Poudlard Univers



Partagez | 
 

 LE BAL DE NOËL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Emi Bennett
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 194
Age : 28
Année : Assistante-infirmière de Poudlard
Age du personnage : Aucun, peut-être que ça viendra un jour...

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Mar 8 Avr - 20:22

Emi ne parut pas du tout fâchée que Zacharias décide d'aller danser avec cette étrange jeune fille. En fait, la Préfête-en-chef avait la drôle d'impression que ce n'était pas vraiment une fille, mais elle préféra se taire, pour ne pas gâcher inutilement le moment. Elle acquiessa donc d'un signe de tête aux paroles de son cavalier et relâcha doucement sa main pour le laisser partir avec sa cavalière d'une danse. C'est avec une certaine surprise qu'Emi reçut le baiser de Zach sur sa joue... Il était plutôt rare qu'il donne ainsi sans raison un geste affectif... Mais elle n'allait certainement pas s'en plaindre! Cela prouvait, en fait, qu'il ne se fichait pas complètement d'elle...

Enfin, Emi sourit face aux paroles de Zach, elle aussi très contente d'avoir retrouvé ses oreilles normales. La jeune femme regarda son cavalier s'éloigner avec Phyllis et eut un sourire amusé en voyant la grimace de celle-ci. Décidément, cette femme avait un fort esprit de compétition.

Emi détourna ensuite les yeux et prit possession d'une petite chaise en bois, sur laquelle elle prit place. Elle regarda le buffet avec envie, mais se résigna, car elle n'avait pas envie de se retrouver avec des ailes de chauve-souris, des pieds palmés ou une queue de cochon.

La jeune femme balaya donc la salle du regard pour se changer les idées. La plupart des couples quittaient déjà la soirée... Ce qui était, en fait, plutôt compréhensible étant donné l'heure tardive. Son regard se posa sur Gregory au moment où celui-ci quittait la salle avec sa partenaire. Emi soupira discrètement et s'égara dans ses pensées.

Après quelques minutes, Emi fut cependant tirée hors de son monde de rêve, car une scène plutôt inhabituelle se produisait en plein milieu de la salle. Elle se tourna et vit toute la scène. Elle avait envie de rire, mais elle se retint, car cela ne devait pas être très drôle pour Zach... et encore moins pour cette pauvre Phyllis... ou plutôt CE pauvre Phyllis, car il semblait qu'il était un homme! Une fois l'auror disparut, Emi resta assise, surprise, regardant avec étonnement son partenaire, qui semblait sous le choc. Quand Zach la rejoint finalement, elle se leva et préféra se taire pour ne pas empirer la situation. Le poufsouffle avait l'air vraiment perturbé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-univers.goodforum.net/repartitions-terminees-f69
Grégory Eragon
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3628
Age : 28
Année : +2
Age du personnage : 19 ans [03/12/80]

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Sam 12 Avr - 17:50

Grégory faisait face à Charline, son regard plongé dans le sien. Il était à quelques centimètres de son visage et il savait par expérience que la jeune fille était troublée. Elle avait légèrement rougit quand Grégory avait fait remarquer qu'ils étaient seuls dans le couloir, signe d'une gène des plus difficiles à cacher. Il espérait faire de l'effet à la jeune fille, histoire d'être sur un pied d'égalité en cet instant? Car oui, le moins que l'on pouvait dire, c'était que Charline faisait de l'effet à Grégory, son charme agissant de plus en plus durant toute la soirée.

Charline prit en premier la parole, apparement les silences lui pesaient, tant mieux, c'était bon signe. Elle lui demanda ce qu'il pensait de cette soirée, le bal, les gens et ajouta avec humour, sa cavalière. Elle sourirait, Grégory aussi. Elle était encore plus irrésistible quand elle souriait, si toutefois c'était possible. Il la regardait avec un peu plus d'intensité pour lui répondre, comme si ça allait l'aider à parler. Car ne vous fiez pas aux apparences, Grégory n'était pas aussi à l'aise que d'habitude. Ses entrailles se tordaients sous l'effet du stress même s'il savait que ça n'allait durer. C'est fou ce que cette fille lui faisait ressentir!


- Je dirai que le bal était plutôt pas mal, que les gens présents étaient bien... mis à leur avantage, quand à ce qui concerne ma cavalière, je dirai que je la trouve simplement... sublime.

Il avait dit ça en se rapprochant légèrement de la jeune fille, histoire de la troubler un peu plus. Grégory détestait laisser indifférent, surtout quand on parvenait à le mettre, lui, dans tout ses états, et il comptait donc bien montrer à Charline qu'il avait l'intention de la séduire, si toutefois elle n'avait pas encore compris. Après tout, c'était une Serdaigle, elle savait rester logique et réfléchie et d'ailleurs, n'importe qui aurait remarqués les regards que lançait le préfet à sa cavalière durant toute la soirée, et avec leur signification.

Comme pour réduire encore plus les appréhensions de Charline, Grégory plaqua sa main contre le mur derrière elle, s'appuyant en même temps sur son bras et donc rapprochant un peu plus son visage du sien. Si là elle continuait à le fixer sans ciller, elle méritait tout le respect du lion. Lui par contre, n'épprouvait aucune difficulté à la contempler sans cligner des yeux, elle était si belle, il aurait pu la regarder des heures ainsi, hélas, ils ne pouvaient pas passer la soirée dans le couloir, ils risqueraient d'avoir des ennuis. Grégory s'approcha ensuite un peu plus de l'oreille droite de Charline et lui susurra, doucement, comme dans un souffle:


- Et elle, que pense t-elle de son cavalier ?

Il lui souffla ensuite de l'air chaud légèrement dans le cou et se remit face à elle , replongeant par la même occasion ses yeux dans les siens. Il l'aurait volontier embrassée sur le champ, ce n'était pas l'envie qui manquait. Mais le jeune homme préférait se faire désirer et pourquoi la laisser l'embrasser en premier. C'était un jeu, ni plus ni moins et il savait que Charline était à la hauteur, ça se voyait dans son regard. Tout en la fixant intensement, Grégory afficha un petit sourire sur ses lèvres, un sourire tranquille, montrant bien qu'il était en plein jeu. Un jeu réellement excitant disons le nous..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charline Spencer
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 689
Age : 26

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Sam 12 Avr - 22:15

La présence du lion était plus qu’imposante. Charline, même si elle l’aurait souhaité, ne pouvait ignorer le jeune homme qui se trouvait là, tout près d’elle. Tandis que son visage était d’une proximité presque alarmante, elle se sentait plus que jamais captivée par cette personne qui avait toujours été ‘l’homme à abattre’. Elle sentait son cœur battre plus vite qu’elle ne le souhaiter tandis que leurs visages restaient proches. Le souffle court, la jeune femme restait solidement appuyée contre le mur… Une chance que ce dernier soit là d’ailleurs, sans lui, elle aurait peut-être ressenti le besoin de fuir à toute vitesse, parce que mine de rien, c’était assez embarrassant comme situation ! Charline avait toujours vu Grégroy comme un ennemi… un adversaire pour lequel elle ne pouvait éprouver ne serait-ce qu’une once de compréhension. Non, c’était juste Le gars à battre. Un point c’est tout. Mais là, elle ne le voyait pas du tout comme ça, et ça changeait assez radicalement les bases sur lesquelles elle s’était toujours reposée.

Reprenant le fil de ses idées, la belle conserva un air amusé, bien qu’elle n’en mena pas large intérieurement. Et encore… sa situation actuelle était bien face par rapport à ce qui l’attendait par la suite…

Charline écouta son cavalier lui répondre sur le même ton qu’elle, ce qui la fit vraiment sourire. Bien qu’ils aient toujours été en compétition, tous deux avaient visiblement le même humour… Ceci dit, la réponse plaisait à la sorcière… bien que l’attitude du sorcier la mit encore plus mal à l’aise. Cependant, elle senti une montée d’adrénaline. Le regard pénétrant de Grégory… Elle comprenait enfin ! Il jouait… parfait, elle en ferait autant ! Reprenant une confiance quasi totale en elle, elle esquissa un nouveau sourire charmant et charmeur, ceux dont elle avait le secret et qu’elle n’usait que dans des cas de jeux amoureux… de flirts et autres petites histoires…

Soutenant le regard du jeune homme, elle le fixait elle aussi, souriante, parfaitement sûre d’elle à présent. S’il tenait vraiment à jouer, elle allait lui montrer ce que c’était une serdaigle de sa trempe ! Le bras du lion vint se placer contre le mur, le jeune homme en profitant pour ainsi rapprocher encore son visage de celui de Charline. La blonde le fixait toujours, tandis qu’il finit par se rapprocher encore pour chuchoter quelques mots à son oreille. Sentant le souffle de Grégory dans son coup, elle du retenir un frisson, et resta souriante, tout en regardant intensément le sorcier. L’attaque de ce dernier étant passée, c’était à elle d’entrer sur le champ de bataille…


« Son cavalier ? »

Elle pinça doucement ses lèvres dans un sourire à la fois amusé et peut-être un peu mesquin. Tant de répliques lui venaient en tête. Elle pouvait faire tant de choses là, en ce moment même ! Elle pouvait rabaisser le lion qu’elle avait toujours tenu comme étant le pire garçon qu’il soit, et surtout un cerveau des plus désagréable, bien que sa présence la motiva encore un peu pour travailler… Mais en même temps, elle n’était pas assez cruelle pour faire ça, et son cœur, de toute façon, lui souffler d’autres réponses… des réponses bien différentes.

Levant sa main doucement, elle vint frôler la taille du jeune homme tout en lui souriant, puis doucement, saisit sa chemise avec délicatesse. Quittant l’appuie du mur, elle s’approcha à son tour du sorcier, et toujours calme et réfléchie, bien que son cœur soit sur le point d’exploser, elle murmura à l’intention du rouge et or :


« Je crois qu’il était assez séduisant… Et un très bon danseur en plus. »

Elle hésita un moment et finit par continuer :

« Mais il avait une étrange façon d’agir… Un peu comme si il tentait de charmer sa cavalière voyez-vous ? »

Elle se recula légèrement, tenant toujours la chemise du jeune homme du bout des doigts, elle le fixait, amusée, attendant une réaction de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégory Eragon
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3628
Age : 28
Année : +2
Age du personnage : 19 ans [03/12/80]

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Dim 13 Avr - 0:42

La température montait d'un cran et Grégory était le premier à le constater. Fiou, chaleur, quand tu nous tiens! Grégory aurait volontier retirée sa cape noire mais ça aurait pu préter à confusion quant à ses intentions. Pour l'heure, Charline parlait à Grégory et entrait dans le jeu pleinement, comme l'avait espéré Grégory quelques instants plus tôt. Ils étaient à présent en plein dedans et on pouvait lire sur chacune de leurs lèvres un petit sourire malin. Même si la tension était palpable, ils s'amusaient, c'était certains. Grégory, le premier, c'était dans sa nature après tout. Charline était pour lui une proie, un challenge et il comptait bien gagner, comme toujours.

Même si le jeu était plaisant, Grégory savait qu'il ne durerait pas éternellement, le désir était beaucoup trop envahissant. En ce qui concernait Grégory, le désir l'étouffait, l'empechait limite de respirer. Il voulait embrasser Charline, et il savait qu'elle aussi voulait l'embrasser, du moins il le ressentait, mais il voulait en fait plus que tout prolonger ce moment de plaisir rare et intense. Charline devait se délecter elle aussi pleinement de chacun de ces instants et il ne fallait donc pas les gacher, histoire de se rapeller dans longtemps ce qui c'était passé ce soir là.


- La charmer ? Tiens donc...

Charline tenait à présent la chemise de Grégory du bout des doigts et venait de lui laisser entendre qu'elle avait parfaitement compris ce que faisait le jeune homme. Au moins c'était clair, si elle ne voulait pas de ses avances, elle n'aurait pas dit ça. Grégory et Charline avaient à présent le visage très proche l'un de l'autre et Grégory se demandait lequel allait embrasser l'autre en premier, sachant bien sur par avance qu'ils allaient s'embrasser. Imaginez la suite de cette conversation sans un baiser aurait été particulièrement cruel que ce soit pour Charline, mais aussi pour Grégory. Il se rapprocha encore une fois d'elle et lui dit une fois de plus à l'oreille, dans un nouveau souffle.

- J'espère qu'il y est arrivé...

Grégory venait de poser sa main sur la hanche de Charline et la caressait doucement. Il se posa ensuite devant son visage, ses yeux la fixant à nouveau intensement, le bleu des ses yeux brillant légèrement de malice. Il approcha un peu plus près son visage du sien et ferma les yeux. Ses lèvres étaient à présent à quelques centimètres de siennes. Il pouvait sentir le souffle chaud de Charline et savait qu'elle aussi ressentait le sien. Le coeur de Grégory battait à tout rompre, il était comme sur un nuage, comme si rien n'était réel, surement du au fait qu'il avait les yeux fermés. Tout lui paraissait faux pourtant il savait que rien de ne serait plus vrai que ce moment unique.

Grégory plaqua ensuite ses lèvres sur celle de Charline, des frissons lui parcoururent tout le corps, partant du bas du dos pour arriver dans sa nuque. A présent, la main posée au mur précédemment venait de se poser dans les cheveux de Charline, derrière sa tête, tandis que celle sur sa hanche exerçait une légère pression vers lui même, comme pour resserer l'étreinte du jeune homme. Ils avaient à présent leur deux corps collés l'un à l'autre. Le Gryffondor et la Serdaigle échangeaient leur baiser avec passion, Grégory étant comme emporté ailleurs, le coeur battant dans sa poitrine à tout rompre, comme s'il avait attendu cet instant là toute la soirée. Le baiser était passionné et Grégory l'était encore plus. Le charme de Charline avait fini par agir, à ses risques et péril. Qu'allait il arriver aux deux ex-ennemis ? Allaient ils en rester là ? Rien n'était moins sur. Seul l'avenir le leur dirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charline Spencer
Ministère
Ministère
avatar

Messages : 689
Age : 26

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Dim 13 Avr - 12:33

Etait-il utile de préciser qu’en ce moment même, le cœur de Charline était littéralement sur le point d’exploser ? En omettant ce détail plutôt bruyant pourtant (aux yeux de l’aigle), on pouvait aussi dire que la blonde commençait elle aussi à avoir chaud… La jeune femme écoutait distraitement son cavalier. A dire vrai, elle commençait à exploser de l’intérieur, et se sentait à la fois bien et plutôt male à l’aise. C’était un peu étrange de voir Grégory comme un homme… Pour elle, il avait toujours été un ennemi de taille, et ça s’arrêtait là. Mais ce soir, une nouvelle face du jeune homme faisait son apparition, et elle était… très agréable.

Le couple s’était rapproché de plus en plus. La distance les séparant commençait à tendre vers le vide… Ils étaient de plus en plus proches, tout en se fixant avec un plaisir mêlé à une volonté de défi… Un sourire vint se peindre au bord des lippes de l’aigle lorsque son cavalier répéta ses mots. Elle se contenta d’hocher presque imperceptiblement la tête, d’un signe approbateur.

La jeune femme avait gardé sa main sur la chemise de son homologue masculin, quand ce dernier vint poser sa main sur sa hanche. Elle du retenir un léger frisson, tentant de garder un minimum de contenance. Le visage du jeune homme se figea un instant, le temps de la fixer de nouveau avec une malice certaine. Charline relevant son regard le fixer aussi, puis il finit par s’approcher d’elle… Plus près encore qu’ils ne l’étaient. Puis tout s’enchaîné rapidement pour la bleu et bronze. Le souffle de Grégory, son visage plus proche encore, ses lèvres… le baiser. Charline fut alors comme électrisée. La main de Grégory qui s’était posée contre le mur vint doucement se poser dans la chevelure dorée de la sorcière. Cette dernière lâcha la chemise de son compagnon pour venir se placer dans le dos de ce dernier, son autre main se posant sur son torse.

Doucement mais sûrement ils s’étaient rapprochés et étaient maintenant étreints. Charline aurait bien sûr pu le repousser, mais elle n’en avait pas la moindre envie, elle prolongea alors le baiser passionné, puis doucement s’écarta du jeune homme… C’était si… inattendu sans vraiment être surprenant qu’elle ne savait que penser. Comment devait-elle réagir là, maintenant ? Ils avaient toujours été opposés, était-il possible qu’ils se voient différemment ? Juste à cause d’un bal ?

Charline cherchant la meilleure solution qui soit faisait tourner son cerveau plus rapidement encore qu’un jour d’examen d’arithmancie. Esquissant un léger sourire, elle regardait toujours le lion, elle devait agir, faire quelque chose… mais quoi ? Elle pouvait faire comme si rien ne s’était passé… mais cette solution ne lui plaisait pas. Dans ce cas, elle pouvait…

Fixant toujours Grégory, elle cherchait à lire en lui. Que voulait-il lui au juste ? Peut-être serait-il assez intéressant de se le demander ? Pinçant ses lèvres, elle esquissa un léger sourire, et puis zut à la fin ! Coupant de nouveau l’espace qui les séparer, elle l’embrassa de nouveau, assez fière de la tournure que prenait cette soirée. Elle n’avait pas pensé que les événements puissent prendre pareille tournure, mais elle devait admettre qu’elle n’avait pas vraiment à s’en plaindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grégory Eragon
Oubliés
Oubliés
avatar

Messages : 3628
Age : 28
Année : +2
Age du personnage : 19 ans [03/12/80]

Feuille de personnage
Citation:
Multi-comptes:
Relations:

MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   Jeu 24 Avr - 1:32

S'il y avait un état d'esprit pour décrire Grégory en cet instant présent, c'était ailleurs. Certes, tout le monde vous dira que “ailleurs” n'est pas un état d'esprit. C'est pas faux... Mais en tout ca, Grégory l'était. Le premier baiser de Charline et Grégory avait duré plusieurs secondes et quand il prit fin, aucun des eux adolescents n'eut l'idée de parler. Comme si ce moment devait êtré vécu en silence, loin de toutes paroles inutiles... C'était le cas. Le baiser échangé entre Charline et Grégory avait tout bouleversé et aucune parole ne pouvait embellir la chose, donc elle ne pouvait au contraire que l'empirer. Après s'être échangé un regard de quelques secondes, Charline embrassa de nouveau Grégory, répondant à une pulsion que lui même n'avait pas pu contrôler quelques instants plus tôt. Dans ce couloir de Poudlard, oon pouvait sentir un désir qui planait étrangement et qui étouffait même les deux victimes. Grégory n'aurait jamais cru ressentir ça pour la jeune Serdaigle. Comment son ennemie de toujours avait pu devenir à ce point attirante, séduisante ? Il se demandait surtout comment il avait pu tomber aussi aisement sous le charme et surtout comment elle aussi avait pu être séduite aussi rapidemment. Surement la magie de Noël... On lui attribuait beaucoup de vertues à cette magie d'ailleurs....

Charline embrassa donc Grégory spontanement et bizzarement, le préfet perdu toutes ses retenues d'un seul coup. La main précédemment posée sur sa hanche, glissa lentement, très lentement même, pour arriver sur sa cuisse. On pouvait d'ailleurs légèrement voir que celle ci remontait à présent, relevant très légèrement la robe de la jeune fille. Le baiser de Grégory était encore plus fougueux que le premier. Comment cette perfection avait pu lui passer sous le nez avant ça ? Comment avait il pu résister à “ça” autant de temps. S'il ne se retenait pas, il aurait été capable de l'embrasser des heures durant tellement il avait envie d'elle. Alala, ces adolescents, quels petits fougueux! Il faut savoir les calmer des fois! Malheureusement, c'est ce qui arriva... Malgré eux.

Pendant que Grégory et Charline continuaient à s'embrasser (pas des heures durant non plus hein, n'éxagérons rien...); le préfet entendit au détour d'un couloir des éclats de rire. Reconnaissant des voix peu matures, il s'agissait sans aucun doute de jeunes élèves, désireux de griller le couvre feu. Par chance, un préfet rodait... Dès que le duo d'enfants, car oui, ils étaient deux, tourna dans le couloir occupé, les deux occupants (qui pour le coup ne l'étaient plus) se séparèrent plus vite que leur ombre pour leur faire face. A moitié géné de ne pas savoir s'ils les avaient vu ou pas, Grégory n'en montra aucun signe et lança un regard des plus décourageants aux deux jeunes élèves. Par chance, ils étaient à Gryffondor.
« Tiens donc... Deux petits fuyards à minuit du soir... Vous croyez peut être que parce qu'il y avait un bal, les préfets n'étaient pas en service ? Et bien vous avez tout raté. Allez! Hop! Direction la salle commune! » D'un geste du doigt, les deux élèves de premières années tournèrent les talons et se dirigèrent vers les escaliers. Quand ils eurent tourné dans un couloir adjacent, Grégory se rapprocha de Charline et l'embrassa une nouvelle fois avec pour seule parole « On se voit demain... » Oui pour lui il était normal d'embrasser une nouvelle fille tout les soirs. En fait, ça, ça s'apellait de l'assurance, de l'aplomb certains vous direz. Ne jamais se laisser dépasser dans toutes les situations possibles. Dans ce cas là, il considérait Charline, tout en marchant vers sa propre salle commune, comme sa petite amie, car oui, elle l'était.

[ TERMINE ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE BAL DE NOËL   

Revenir en haut Aller en bas
 

LE BAL DE NOËL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Univers :: Le Hors-Jeu :: Les Mémoires de Poudlard Univers :: Les extraits de Pensine :: Les sujets oubliés :: Sujets Clos Saison 2-
Sauter vers: