AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Répartition de Lili Evans

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Répartition de Lili Evans   Ven 10 Sep - 18:29

* Nom : Evans
* Prénom(s) :Lily
* Surnom(s) : Aucun
* Date de naissance : Le 30 janvier 1960
* Lieu de naissance : Londres
* Lieu d'habitat : Banlieue de Londres
* Métier souhaité & passe temps : « Je passe beaucoup de temps à lire, il faut dire que j’aime ça. Je ne suis pas très sportive, mais bon, en même temps, à Poudlard, à part le Quidditch il n’y a pas non plus beaucoup de moyen d’en pratiquer. Et je hais ce sport ! Bien sûr, le fait que James Potter soit dans l’équipe n’influence pas mon avis sur la question. J’aime les soirées de discussions entre filles, et passer du temps en extérieur dès que je le peux. Quant à ce que j’aimerais faire une fois mon diplôme en poche, j’avoue que je ne sais pas encore trop. J’aime faire de la magie et l’étudier, j’aime savoir comment la pratique à évolué. Je pense que si mes notes suivent, Langue-de-plomb me plairait bien. »
* Famille & Ascendance : « Pour commencer il y a du coté de maman : Papi et mamie. Carle et Ophelia Petroli. Se sont deux émigrés Italiens, ils ont vécu longtemps en Angleterre avant d’obtenir la nationalité. Maman est leur fille unique et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Du coté de papa c’est : Henry et Deborah Evans. Issu de la petite bourgeoisie, ils ont eu cinq fils, papa est le dernier et le moins ambitieux de tous. Je crois qu’il a mis maman enceinte avant le mariage et qu’on les a obligés à se marier. Je crois qu’ils s’en fichaient un peu, ils étaient amoureux. Papa a alors cherché un travail, qu’il a trouvé dans une usine automobile. Et puis il y a Pétunia, ma grande sœur. On ne se ressemble pas vraiment, que ce soit au niveau des centres d’intérêt, ou de l’apparence physique. De toute façon je ne lui parle que dès que c’est obligatoire. »


>> Lui & son Histoire

© Coclico

>> Ce qu'il possède & ce qu'il est

* Baguette : saule, 25,6 cm, souple et rapide (excellente pour les enchantements)
* Animal de compagnie & prénom : Aucun.
* Forme du Patronus : N’en a encore jamais fait.
* Avatar : Ashley Greene
* Physique : « Je suis pas très grande, les yeux verts, de longs cheveux auburn. On me dit jolie, peut-être, moi je dirais grassouillette et pas très adroite de mes dix doigts. »


>> Ses qualités & ses défauts

* Caractère : « Je vais faire une liste, ce sera plus simple.
Je suis travailleuse. J’aime me plonger dans quelque chose, le voir avancer et le finir. Je passe énormément de temps sur mes devoirs, mais seulement parce que ce qui m’intéresse c’est de bien faire les choses.
Je suis têtue et grande gueule. Dès que j’ai quelque chose en tête, difficile de me faire voir un autre point de vue. Et plus on va essayer de me faire entendre raison, plus je vais dire le contraire. En plus de cela, je n’ai pas ma langue dans ma poche et je ne sais pas me taire quand il le faut. Quand il faut dire ce que je pense je suis la championne, quand il faut avouer que j’ai tort, par contre, mon orgueil fait des siennes et je suis plutôt réticente.
Courageuse. Ce n’est pas moi qui le dis, mais c’est normalement la qualité des gens qui sont dans ma maison. A vérifier.
Rancunière. J’accorde ma confiance rapidement mais on peu la perdre tout aussi facilement. J’ai énormément de difficulté à la réaccorder, une fois qu’on m’a trahis je ne comprends pas pourquoi on ne le refera pas.
Un brin râleuse, je m’énerve aussi très facilement. J’ai tendance à m’emporter trop vite pour des raisons futiles, surtout quand il s’agit de Potter, tout ce qu’il fait me donne l’urticaire."


* Phobies : Toutes les petites bêtes velues. La mort de tous ses proches.


>> Ses relations

*


*Pétunia Evans, sœur ainée : Elles ne se comprennent plus, Lily en a plus que marre de ses sautes d’humeurs avec elle. Maintenant elle essai juste de l’ignorer.
* James Potter, pot de colle : Elle a du mal à le supporter, il suffit qu’il ouvre la bouche pour qu’il l’agasse au plus haut point. Elle le déteste, oui elle le déteste, elle en a marre de sa cour perpétuelle. Si elle a des sentiments pour lui ? Jamais. Enfin cela c’est officiellement, officieusement elle ne sait pas vraiment quand on prend le temps de discuter un tout petit peu avec lui et qu’il n’y a personne autours il peu se révéler agréable. Mais pour l’instant ce n’est arrivé qu’une fois.
*Sirius Black, meilleur ami du pot de colle : Insupportable. C’est ce que pense Lily à chaque fois qu’elle le voit. Il ne l’horripile pas aussi fort que Potter, mais ses airs de je-suis-plus-fort-que-tous la mette aussi hors d’elle. Elle se demande comment Alice peu en être amoureuse, enfin là n’est pas la question elle a surtout peur qu’il l’a fasse pleurer.
* Remus Lupin, le type au grand coeur : Lily ne sais que très récemment le petit problème de Remus, elle c’est bien gardé de le dire aux autres. Elle apprécie énormément travailler avec lui, et fait tout pour mettre en avant Ariel. Le jeune femme sais qu’elle en est désespérément amoureuse.
*Alice McDyll & Ariel Wayne, les sœurs de coeur : Ses deux meilleurs amies. Elles sont toutes les trois différentes et pourtant elles partagent une amitié très forte.
* Severus Rogue, l’ex-meilleur ami : Elle pensait que tous les deux avaient les mêmes avis. Qu’ils allaient vivre leur vie dans le monde de la magie ensemble. Plus jeune elle s’imaginait même qu’ils ne se quitteraient jamais. Mais elle trouve son comportement impardonnable. Elle ne veut plus lui parler, ni le voir. A chaque fois qu’elle pense à lui elle est au bord des larmes, elle préfère l’oublier.


>> Histoire

*


L’arrivée en ce monde


« C’est un 30 janvier que j’ai vu le jour. Mais mes premiers souvenirs remontent à beaucoup plus loin. Ce que je vais vous raconter ici, ce sont des choses que l’on m’a dite. Mes parents voulaient un garçon, finalement les Evans n’auront que deux filles, moi et ma sœur ainée Pétunia. Ma chambre était peinte en bleu et mes affaires aussi. Mes premiers jours en ce monde furent heureux, toute la famille se déplaça pour voir la dernière Evans née. Quand je vois mon viel album photo, mes parents rayonnaient de joie. Il y en a une que j’aime tout particulièrement : ma mère légèrement potelée, un sourire angélique sur le visage et le regard amoureux vers la personne qui prend la photo, elle me tient sur ses genoux, je dois avoir dans les six mois. Je tends la main vers une petite fille, Pétunia, toute blonde qui à dans sa main un nounours.

On m’a dit que j’étais une enfant calme qui s’émerveillait pour un rien, que j’ai fait passer de nombreuses nuit blanches à mes parents et que Pétunia avait décrété que j’étais sa sœur chérie adorée et qu’en conséquence elle me lâchait rarement. »

L’enfance

« Mon enfance fut loin d’être normale si l’on regarde celle des autres personnes que je fréquentais à l’époque. Mais je ne m’en plains pas, j’étais heureuse, c’est le principal non ?

Mes parents font partie de la classe moyenne pauvre, pourtant tout cela n’empêcha pas mes parents de nous aimer à la hauteur de leurs moyens. Maman nous gardait à la maison, et papa était ouvrier dans une usine de voiture qui se trouvait dans la banlieue de Londres. Nous passons toute l’année à la maison sauf une semaine en juillet où nous allons chez papi et mamie qui habitaient près de la mer et une autre semaine chez mes autres grands-parents en Ecosse pour les fêtes de Noël. J’aimais ces moments là qui nous sortaient de notre quotidien.

Dans tout les cas elle se découpe en deux parties.

J’étais une enfant un peu spéciale, mon problème n’était pas que je manque d’amis, j’étais assez appréciée à l’école. En effet j’ai toujours été assez sociable et je parle facilement aux autres. Avec Pétunia, nous nous chamaillions mais cela n’allait jamais bien loin, on s’entendait vraiment bien, nos parents nous élevant pareillement, sans jamais avantager l’une sur l’autre. Non, mon souci était que je faisais des choses étranges. C’étais au départ des petits incidents sans véritable conséquence, je ne me rendais absolument pas compte de leur caractère extraordinaire, pour moi c’était des choses banales. Par exemple changer la couleur du nez de mon doudou préféré, faire léviter une peluche jusqu’à moi ou encore faire disparaitre de mon assiette les choses que je n’aimais pas quand ma mère avait le dos tourné.

Je me souviens parfaitement du calme olympien dont a fait preuve ma mère quand elle s’en est rendue compte. Nous étions dans le parc près de la maison avec des amies à elle. Toutes avaient des enfants et c’était leur rendez-vous de la semaine. Pour une fois j’avais réussi à monopoliser la balançoire, je me balançais donc lorsque la balançoire atteignait un niveau que je jugeais assez haut et je me suis lancé dans les airs. J’adorais faire ça, je me sentais comme un oiseau. Un cri retentit et je me suis immédiatement retrouvée entourée de jeunes mamans se demandant si je ne m’étais rien cassé. Une heure plus tard, je me faisais gronder et interdire de refaire ça. Je crois que je ne comprends que maintenant que ma mère voulait me protéger, à l’époque je l’ai vécue comme une punition.

Je vivais sans véritablement comprendre les interdictions qui régissaient ma vie. Je ne le compris qu’après une rencontre qui marqua une petite révolution dans ma vie : Severus Rogue. Comprenez que jusqu’à maintenant, pour moi il y avait les autres et moi qui faisait des choses que personne d’autre ne faisait. Au début j’ai pris sa remarque pour une insulte, sorcière, sorcière, sorcière lui-même. Mais même si cela ne plaisait pas à Pétunia je l’ai revue à l’école. Il m’avait alors expliqué qu’il ne voulait pas m’insulter qu’il pensait que j’étais vraiment une sorcière comme lui.

Je découvris alors tout un monde dont je ne supposais même pas l’existence : celui des sorciers. Au fils du temps, je me suis d’ailleurs de plus en plus rapprochée de Severus jusqu’à ce qu’il devienne mon meilleur ami. Tous ce que je sais, ou pratiquement, sur le monde de la magie, je le sais grâce à lui. C’est lui qui m’a prêté ses livres de potion et de sortilège pour que je les lise. Il ne m’a jamais mené chez lui, mais j’ai rapidement compris que c’est parce que ça ne se passait pas vraiment bien. Bien que mon esprit d’enfant à la vie tranquille ne s’imaginait pas la moitié de ce qui se passait véritablement chez lui. Il ne me l’a avoué qu’avant notre rentrée à Poudlard où je l’ai vu arriver avec un énorme cocard.
Quand à Pétunia avec qui j’étais alors très proche, au début elle prit ses distances, me disant que je fréquentais quelqu’un que je ne devrais pas. Naïvement, un soir je suis allée la voir dans sa chambre pour lui expliquer ce que Severus m’avait dit, elle m’a cru. Par contre depuis ce jour là, elle me traite de monstre. Notre bonne entente a fondu comme glace au soleil. Aujourd’hui, à chaque fois que je lui parle, au pire elle m’ignore, au mieux j’ai le droit à une monosyllabe. C’est comme si elle m’avait rayé de sa vie. Le seul lien qui subsiste entre nous maintenant, c’est nos parents. »

Poudlard

« J’ai reçu ma lettre le jour de mes onze ans, tout comme Severus quelques temps après. J’étais très excitée à l’idée de suivre des cours dans une école de magie. Mes parents en étaient fiers, j’étais leur petite sorcière. Je pense qu’ils voient ça comme un moyen d’élévation social. Je me suis bien gardé de leur parler des troubles que subit en ce moment le monde de la magie.

Le jour de la rentrée, j’étais très angoissée et tout se passa vraiment de travers. Il y avait Pétunia, jalouse comme un pou qui m’a fait une crise de jalousie à peine croyable. Mais ce qui m’a le plus touché c’est qu’elle m’a traitée de monstre. J’en ai pleuré quasiment tout le voyage. Ce n’était pas la seule chose, loin s’en faut ! Severus voulait que nous soyons dans la même maison : Serpentard. Personnellement je n’avais pas d’avis sur la question, tout ce que je voulais, c’était d’entrer dans cette école de magie. En plus en lisant l’histoire de Poudlard, ou son début plutôt, j’avais rapidement compris que chaque maison avait sa propre qualité.

Seulement le choixpeau m’a envoyé à Gryffondor, lui Serpentard. Le drame. Enfin pour lui, pas pour moi, je ne voyais pas en quoi cela allait poser problème. J’étais bien naïve. Notre amitié très forte n’a fait que s’effriter au fil des ans. Je tenais énormément à lui, mais il a emprunté le mauvais chemin. Si au début je n’avais que des soupçons, je n’ai plus eu de doute alors que je me suis fait traiter de sang-de-bourbe en juin dernier. Je n’ai plus vraiment envie de lui parler pour l’instant …

Sinon, mes études en elles mêmes se passent plutôt très bien, je suis bonne élève et particulièrement en potion et sortilège. J’ai par contre un peu de mal en Métamorphose, à mon grand dam. Pourquoi ? Tout simplement car c’est la spécialité de ce prétentieux de Potter. Oui James Potter, le super joueur de Quidditch, celui que toute fille veut mais que personne n’a, parce qu’il me poursuit de ses assiduités ! Moi je ne veux qu’une chose : qu’il me laisse tranquille. Lui et sa bande m’énervent à faire des blagues douteuses, ils se disent supérieurs aux Serpentards, mépriser leurs idéaux mais je ne les trouve pas mieux. Ils sont prétentieux et se pensent au-dessus de tout parce qu’ils sont drôles et plutôt très doués en magie. Il m’énerve. Il m’énerve. Il m’énerve. Il m’énerve.

Sinon même si l’on est plutôt sceptique face à ma haine pour Potter et son gang, j’ose penser que l’on m’apprécie. Je suis très amie avec les deux filles qui partagent mon dortoir, entre nous on se dit tout (ou presque). J’aime le château, je m’y sens comme chez moi. Mon seul regret je vois mes parents seulement pendant les vacances et encore quand je ne passe pas un peu de temps chez mes amies.






*


Dès que la porte fut ouverte, Lily sentit ses jambes trembler et son cœur propulser le sang à une vitesse verigineuse. Elle leva les yeux au ciel et … aperçut l’une des choses les plus magnifiques qu’elle n’avait jamais vu. Non, pas magnifique mais magique.

Le plafond était fait de telle sorte qu’on ne voyait pas la voûte de la salle mais le ciel tel que Lily l’avait observée il y a quelques minutes. Elle se souvenait que Severus lui en avait parlé mais elle ne s’attendait pas à ça ! Et puis, pour rajouter à la beauté des lieux, des milliers de chandelles semblaient suspendues comme dans les airs.

Le professeur McGonagall les fit avancer en rang bien ordonné avant de poser sur un tabouret un chapeau à l’allure rapiécée. Alors Morgane, la fille qu’elle avait rencontrée dans le train, avait-elle raison ? La répartition ne consistait qu’à porter un vieux chapeau pour être réparti ? En son fort intérieur, Lily poussa un soupir de soulagement, elle ne savait pas si elle aurait pu résister à un Troll ou quelque chose du genre.

Le chapeau chanta une chanson puis le professeur qui les avait fait renter se mit à appeler les nouveaux élèves à coté de Lily, un par un dans l’ordre alphabétique.

La première personne à passer était un garçon plutôt grand à l’air malicieux. Curieuse, Lily observa attentivement le professeur lui mettre le chapeau sur la tête. Le silence dura quelques minutes … GRYFFONDOR ! Cela avait été si inattendu qu’elle sursauta. Le garçon retira son chapeau et courut s’asseoir à une table où les personnes avaient sur leurs uniformes un blason rouge et or.

La personne suivante se révéla être un garçon qu’elle reconnut immédiatement pour avoir parlé avec lui dans le train avant que l’autre n’arrive. Comment s’appelait-il déjà ? … Sirius. On lui posa le chapeau sur la tête et quelques secondes plus tard, il criait Gryffondor.

Puis la liste passa au C et ce fut le tour de Morgane. Lily la trouvait marrante elle faisait beaucoup plus jeune qu’eux tous mais quand son nom retentit, elle ne sembla pas se démonter, au contraire. Elle n’eut pas à attendre longtemps avant d’être répartie à Serdaigle.

- Lily Evans.

Lily se surpris à rêvasser quand elle entendit son nom. Sa y est le moment fatidique était arrivé. Et si on lui disait que finalement ils c’étaient trompé *Mais non c’est impossible réfléchis un peu !*

Elle s’avança difficilement vers le tabouret et s’assit brutalement dessus, elle sentait que si elle était restée debout quelques secondes de plus ses jambes auraient lâché.

On lui mit le chapeau sur la tête et tout à coup la salle devient noire.

- Hum … Pour toi je n’ai aucune hésitation, se sera GRYFFONDOR.

Lily le retira presque soulagé. Elle allait enfin pouvoir réaliser son rêve, cela faisait temps d’années qu’elle discutait de ce jour avec Severus.

C’est là qu’elle se souvient que son ami voulait aller à Serpentard. Avant de s’assoire à sa table elle se retourna et le chercha des yeux, quand enfin elle croisa son regard elle lui fit un petit sourire d’excuse.

Elle avait très bien comprit que son ami tenait très à cœur l’idée d’être dans la même maison qu'elle. Honteusement elle se rendit compte qu’elle était tellement stressée qu’elle n’y avait pas pensé une seule seconde. En plus pour elle la maison n’avait pas tellement d’importance.

Les mains moites elle s’assit sur le banc de la table des Gryffondors et respira un grand coup. Après tout même si ils n’étaient pas dans la même maison ils pouvaient toujours se parler non ?
Elle regarda sur la table les assiettes vides et leva les yeux sur le fantôme assit en face d’elle. Sa première réaction avait été un sursaut incontrôlable puis elle sourit. Oui elle allait enfin pouvoir réaliser se qu’elle avait toujours désiré : réaliser la vrai magie pas les quelques tours de passe passe qu’elle faisait sans sa baguette. Parce qu’elle était une sorcière et ce monde était le sien.





Revenir en haut Aller en bas
 
Répartition de Lili Evans
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evans Paul dans la tourmente: les deputés parlent...
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens
» Nouveau test de répartition
» NOU TANDE KE EVANS PAUL( KP) SE YOUN NAN EVANTYEL PREMYE MINIS.
» Evans Pau = KP premier ministre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Univers :: Le Hors-Jeu :: Les Mémoires de Poudlard Univers :: Les extraits de Pensine :: Les sujets oubliés :: Sujets Clos Saison 5-
Sauter vers: