses pensées jusqu'à ce qu'elle bondisse sur place, en se remémorant où elle se trouvait. Elle était toujours assise entre Harry et cette fille dont elle ne connaissait pas le nom. D'ailleurs, cette personne avait l'air gentille et sympathique. Lyra aurait bien aimer discuter un peu avec elle. Mais là, la jeune Gryffondor se sentait de plus en plus fatiguée et elle aurait aimé être dans son lit, bien allongé. Lyra commençait à bailler et ses yeux se fermaient progressivement. Il devait être assez tard et il fallut encore à long moment avant que la lionne ne se décide enfin à se lever pour aller se coucher. Elle se retourna alors verc Harry et lui déclara sur un ton somnolant:


- Harry, je voulais te remercier pour cette agréable soirée que j'ai passé, en partie, avec toi. J'ai constaté aussi que quelque chose te préoccupait et quoi qu'il en soit, je tenais à te dire bonne chance pour tes problèmes! Et maintenant, je vais aller me coucher parce que je suis épuisée et que je ne vais pas tarder à tomber de fatigue. Encore merci pour tout et bonne soirée...à vous deux!

Elle se retourna alors vers la jeune fille à leur table et lui adressa un grand sourire chaleureux. Puis, elle s'en alla vers la dirrection des grandes portes de la grande salle. Lyra était très satisfaite du restant de la soirée passée en compagnie de Harry. Comparé à son précédent cavalier, Harry s'était montré en vrai Gentleman! Après être sortie de la gande salle, Lyra monta les longs escaliers du hall et regagna son dortoir, impatiente de se glisser sous les draps chauds de son lit à baldaquin...

[Terminé]


Dernière édition par Lyra Andrews le Sam 5 Avr - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zacharias Smith*
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 34
Age : 27

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Ven 4 Avr - 23:58

Toujours en attente d'une réaction, Zach lorgnait le buffet. Il n'avait pas faim mais il savait que dans à peine 1h, son estomac allait crier famine. Il soupira doucement et retourna son attention vers la jeune fille étrange qui lui tenait compagnie.
La réaction arriva enfin. Ladite jeune fille poussa un cri qui signifiait que le Poufsouffle l'avait sans doute véxée.
Zacharias haussa les épaules et s'apprètait à s'excuser quand la brunette reprit la parole et se présenta. Alors comme ça, elle était auror. La présence de l'autre auror qui devait sans doute s'occuper d'Emi était maintenant clairement expliquée.
Zach n'eut même pas le temps de se présenter que Phyllis s'était dangereusement approchée de lui et lui avait enlevé son fruit des mains. Le Poufsouffle afficha une expression mi genée, mi attardée.

On ne peut pas dire que son experience de la gente féminine lui avait apprit les Milles et uns secrets des jeunes filles qui draguent. Même s'il avait compris que le rapprochement de la jeune auror n'était pas inconscient, Zacharias ne bougea pas et annonça sur un ton un peu plus chaleureux :


" Zacharias Smith. Je ne savais pas que les aurors étaient invités... C'est lié au retour d... "

Impossible de terminer sa phrase : Phyllis venait de se blottir contre lui à l'image d'un chaton qui recherche un maximum d'affection. Zach fut prit au dépourvu, il resta immobile et ne fit rien. Les mains de la brunette étaient vraiment puissantes... Et dépourvue de douceur. Cette étreinte n'avait aps grand chose de romantique, elle était simplement le résultat d'une pulsion étrange (décidement !) de cette Phyllounette... Phyllis !
Vraiment, cette fille lui aurait annoncé qu'elle faisait partie d'une célèbre équipe de Quidditch qu'il n'aurait pas été plus surpris. Peut-être que son coté excentrique et son physique lui aurait mit la puce à l'oreille : les joueuses de Quidditch sont souvent batties comme des hommes... Mais en y regardant de plus près (et surtout en sentant la poitrine de Phyllis contre son torse), cette fille n'avait pas d'atouts avantageux...
Peut-être que la profession d'Auror abimait les mains ? Après tout, ce metier était plein de responsabilité en tout genre...


-Tu m'invites à danser ?

Zacharias haussa les sourcils. Il aurait accepté si Phyllis ne lui avait pas de nouveau coupé la parole. Qu'est ce qu'elle était bavarde !
Mais cette fois, elle s'était décollée rapidement de lui et lui annonçait qu'Emi revenait. Zach ne se retourna pas immédiatement. Il allait répondre à la jeune auror qu'Emi serait certainement compréhensive. Mias sa cavalière s'approcha délicatement et tenait à présent la main de Zacharias.
Le voila dans un sacré dilemne. Danser 2 minutes avec Phyllis au risque de laisser Emi ou rembarrer sans aucune galanterie l'Auror ? S'il avait put, le Poufsouffle se serait divisé en deux parties pour éviter une quelconque embrouille.
Soudainement, il sursauta. De quoi avait-il peur ? Emi était l'une de ses plus proches amies, elle n'allait pas lui en vouloir s'il la laissait quelques minutes. Et puis ils rentreraient au dortoir ensemble et elle prendrait peut-être le temps de lui avouer ce qui la minait.

Zach haussa de nouveau les épaules et se tourna vers Emi pour lui murmurer :


" Je vais danser 2 minutes avec Phyllis, je te rejoins pour quitter le bal d'accord ? "

Il n'avait pas envie de voir un faux sourire se dessiner sur le visage de son amie. Il prefera faire un signe de tête à Phyllis et déposer un leger bisou amical sur la joue de sa cavalière. Avant de la perdre de vue, il lui lança :

" J'avoue que tu es bien mieux sans ces oreilles ! "

Il ne savait pas vraiment ce qu'allait donner cette danse avec Phyllis mais ca pouvait être amusant. Il se faufila entre les danseurs, suivit de sa cavalière d'une danse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amanda Herlès
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 825
Age : 24
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Sam 5 Avr - 13:14

Et voilà une nouvelle fois Amanda se retrouvait seule en compagnie de Carter, normal me direz vous puisque Carter n’est rien d’autre que son cavalier mais Amanda n’était jamais bien à l’aise avec les garçons, autre que ses amis bien sûr, ayant toujours peur de paraître ridicule. Pourtant elle se forçait à rester elle-même car on est toujours plus ridicule en essayant d’être une personne que l’on n’est pas et elle y arrivait plutôt bien. Carter en était aussi un peu pour quelque chose, puisqu’il essayait toujours de détendre l’atmosphère et d’éviter que le jeune « couple » se retrouve dans une situation gênante. Amanda commençait fortement à apprécier Carter, disons que le jeune homme avait laissé son caractère désagréable de côté pour la soirée et qu’il efforçait de se montrer gentil, Amanda lui en était donc reconnaissante.

La jeune préfète regardait son meilleur ami ainsi que Charline danser un tango quand Carter répondit à sa question sur le fameux couple. Il vanta encore une fois les mérites de la maison Serdaigle mais Amanda ne lui en voulait pas plus que ça car elle aussi, des fois, faisait preuve de vantardise. Elle écouta donc son opinion sur ce fameux couple et elle ne se gêna pas pour parler de la sienne, à savoir que les deux jeunes amis iraient merveilleusement bien ensemble, surtout qu’ils étaient de maisons différentes et que ça changerait un peu de mélanger les maisons plutôt que de rester qu’entre-elles. Elle n’ajouta rien d’autre, trop surprise d’avoir entendu de la bouche de Carter une phrase qui laissait entendre qu’il trouvait qu’eux-deux allaient aussi bien ensemble. Et puis venant de Carter il ne fallait peut-être pas chercher des sous-entendus car des fois il ne faisait pas tellement attention à ce qu’il disait.

Ensuite, Carter proposa à sa cavalière de retourner danser. Amanda accepta avec joie, surtout que le tango était maintenant fini et qu’ils ne risquaient plus de paraître ridicule. Beaucoup de gens se pressaient sur la piste, rassurés eux-aussi que le tango soit passé. Carter et Amanda dansèrent donc enlacés sur une musique un peu plus endiablée. Ils dansèrent pendant tellement de temps et sur tellement de musiques différentes qu’Amanda avait perdue la notion du temps. Beaucoup de couples étaient allés se coucher, il devait donc être assez tard et en plus de cela Amanda était essoufflée et vraiment fatiguée. Si ça continuait comme ça elle ne pourrait plus tenir sur ses jambes. Heureusement, Carter lui proposa de la raccompagner dans sa salle commune. La jeune Poufssoufle le remercia d’un signe de la tête, elle n’en pouvait vraiment plus. La soirée tenait à sa fin et les deux jeunes élèves, un Serdaigle et une Poufssoufle, quittèrent la grande salle d’un dernier regard et se dirigèrent vers les escaliers qui menaient au sous-sol.

Les deux élèves étaient aussi fatigués et Amanda faisait attention à tous ses gestes pour ne pas manquer de se casser la figure dans les escaliers en manquant une marche. Si ça continuait comme ça, Carter devrait la porter jusqu’à son lit ! La jeune fille faisait donc attention à tout, ne voulant pas une telle chose car c’était déjà un exploit que Carter veuille bien la raccompagner jusqu’à sa salle commune sachant que celle des Poufssoufle se trouvait dans les sous-sols tandis que celle des Serdaigle était située dans la plus haute tour. Il en fallait du courage pour remonter tous ses escaliers surtout après une telle soirée. Carter et Amanda arrivèrent au bout de quelques minutes devant la salle commune des Poufssoufle et la jeune préfète pensa au bon lit chaud qui l’attendait, elle ne savait pas si elle aurait le courage de se démaquiller et de se déshabiller. Pensant à Carter qui devait se demander ce qu’ils attendaient, Amanda prit la parole :


- Et bien merci de m’avoir raccompagnée, j’ai passé une excellente soirée et j’espère qu’il y en aura d’autres. Merci encore et à bientôt. J’espère que tu t’es toi aussi bien amusé…
Ah oui j’allai oublier, bonne chance pour remonter les escaliers !


Amanda lui sourit, elle pensait sincèrement ce qu’elle venait de dire et elle le remerciait de tout son cœur pour cette agréable soirée en sa compagnie. Elle attendit qu’il lui réponde avant de se retourner, de lui adresser un dernier geste de la main, de murmurer le mot de passe et d’entrer dans sa salle commune avant de le regarder une dernière fois. Elle finit bien vite dans son lit et s’endormit de suite, en pensant encore à cette soirée.

[terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phyllis Kallistos

avatar

Messages : 64
Age : 27
Age du personnage : De moi-même !

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Lun 7 Avr - 16:30

Phyllis regarda Zacharias échanger quelques mots avec la fille. Celui-ci lui adressa enfin un signe de tête, lui faisant comprendre qu’il l’emmenait danser. L’Auror ne put retenir sa joie, ni toutefois s’empêcher de frémir lorsque le Poufsouffle embrassa sa cavalière sur la joue. Il jeta un regard assassin à la jeune fille (heureusement qu’il était censé être Auror et protéger les gens) avant de lui tirer la langue (en s’arrangeant pour que Zach ne le voit pas). Il le prit ensuite par le bras (se cramponna énergiquement à son bras aurait été plus juste) et tous deux se dirigèrent vers la piste de danse.

Phyllis fit face à son nouveau cavalier et lui adressa un grand sourire, dévoilant sa magnifique rangée de dents blanches (merci Colgate). Le jeune homme attrapa brutalement la main de Zacharias et la posa autour de sa taille, visiblement impatient d’être touché par lui. Il garda la deuxième main du Poufsouffle dans la sienne, l’autre s’appuyant sur son épaule.
Phyllis se rapprocha exagérément de son cavalier, un peu plus que ne le nécessitait cette danse. Ils commencèrent à danser. C’est là que l’Auror se rappela…
Qu’il ne savait pas danser !
Il se mit à faire n’importe quoi, improvisant du mieux qu’il pouvait. Sa main jusqu’à présent sur l’épaule de Zach ne tarda pas à s’égarer jusque sur son torse (allez savoir pourquoi).

Il ne se passait pas dix secondes d’intervalle entre chaque écrasement de pieds : en effet, Phyllis n’arrêtait pas de marcher sur ceux du Poufsouffle. A chaque fois, il levait un regard inquiet vers lui et minaudait d’une toute petite voix :


-Excuse-moi !

Phyllis consacra la dernière minute de danse à éviter les chaussures de son cavalier (ce qui relevait de l’exploit vu la façon dont il le collait). Trente secondes avant la fin de la musique, Phyllis ne put s’empêcher de demander :

-Dis-moi Zachounet… Ca te dérange pas que je t’appelle comme ça hein ? Est-ce que tu as une petite copine ?

Décidément, il lui fallait toujours plus. L’Auror n’était jamais pleinement satisfait. Il comptait sérieusement essayer de sortir avec le Poufsouffle (idée totalement absurde d’une part ; de plus, il ne tarderait pas à s’apercevoir de sa fausse identité).
Malheureusement pour Phyllis, un événement perturbateur totalement inattendu allait bientôt réduire ses efforts à néant : un Serdaigle de septième année, nommé Sébastian River plus précisément.
A l’époque où Phyllis était encore en septième année, ce fameux Sébastian n’en était qu’à sa deuxième.
Ce sympathique garçon semblait avoir bonne mémoire : il se rappelait de son ancien confrère (en même temps il était difficile de ne pas se rappeler d’un excentrique comme Phyllis).

Le dit Sébastian se précipita au beau milieu des danseurs et s’époumona :


-SALUT PHYLLIS !!! TU T’RAPPELLES DE MOI ?!

Il avait hurlé tellement fort qu’il aurait été impossible de feindre l’ignorance. Presque tous les regards s’étaient tournés vers lui.
Evidemment, Phyllis ne se rappelait que trop bien de ce cher Sébastian. C’est pourquoi il répondit :


-Excusez-moi… On se connait ?

Il accompagna sa réplique de son regard le plus dédaigneux. L’Auror reporta son attention sur Zacharias et se concentra sur les vingt dernières secondes de danse. Mais Sébastian n’était pas du genre à baisser les bras. Sans se démonter, il reprit d’un ton jovial :

-Mais si ! Je suis Sébastian River ! Tu t’rappelles forcément de moi ! Tu dormais dans le même dortoir que mon grand frère !

Phyllis blêmit. A moins que Zacharias ne soit complètement idiot, il allait se demander ce qu’une fille pouvait bien faire dans le dortoir des garçons.

-J’me rappelle, tu m’avais aidé à faire mon devoir de Métamorphose. Dans cette matière t’étais le plus fort !

"Le plus fort"... La peau de l’Auror devint aussi blanche que ses dents. Il jeta un regard inquiet au Poufsouffle. Phyllis avait arrêté de danser et s’était jeté dans ses bras, enlaçant sa taille avec force (comme si ça vie en dépendait). Il tourna la tête vers l’autre crétin et le foudroya du regard. La voix tremblante, il s’écria :

-Vous faites erreur ! Je ne vous ai jamais vu, ni vous, ni votre imbécile de frère. Laissez-moi tranquille !

Dix secondes avant la fin de la danse. Sébastian s’esclaffa, croyant à une bonne blague de son ancien camarade.

-Ah ah ah ! T’as toujours été un mec marrant toi ! Mais tu ne m’auras pas : je te reconnaitrais entre mille. T’étais le seul garçon du collège à faire de la résistance pour imposer ton look !

"Mec", "marrant", "le seul garçon" : Horreur absolue !!! Impossible de s’y tromper maintenant.
La musique prit fin au moment où Phyllis éclata en sanglots (il avait pour coutume de pleurer lorsqu’il n’obtenait pas ce qu’il voulait ou quand quelque chose ne se passait pas comme prévu). Sébastian resta planté au milieu de la piste comme un idiot, complètement interloqué :


-Mais qu’est-ce que j’ai dis ? Mais qu’est-ce que j’ai dis ?

Ne cessait-il de répéter en secouant la tête, l’air désolé. L’Auror plongea sa tête contre le torse de Zacharias, son maquillage emporté par les larmes dégoulinant sur sa robe de soirée (il allait être content ce cher Zach, tiens !).
Il resta quelques secondes ainsi, tandis que les danseurs quittaient peu à peu la piste de danse.
C’est seulement à cet instant précis que Sébastian sembla remarquer l’erreur. Il regarda le Poufsouffle (qu’il connaissait vaguement pour avoir partagé des cours en commun pendant sept ans) et lui demanda, dubitatif :


-Tiens, je savais pas que tu préférais les hommes. Faut que j’aille raconter ça aux copains !

Sébastian s’élança hors de la piste, impatient de raconter à tout le monde sa fausse interprétation des choses.
Subitement, Phyllis eut un élan de dignité (enfin c’est un bien grand mot) et décida de reprendre les choses en main. Il avait fait assez de dégats comme ça. De plus, il avait mit Zacharias dans une situation assez gênante.
L’Auror se redressa, lâcha son cavalier (avec regret) et se recula. Il sortit sa baguette à une vitesse fulgurante et la pointa sur Sébastian.
Maitrisant parfaitement les sortilèges informulés, il pensa à la formule du sort qu’il voulait jeter.


*Oubliettes.*

Lancé à la perfection, le sortilège atteignit Sébastian. Celui-ci arrêta sa course, se demandant ce qu’il avait à courir bêtement en plein milieu de la Grande Salle. Phyllis n’avait effacé que les tous derniers souvenirs. La mémoire du jeune Serdaigle ne devait (en théorie) pas être endommagée.
Sébastian retourna vers ses amis et le groupe quitta la pièce tout de suite après.

D’un revers de main, Phyllis essuya les dernières larmes qui coulaient sur ses joues. Il se doutait bien qu’au passage, il avait foutu en l’air tout son beau maquillage. Il entreprit de le retirer entièrement à l’aide d’un mouchoir (qu'il avait trouvé où, on ne sait pas).
Quand il eut finit, il regarda Zacharias droit dans les yeux, s’efforçant de rester impassible. Il lui parla pour la première fois de sa vraie voix (toujours du genre crécelle mais en plus masculine) :


-J’ai effacé sa mémoire, aucun risque de ce côté-là. J’te demande pardon, je t’ai menti. Comme tu le vois euh, je suis pas vraiment une fille. Aucun maquillage ne peut changer ça.

D’un air penaud, il désigna le mouchoir qui lui avait servit à se débarbouiller sommairement. Cédant à ses arguments égoïstes il ajouta :

-Mais moi j’avais vraiment envie de danser avec un garçon ! Comme beaucoup de gens me confondent avec une fille alors j’ai voulu tenter ma chance. Mais en fait je me suis comporté comme un idiot. J’espère que tu m’en veux pas.

Phyllis faisait montre d’un sérieux et d’une lucidité sur lui-même qui ne lui ressemblait pas. Mais il aimait bien Zacharias, et il était le seul jusque là à ne pas l’avoir repoussé (en trichant un peu sur son identité mais bon).
Le jeune homme fit quelques pas en arrière, eut un sourire triste et murmura :


-Heureux de t’avoir rencontré. J’espère qu’on se reverra. Bonne soirée !

Sur ce, l’Auror tourna les talons. Il se dirigea gracieusement vers la sortie, tâchant de se faire remarquer au mieux. Ce qui ne loupa pas, car il trébucha sur un verre mystérieusement tombé au sol.
Phyllis s’étala par terre de tout son long. Un garçon se précipita vers lui et l’aida à se relever. Le jeune homme s’apprêtait à le remercier quand il constata avec effroi que c’était…
Sébastian !!!
Phyllis bafouilla quelques mots de remerciements et prit la direction de la sortie aussi vite que possible. Il sorti de l’enceinte de l’école et transplana jusqu’à chez lui.
Sa famille dormait encore. Sans aucune discrétion l’Auror monta se coucher, réveillant toute la maisonnée au passage.


[Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/presentations-validees-f67
Matthew Petrosyan

avatar

Messages : 25
Age : 27
Age du personnage : [•]Celibataire[•]

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Mar 8 Avr - 2:45

L'auror était content d'avoir pu aider une personne, plus précisément une jeune fille qui avait eut de drôles d'oreilles de lapins. Heureusement que Matthew était un excellent auror car sinon il n'aurait pas pu l'aider, quoi que ce n'était pas pour rien qu'il était nommé auror. Bref, le jeune homme lui adressa un sourire avant d'entrer dans la Grande Salle.

Comme promis, il alla voir directement au buffet afin de regarder un peu ce qui se trâmait là. Il eut recourt à plusieurs sortilèges afin de désamorcer tous les sortilèges nuisibles pour tous. Avec sa baguette, il eut recourt très souvent au sortilège '' Specialis Revelio '' et les résultats furent très surprenant, deux plats sur trois étaient ensorcelés.

Avec tout ce qu'il a apprit pendant toutes ses années à Poudlard, il désamorça tous les plats ensorcelés. Ça prit une bonne dizaine de minutes pour vérifier si tout la nourriture était bien saine.

Il repéra des yeux sa chère cavalière qui était assise à l'attendre. Un petit sourire mignon s'afficha sur ses lèvres. Matthew lui tendit la main pour l'inviter encore une fois à danser puisqu'il ne restait pas beaucoup de temps avant que le bal finisse. Il était content d'avoir cette beauté comme cavalière, elle était rayonnante, belle et magnifique. Il se comptait chanceux de l'avoir. La soirée passait, mais quelques clowns vinrent ''gâcher'' la fin de la soirée :


-SALUT PHYLLIS !!! TU T’RAPPELLES DE MOI ?!

L'élève dont il ignorait la maison harcelait son collège, mais ce qui fut le plus choquant c'est que Kallistos dansait et draguait avec un élève! Matt' fronça les sourcils de plus en plus, ce qui n'a jamais dû arriver arriva : un auror a levé sa baguette sur un élève!

Matthew n'a pas été assez vite que son collègue lui lançait un sortilège..il n'entendit d'ailleurs aucune formule. L'élève restait immobile sachant où qu'il était et ce qu'il faisait..non, il n'a pas jeté un sortilège d'amnésie sur un élève! Matthew regarda Alexiann et avec un regard ''je m'excuse'' il la quitta pour rugir dans la salle :


- PHYLLIS! ESPÈCE D'IDIOT! REVIENS ICI!

Mais trop tard, le jeune auror imcompétant partie presqu'à la course. Celui-ci sortie de l'enceinte de Poudlard, Matt' le pourchassait toujours, mais il le perdit car son collègue transplana à quelque part.

Il décida de se transformer en chien ''Golden Retreiver'' afin de revenir plus vite dans le château. Avant d'entrer dans le hall d'entrée, il se retransforma en lui-même. Il revenait dans la Grande Salle, l'auror était en colère, c'était lui qui menait les groupes d'aurors ici, puisqu'il était le plus vieux et le plus expérimenté. Il se dirigea vers le professeur McGonagall et Madame Ombrage. Avec un ton sec et de ''désolé'', il s'adressa à la directrice de l'école.


-Minerva, je suis énormément déçu du comportement inacceptable de mon collège. Veuillez le pardonner, c'est un auror débutant. En plus d'avoir dragué un élève, il a jeté un sortilège d'amnésie, ce qui est en passant interdit, sur un élève. Je vais faire un rapport immédiatement à mon supérieur afin de l'expulser de l'ordre des aurors. Vous pouvez si vous le voulez le poursuivre au tribunal magique contre lui pour avoir agressé un de vos élèves.

Il inclina la tête avec respect vers Minerva ainsi que Dolorès. Il revint vers Alexiann.

- Qu'est-ce qu'il lui a prit de faire ça? Je ne sais pas si il le sait, mais il risque d'être expulsé de l'ordre des aurors et être poursuivit par les parents de l'élève. Pourquoi il faut que ça arrive quand c'est moi qui dirige l'équipe d'auror...bref, je suis désolé, mais il faut que je fasse un rapport à notre supérieur. J'ai apprécié d'être en ta compagnie pendant le bal.. ah et avant de t'en aller, j'aimerai que tu fermes la salle avec les professeurs..ainsi que de faire un dernier ronde de l'enceinte de Poudlard et tu pourras te reposer...à la prochaine.

Hésitant, il s'avança finalement vers sa collègue et lui donna un baiser sur la joue. Puis il quitta la salle afin de quitter Poudlard pour aller chez lui afin de rédiger un rapport à son supérieur qui était nul autre que le directeur du département des aurors.

[Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carter Lane
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3112
Age : 28
Année : +1
Age du personnage : 18 ans

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:
MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Mar 8 Avr - 16:03

C’est donc exténué et arasé que Carter raccompagna la préfète des Poufsouffle à sa salle commune. Les couloirs étaient frais par chance, en particulier aux étages inférieurs et ils faisaient le plus grand bien au jeune Serdaigle qui mourait de chaud. Le trajet fut plus silencieux pour Amanda et Carter. Mais non pas un silence gêné qui avait si souvent lieu entre deux étudiants venant de passer toute une soirée de Noël ensemble, mais plutôt un silence reposant, qui n’avait rien de calculé. Amanda devait être aussi fatiguée que Carter en fin de compte, si toutefois c’était possible.

Ce silence leur permettait en réalité, de se rappeler tous les moments de cette soirée, qui avait duré assez longtemps en fin de compte, pour la plus grande satisfaction des élèves. Carter lui, en parfait Lane qu’il était, s’en fichait. Certes, après avoir été convaincu par Amanda, celui-ci avait reconnu que la soirée en sa compagnie était quand même meilleure qui s’il était resté dans son dortoir mais il ne désirait quand même pas pour autant crier sur tous les toits qu’elle avait été paradisiaque. Certes, il c’était un peu amusé, mais cette soirée ne figurait pas non plus dans le top 3 des meilleurs moments de sa vie, n’exagérons rien…

Carter repensait néanmoins à tous les détails de ce bal de Noël. Les danses successives et répétées, son cousin avec Charline, le regard d’Amanda, l’aisance avec laquelle la jeune fille exerçait une autorité sur lui, malgré lui, tout il repensait à tout, comme si ces souvenirs resteraient à jamais gravés en lui. Bien sur, il savait, bien que son intelligence soit assez unique, qu’il oubliera certains détails, le cerveau humain, même pour les Serdaigle, ne pouvait contenir qu’une quantité limitée d’informations. Mais il savait aussi qu’il se rappellerait du meilleur, sans jamais admettre bien sur qu’il s’agissait du meilleur.

Les deux cavaliers arrivèrent enfin devant la salle commune des jaunes et noirs et ils se stoppèrent donc pour se retrouver face à face, l’heure des adieux avait sonné. Carter regardait Amanda dans les yeux, tout comme elle d’ailleurs, et remarqua qu’elle était elle aussi fatiguée, bien que ça ne se voit pas tant que ça en réalité. Carter devait être légilimens dans une vie antérieure…


- J’ai passé moi aussi disons, une soirée des plus inattendues… Disons que j’ai été surpris, mais je ne te dirai pas si c’est en bien ou en mal… Sur ce, dors bien, et ne t’inquiètes pas pour moi, j’ai une très bonne endurance physique, même après cette soirée.

Bien entendu, rien n’était plus faux. Carter redoutait plus que tout de remonter les marches jusqu’à sa salle commune qui était placée dans la plus haute tour de Poudlard avec celle d’astronomie. Les précédentes danses avec Amanda n’avaient bien sur pas arrangées la chose, fatiguant ses jambes encore un peu plus. Sportif Carter ? Autant qu’un Serdaigle… Pas du tout en d’autres thermes. Il adressa donc un dernier sourire à Amanda, un sourire pour le moins énigmatique, et tourna les talons, les mains dans les poches de son pantalon, sa robe de sorcier flottant derrière lui. On avait la classe ou on l’avait pas après tout. N’est-ce pas ?

[ TERMINE ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE BAL DE NOËL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Univers :: Le Hors-Jeu :: Les Mémoires de Poudlard Univers :: Les extraits de Pensine :: Les sujets oubliés :: Sujets Clos Saison 2-
Sauter vers: